Témoignage d’un croyant franco-israélien en le Dieu-Un d’Abraham:

Emile Moatti et Haïm Ouizemann, rencontre interconfessionnelle avec les Moniales du Mont des Oliviers -12 Août 2013 (Photo:Haïm Ouizemann- Jérusalem)

Emile Moatti et Haïm Ouizemann, rencontre interconfessionnelle avec les Moniales du Mont des Oliviers -12 Août 2013 (Photo:Haïm Ouizemann- Jérusalem)                 

J’aimerais aujourd’hui partager avec vous tous et vous toutes un article[1] de mon ami Emile Moatti. Ancien Elève de l’Ecole Polytechnique, Emile Moatti est le délégué général à Jérusalem de la Fraternité d’Abraham  (Juifs, Chrétiens et Musulmans – France). Grand homme de dialogue, Emile Moatti a participé à toutes les grandes rencontres interconfessionnelles de notre temps et n’a de cesse de prêcher la spiritualité abrahamique universelle afin que les principes d’Amour et Justice l’emportent sur la haine et la barbarie des hommes.

Je tiens à adresser mes sincères et chaleureux remerciements à Emile Moatti, un Maître de tolérance et du  respect d’autrui.

« Juif né en Algérie -alors française- et Ancien Elève de l’Ecole Polytechnique, ayant très longtemps vécu en région parisienne, je suis resté très attaché à la culture française des Lumières qui m’a formé. Cette culture est restée imprégnée des valeurs humaines chrétiennes, lesquelles se réfèrent en fait  largement à l’idéal abrahamique de fraternité universelle et solidaire de la Bible (c’est-à-dire la « Tora », « Enseignement » du Prophète Moïse), dont le contenu a été repris aussi dans le Coran des Musulmans. C’est à cet idéal que je suis venu me ressourcer à Jérusalem car, c’est un fait, dans cette ville qui invite à la sainteté, tout être humain de bonne volonté, qui se soucie du bonheur d’autrui, se sent chez lui et proche du Dieu-Un de l’Humanité tout entière.

Nous sommes tous appelés, chacun à sa façon, à témoigner de nos véritables valeurs spirituelles, probablement séparément encore, en attendant de pouvoir d’une part prier à nouveau côte à côte comme à Assise en Octobre 1986, avec le Pape Jean Paul II, et d’autre part, communier ensemble autour des mêmes valeurs éthiques préconisées par la sagesse de nos traditions spirituelles juives, chrétiennes et musulmanes bien comprises. Ces valeurs sont : la « Bonté » envers tout être vivant, inspiratrice de l’ « Amour » d’autrui, la « Justice » égale pour tous, la « Vérité » dans les dialogues sincères et indispensables pour se bien comprendre et s’estimer mutuellement , le « Pardon » miséricordieux réciproque, l’ « hospitalité » désintéressée envers tout étranger de passage, qui facilite les rapports marqués au coin de la grâce, la « communion » des cœurs dans le respect de la volonté de Dieu, enfin l’espérance messianique en un monde de « joie partagée ». C’est pourquoi j’ai personnellement admiré la noblesse de vue du bon Pape Jean XXIII, qui fut l’initiateur du Concile Vatican II et l’auteur de l’Encyclique « Pacem in Terris », ce véritable testament spirituel qu’il adressa, au sortir du paroxysme de la Guerre froide, deux mois avant son décès en Avril 1963, au delà des seuls adeptes de l’Eglise catholique, à tous les hommes et femmes de bonne volonté de l’humanité.

Jean XXIII va être canonisé  par l’Eglise Catholique ce Dimanche 27/4 en même temps que celui qui fut un infatigable promoteur des rencontres et dialogues inter-religieux dans le monde entier, le Pape Jean-Paul II. J’avais été invité à la prière de repentance pour la Paix que ce dernier organisa à Assise, en Italie, le Lundi 27 Octobre 1986 et j’en garde un souvenir des plus encourageants. En effet, depuis, le mouvement s’est renforcé et étendu régulièrement dans le monde, permettant tous les espoirs en vue de l’avènement de ce monde de fraternité universelle et solidaire auquel nous aspirons. En tant que juif, je m’associerai donc sans hésitation, par la pensée,  à cette célébration de reconnaissance des chrétiens envers ces deux célèbres guides spirituels. Nous devons nous aussi exprimer notre sympathie à leur égard, car nous sommes tous citoyens de l’humanité tout entière, que nous espérons voir bientôt définitivement réunifiée».

Emile Moatti

Délégué général à Jérusalem de la Fraternité d’Abraham
                                                               (Juifs, Chrétiens , et Musulmans – France)
                                                                  Ancien Elève de l’Ecole Polytechnique
                                                                 Chevalier de l’Ordre National du Mérite
                                                                       Chevalier de la Légion d’Honneur   

 

[1] Ce texte a été rédigé en réaction à une déclaration de Mgr Brouwet, Evêque de Tarbes et Lourdes sur le site « Riposte catholique » ( »Les Chrétiens n’ont pas la mission de gagner des combats. Ils veulent témoigner »)


Conférence : «Rencontres au Service de la Paix» Emile Moatti. Une leçon de tolérance.

Si l’étude du TaNaKh  vous fait rêver, n’hésitez pas à me joindre:

hebreubiblique@gmail.com

Au plaisir de vous retrouver,

Cordial shalom d’Israël,

Haïm Ouizemann

 

Ce contenu a été publié dans Dialogue interconfessionnel, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.