La mort d’un héros, Jonathan

DamHamacabim (Helichrysum sanguineum) , fleur symbole du Jour du Souvenir

DamHamacabim (Helichrysum sanguineum) , fleur symbole du Jour du Souvenir

Le peuple d’Israël uni dans la douleur de ses enfants tombés au champ d’honneur commémore aujourd’hui le Jour de leur Souvenir. Cette journée marquée par l’affliction des familles n’est point sans rappeler David apprenant la mort tragique de Jonathan, celui qu’il aimait d’une amitié sans limite:

ז« וְנֶפֶשׁ יְהוֹנָתָן נִקְשְׁרָה בְּנֶפֶשׁ דָּוִד ויאהבו (וַיֶּאֱהָבֵהוּ) יְהוֹנָתָן כְּנַפְשׁוֹ»  (שמואל א’, י »ח,) א

 «L‘âme de Jonathan s’attacha à celle de David, de sorte qu’il l’aima comme lui-même.» (I Sam. 18, 1).

A la nouvelle de Jonathan tombé au combat contre les Philistins, David, déchiré par le chagrin, pleure ce dernier et prononce une complainte en son hommage dont l’avant-dernier verset témoigne du lien profond et sincère unissant les deux hommes:

«צַר-לִי עָלֶיךָ אָחִי יְהוֹנָתָןנָעַמְתָּ לִּי מְאֹד נִפְלְאַתָה אַהֲבָתְךָ לִי מֵאַהֲבַת נָשִׁים»

«Jonathan, mon frère, ta perte m’accable, tu m’étais si cher! Ton affection m’était précieuse plus que l’amour des femmes» (II Sam. 1, 26).

Témoignant d’une rare noblesse d’esprit et d’un amour désintéressé, Jonathan, auréolé de gloire pour avoir vaincu les forces philistines, renonce à succéder à son père Saül en faveur de David:

«וַיֹּאמֶר אֵלָיו אַל-תִּירָא כִּי לֹא תִמְצָאֲךָ יַד שָׁאוּל אָבִי וְאַתָּה תִּמְלֹךְ עַל-יִשְׂרָאֵל וְאָנֹכִי אֶהְיֶה-לְּךָ לְמִשְׁנֶה…» (שמואל א’, כ »ג, י »ז)   ז.

«Et il lui dit: Ne crains rien, la main de Saül, mon père, ne t’atteindra point; tu règneras sur Israël et moi je serai ton second…» (I Sam. 23, 17)

Enorgueillis par la victoire, les Philistins refusent de donner une sépulture qui honorerait la mémoire de Jonathan et de son père Saül. Les dépouilles pendues à la muraille de Beit Shean seront finalement inhumées par les hommes de Yavesh qui, reconnaissants envers Saül les sauvant d’une mort certaine (I Sam. 11, 1-11), sauront rendre rendront les derniers honneurs aux fils de la tribu de Benjamin. David, plus tard, exhumera les ossements de Jonathan et de Saül afin de les conduire à Tsêla situé en territoire de la tribu de Benjamin. (II Sam. 21, 14).

Cette complainte toute empreinte d’héroïsme et de sacrifice personnel pour la patrie nous enseigne que la mort ne constitue point un abîme séparant les êtres, bien au contraire. En attisant le souvenir de ceux et celles qui, disposés à donner leur vie pour des vivants, les disparus continuent de vivre en nous et pour nous.

שָׁאוּל וִיהוֹנָתָן הַנֶּאֱהָבִים וְהַנְּעִימִם בְּחַיֵּיהֶם וּבְמוֹתָם לֹא נִפְרָדוּ מִנְּשָׁרִים קַלּוּ מֵאֲרָיוֹת גָּבֵרוּ» (שמואל ב’, א’, כ »ג) ס»

«Saül et Jonathan, chéris et aimables durant leur vie, n’ont pas été séparés par la mort; plus prompts que les aigles, plus courageux que les lions!» (II Sam. 1, 23)

זִכְרוֹנָם לִבְרָכָה

Puisse le Souvenir de nos soldats et soldates se transformer en une source de Bénédiction. Que celui des hommes, femmes et enfants, civils, tombés lors d’attentats terroristes, ne soit pas oublié.

 

Si l’étude du TaNaKh  vous fait rêver, n’hésitez pas à me joindre:

hebreubiblique@gmail.com

Au plaisir de vous retrouver,

Cordial shalom d’Israël,

Haïm Ouizemann

 

 

Ce contenu a été publié dans Lectures bibliques, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 Responses to La mort d’un héros, Jonathan

  1. cathou dit :

    Je pense que chacun de nous a dans sa famille une personne tombé au « champ d’honneur » comme on dit.
    Rien à en dire: une pensée d’amour sincère et silencieuse pour tous ces gens qui ont donné leur vie pour nous assurer la Paix. Que leur âme repose en paix et que leurs proches trouvent la paix.

    Une pensée aussi pour ceux qui se sont transformés en assassins à cause d’une éducation qui manquait d’Amour, plutôt une propagande, un dressage, qu’une éducation qui ne leur a pas permis de comprendre l’horreur de leur geste.

    N’oublions pas, en effet Haïm, la Paix est une chose précieuse, rappelons nous et essayons de comprendre pourquoi les humains se déchirent.

    • Cathou shalom,
      Cette journee du souvenir est tres dure pour nous tous ici en Israel. Nous devons realiser que ces soldats ne sont pas morts pour rien. En defendant notre patrie, Israel, ils ont avant tout preserve les valeurs du monde libre et permis a notre peuple, apres les progroms et humiliations endurees de vivre en hommes libres sur notre terre retrouvee.
      Toda rabba.
      Amities,
      Haim

      • cathou dit :

        Non Haïm, ces soldats ne sont pas tombés pour rien. La guerre est parfois indispensable pour sauvegarder la Paix, la Liberté. Hélas….

  2. Mani dit :

    Quelle belle amitié …
    Est-ce encore possible aujourd’hui ?
    Oui , tout est possible à celui qui croit , et moi j’y crois 🙂

    • Mani shalom,
      Si le TaNaKh parle d’amitie entre David et Jonathan pourquoi en effet ne pas y croire? Je reste comme toi confiant. Je crois que cela est encore possible.
      Amities,
      Haim

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.