Israël face à Amaleq [1]

Israël va devoir, au cours de son Histoire, faire face à Amaleq, le petit-fils d’Esaü (Gen. 36,

Mise à mort d'Agag, l'Amalécite par le prophète Samuel (Gustave Doré)

Mise à mort d’Agag, l’Amalécite par le prophète Samuel (Gustave Doré)

12). La guerre d’Amaleq  contre Israël apparaît pas moins de six fois dans le TaNa’Kh:

Moïse et Josué de la tribu d’Ephraïm, fils de Joseph vainqueurs d’Amaleq:

«וַיָּבֹא עֲמָלֵק וַיִּלָּחֶם עִם-יִשְׂרָאֵל בִּרְפִידִם וַיֹּאמֶר מֹשֶׁה אֶל-יְהוֹשֻׁעַ בְּחַר-לָנוּ אֲנָשִׁים וְצֵא הִלָּחֵם בַּעֲמָלֵק מָחָר אָנֹכִי נִצָּב עַל-רֹאשׁ הַגִּבְעָה וּמַטֵּה הָאֱלֹהִים בְּיָדִ » (שמות י »ז, ח’-ט’).

«Amaleq survint et attaqua Israël à Refidim, Moïse dit à Josué: « Choisis des hommes et va livrer bataille à Amaleq; demain, je me tiendrai au sommet de cette colline, la verge divine à la main» (Ex. 17, 8-9).

 

Amaleq décimant les Hébreux qui entrent dans le Pays par le Néguev sans autorisation divine:

«וַיֵּרֶד הָעֲמָלֵקִי וְהַכְּנַעֲנִי הַיֹּשֵׁב בָּהָר הַהוּא וַיַּכּוּם וַיַּכְּתוּם עַד-הַחָרְמָה »

«L’Amalécite et le Cananéen, qui habitaient sur cette montagne, en descendirent, les battirent et les taillèrent en pièces jusqu’à ‘Horma »(Nombres 14, 22).

Ahod, fils de Ghêra, de la tribu de Benjamin contre Moab, Ammon et Amaleq (Juges 3, 13)

«וַיֹּסִפוּ בְּנֵי יִשְׂרָאֵל לַעֲשׂוֹת הָרַע בְּעֵינֵי יְהוָה וַיְחַזֵּק יְהוָה אֶת-עֶגְלוֹן מֶלֶךְ-מוֹאָב עַל-יִשְׂרָאֵל עַל כִּי-עָשׂוּ אֶת-הָרַע, בְּעֵינֵי יְהוָה וַיֶּאֱסֹף אֵלָיו אֶת-בְּנֵי עַמּוֹן וַעֲמָלֵק וַיֵּלֶךְ וַיַּךְ אֶת-יִשְׂרָאֵל וַיִּירְשׁוּ אֶת-עִיר הַתְּמָרִים  וַיַּעַבְדוּ בְנֵי-יִשְׂרָאֵל אֶת-עֶגְלוֹן מֶלֶךְ-מוֹאָב שְׁמוֹנֶה עֶשְׂרֵה שָׁנָה וַיִּזְעֲקוּ בְנֵי-יִשְׂרָאֵל אֶל-יְהוָה וַיָּקֶם יְהוָה לָהֶם מוֹשִׁיעַ אֶת-אֵהוּד בֶּן-גֵּרָא בֶּן-הַיְמִינִי אִישׁ אִטֵּר יַד-יְמִינוֹ» (שופטים ג’, י »ב-ט »ו).

Les Israélites recommencèrent à mécontenter l’Eternel, et l’Eternel enhardit Eglôn, roi de Moab, contre Israël, parce qu’ils agissaient mal aux yeux du Seigneur. 13 Il appela à lui les Ammonites et Amaleq, attaqua et défit Israël, et ils s’emparèrent de la ville des Palmiers. 14 Et les enfants d’Israël servirent Eglôn, roi de Moab, dix-huit ans. 15 Alors ils implorèrent l’Eternel, et il leur suscita un libérateur, Ahod, fils de Ghêra, Benjamite, lequel était gaucher» (Jg. 3, 12-15).

Guerre de Saül, de la tribu de Benjamin, contre Agag, roi d’Amaleq

«כֹּה אָמַר יְהוָה צְבָאוֹת  פָּקַדְתִּי אֵת אֲשֶׁר-עָשָׂה עֲמָלֵק לְיִשְׂרָאֵל אֲשֶׁר-שָׂם לוֹ בַּדֶּרֶךְ בַּעֲלֹתוֹ מִמִּצְרָיִם  עַתָּה לֵךְ וְהִכִּיתָה אֶת-עֲמָלֵק, וְהַחֲרַמְתֶּם אֶת-כָּל-אֲשֶׁר-לוֹ וְלֹא תַחְמֹל  עָלָיו» (שמואל א’, ט »ו, ב’-ג’).

« Ainsi parle l’Eternel-Tsevaot: J’ai à demander compte de ce qu’Amaleq a fait à Israël, en se mettant sur son chemin quand il sortit d’Egypte. Maintenant, va frapper Amaleq, et anéantissez tout ce qui est à lui; qu’il n’obtienne point de merci! »(I Sam. 15, 2-3).

David, de la tribu de Juda, poursuit Amaleq qui détruit la cité de Tsiqlag

«וַיְהִי בְּבֹא דָוִד וַאֲנָשָׁיו  צִקְלַג בַּיּוֹם הַשְּׁלִישִׁי וַעֲמָלֵקִי פָשְׁטוּ אֶל-נֶגֶב וְאֶל-צִקְלַג וַיַּכּוּ אֶת-צִקְלַג וַיִּשְׂרְפוּ אֹתָהּ בָּאֵשׁ… וַיֹּרִדֵהוּ וְהִנֵּה [עֲמָלֵקִים] נְטֻשִׁים עַל-פְּנֵי כָל-הָאָרֶץ אֹכְלִים וְשֹׁתִים וְחֹגְגִים, בְּכֹל הַשָּׁלָל הַגָּדוֹל אֲשֶׁר לָקְחוּ מֵאֶרֶץ פְּלִשְׁתִּים וּמֵאֶרֶץ יְהוּדָה. יז וַיַּכֵּם דָּוִד מֵהַנֶּשֶׁף וְעַד-הָעֶרֶב לְמָחֳרָתָם וְלֹא-נִמְלַט מֵהֶם אִישׁ כִּי אִם-אַרְבַּע מֵאוֹת אִישׁ-נַעַר אֲשֶׁר-רָכְבוּ עַל-הַגְּמַלִּים וַיָּנֻסוּ». (שמואל א’, ל’, א’; ט »ז-י »ז).

« Or, lorsque David et ses hommes arrivèrent à Tsiqlag le troisième jour, les Amalécites avaient envahi le Midi et cette ville, l’avaient saccagée et livrée aux flammes…  Il l’y conduisit, et on les vit répandus par toute la campagne, célébrant par des festins et des danses le grand butin qu’ils avaient emporté du pays des Philistins et du pays de Juda. 17 David les tailla en pièces depuis le crépuscule jusqu’au soir du lendemain; nul d’entre eux n’échappa, à l’exception de quatre cents jeunes hommes qui s’enfuirent à dos de chameau»  (I Sam. 30, 1; 16-17).

Mordekhaï, de la tribu de Benjamin, contre Aman, descendant d’Agag l’Amalécite, qui avait combattu contre Saül, de la tribu de Benjamin

«גִּדַּל הַמֶּלֶךְ אֲחַשְׁוֵרוֹשׁ אֶת-הָמָן בֶּן-הַמְּדָתָא הָאֲגָגִי[עֲמָלֵקִי] וַיְנַשְּׂאֵהוּ וַיָּשֶׂם אֶת-כִּסְאוֹ מֵעַל כָּל-הַשָּׂרִים אֲשֶׁר אִתּוֹ» (אסתר ג’, א’).

«…Le roi Assuérus éleva Aman, fils de Hamedata, l’Agaghite [l’Amalécite], en l’appelant à la plus haute dignité, et lui attribua un siège au-dessus de tous les seigneurs attachés à sa personne » (Esther 3, 1).

Le dénominateur commun relatif aux versets relatant la guerre d’Amaleq contre Israël  réside  dans la présence permanente de la tribu de Benjamin, la plus petite tribu d’Israël.  Les quatre figures bibliques Josué,  Ahod, Saül et Morde’khaï  appartiennent à la Tribu de Benyamin et ce sont eux à qui Dieu ordonne d’effacer totalement  le souvenir d’Amaleq.

Pourquoi la Tribu de Benyamin a-t-elle été choisie pour accomplir cette mission épineuse?

Trois  raisons principales peuvent expliquer ce choix:

1-      Benyamin ne s’est jamais prosterné devant Esaü. En effet, au moment même où ses frères et toute la famille d’Israël se prosternent devant Esaü (Gen. 33, 6-7), Rachel est enceinte de Benyamin, puisqu’il naît peu après sur la route de Bethléem. C’est également la raison pour laquelle le Temple de Jérusalem sera érigé dans un territoire attribué à la Tribu de Benyamin. Alors, les Nations qui monteront à Jérusalem se prosterneront devant l’Eternel (Isaïe 2,1).

2-      Benyamin est le seul des douze fils de Jacob à être né en Israël (Canaan aux temps bibliques; Gen. 35, 16-19). Sa naissance en Israël témoigne de la réalisation de la promesse divine que reçurent les trois Patriarches Avraham, Its’hak et Yaacov.

3-      Benyamin symbolise et incarne l’UNITE d’Israël, le secret de la permanence d’Israël face à son ennemi historique Amaleq. La réunion garantissant l’unité des fils de Jacob est rendue possible grâce au second fils de Rachel: Benyamin (Gen. 42, 13; 43, 8- 9).

Si l’étude du TaNaKh  vous fait rêver, n’hésitez pas à me joindre:

hebreublique@gmail.com

Au plaisir de vous retrouver,

Cordial shalom d’Israël,

Haïm Ouizemann

Ce contenu a été publié dans Fêtes d'Israël, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 Responses to Israël face à Amaleq [1]

  1. cathou dit :

    Commentaire: Je pensais avoir envoyer un commentaire, mais il a disparu, j’ai du louper un truc… Réécrirai plus tard.
    Je ne comprends pas bien comment fonctionne le « *j’aime ».

  2. Dany dit :

    Merci Haïm Pour cette étude tout est si Bien expliqué ! Shalom .

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.