La troisième Alliance: Alliance noa’hide ou Alliance abrahamique? [2]

Le TaNaKh

Le TaNaKh

La bénédiction divine accordée au  Patriarche Avraham (Gen. 12, 3) s’accorde-t-elle aux  sept lois noahides fondée sur la morale naturelle et se limite-t-elle à celles-ci? L’humanité n’est-elle point destinée à dépasser ces sept interdits noa’hides?

Selon le Rav Shlomo Riskin, le stade spirituel des Bnei-Noah (Fils de Noé) adoptant les sept Lois noa’hides[1], aussi fondamental soit-il, ne constitue toutefois qu’une étape préliminaire à l’avènement d’un monde meilleur. Les Nations, vivement inspirées par la Parole du TaNaKh, aspireront à accéder au stade suprême de la vraie Connaissance divine. Transcendant les interdits fondant l’Alliance noa’hide universelle, toutes les Familles de la terre demanderont à se rapprocher d’Israël porteur de l’espérance de l’Alliance abrahamique. Notons que ces lois constituent, lors du Concile de Jérusalem (49 de notre ère), la base commune à partir de laquelle se forge l’Eglise primitive au sein de laquelle se joignent de nombreux disciples venus des Nations[2]. L’ensemble du genre humain et plus particulièrement les hommes et les femmes d’Eglise- quelles que soient leur appartenance spirituelle et leur identité confessionnelle- continueront-ils à marcher et à vivre à la lueur de l’Alliance noa’hide ou adopteront-ils finalement la voie réparatrice du Patriarche Abraham? Comment les Nations accèderont-elles à ce stade ultime auquel accèdent Avraham et sa postérité, les Fils d’Israël? La troisième Alliance conclue aux Monts de Moav ne constitue-t-elle point le point d’orgue des deux Alliances précédentes? L’Eternel n’a-t-il point promis à Avraham que par son biais «les Familles de la terre seront bénies» (Gen. 12, 3)?  Avraham, par son Amour sans limite de l’Autre, a attiré des Gentils et les a amenés à «se convertir». C’est ce que le Tanakh (Bible) appelle «faire des âmes».

ה«וַיִּקַּח אַבְרָם אֶת-שָׂרַי אִשְׁתּוֹ וְאֶת-לוֹט בֶּן-אָחִיו וְאֶת-כָּל-רְכוּשָׁם אֲשֶׁר רָכָשׁוּ וְאֶת-הַנֶּפֶשׁ אֲשֶׁר-עָשׂוּ בְחָרָן» (בראשית י »ב, ה’).ה

«Abram prit Saraï son épouse, Loth fils de son frère, et tous les biens et les âmes qu’ils avaient faites à Harân » (Genèse 12, 5). Quant à la deuxième Alliance, peu avant qu’elle ne soit conclue avec les Hébreux au Mont Sinaï, Dieu invite tout Israël à devenir un peuple saint et par là même, une lumière pour les Nations.

נ«וְאַתֶּם תִּהְיוּ לִי מַמְלֶכֶת כֹּהֲנִים וְגוֹי קָדוֹשׁ אֵלֶּה הַדְּבָרִים אֲשֶׁר תְּדַבֵּר אֶל-בְּנֵי יִשְׂרָאֵל» (שמות י »ט, ו’)ל

 «…mais vous, vous serez pour moi une dynastie de prêtres et une nation sainte.’ Tel est le langage que tu [Moïse] tiendras aux enfants d’Israël.» (Ex. 19, 6) Le commentateur médiéval italien, Rabbi Ovadia Sforno (1468-1550), interprète ce verset en lui donnant une portée universelle: «Vous serez un peuple choisi [par Dieu] d’entre tous les peuples car fort d’être un royaume de prêtres, vous comprendrez et enseignerez à tout le genre humain «à invoquer tous le Nom de l’Eternel afin de Le servir d’un seul cœur [littéralement «d’une seule épaule»] (Sophonie 3, 9)». Quant au commentateur Maïmonide (1135[?]-1204), il prônera l’idée selon laquelle l’Amour de Dieu constitue la voie royale conduisant à la Connaissance divine: «Cette Mitsva (d’aimer Dieu d’après le verset: Deut. 6, 5) implique d’appeler tous les hommes à rendre un culte à la Source de Bénédiction (Dieu) et à avoir foi en lui». Selon Maïmonide, cette Connaissance ultime (Da’at) de Dieu découle d’une double contemplation, d’une part celle des merveilles de la Création et d’autre part celle de la source scripturaire du TaNaKh. La troisième Alliance des Monts de Moav constituerait donc une plate-forme idéale ouverte à l’universalisme abrahamique préparant les Nations et particulièrement l’Eglise à s’émanciper du stade noa’hide embryonnaire afin d’intégrer la famille d’Israël, sa pratique religieuse et sa vision éthique de la justice sociale. Cette troisième Alliance ne s’impose à aucune Nation -Israël n’encourage point la conversion- mais le devoir moral, spirituel et historique lui incombe, dans un esprit de tolérance et de respect, d’offrir les trésors de la Parole divine à toutes celles et tous ceux qui voudront s’y ressourcer. Maïmonide[3] précise que, même si les Nations n’ont aucune obligation à se convertir à la foi hébraïque, adviendra un jour où ceux et celles qui, à l’exemple de Ruth la Moabite, demanderont à faire partie intégrante de la Communauté d’Israël par voie de conversion observeront les Mitsvoth essentielles comme le Shabbat, la Cacherout… Le Rav Shlomoh Riskin [4] distingue le statut des Noa’hides qui n’ont point l’obligation de croire au Dieu tel qu’il se révèle à Avraham (leur devoir se limite à ne point pratiquer l’idolâtrie: troisième interdit noa’hide) de celui des Fils d’Abraham qui, attachés au monothéisme hébreu et à l’Ethique universelle de la troisième Alliance (celle de Moav), sauront convaincre par leur vie exemplaire les Gentils d’adopter les mitsvoth d’Israël et d’en porter le joug. Rappelons l’attitude passive de Noé face à la domination du ‘Hamas (iniquité) qui emplit l’univers:

 «וַתִּשָּׁחֵת הָאָרֶץ לִפְנֵי הָאֱלֹהִים וַתִּמָּלֵא הָאָרֶץ חָמָס» (בראשית ו’, י »א)נ»

«Or, la terre s’était corrompue devant Dieu, et elle s’était remplie d’iniquité» (Gen. 6, 11). Noé ne communique à aucun moment avec Dieu ni ne réagit à la volonté divine de détruire la planète. C’est Dieu qui lui ordonne d’agir afin de la sauver.

«וַיַּעַשׂ נֹחַ כְּכֹל אֲשֶׁר צִוָּה אֹתוֹ אֱלֹהִים כֵּן עָשָׂה (בראשית ו’, כ »ב)מ»

«Noé obéit, tout ce que Dieu lui avait prescrit, il l’exécuta ponctuellement». (Gen. 6, 22) Le seul lien qui l’unisse à Dieu apparaît après le Déluge, au moment où il construit un autel pour lui offrir un sacrifice (Gen. 8, 20). L’alliance est unilatérale. Elle se conclut avec toute la Création, Noé constituant le vecteur de cette Alliance, le représentant, de fait, de toute la Création (Nezer haBeri’ah).

 מ«וַיֹּאמֶר אֱלֹהִים אֶל-נֹחַ, וְאֶל-בָּנָיו אִתּוֹ לֵאמֹר. ט וַאֲנִי, הִנְנִי מֵקִים אֶת-בְּרִיתִי אִתְּכֶם, וְאֶת-זַרְעֲכֶם, אַחֲרֵיכֶם. י וְאֵת כָּל-נֶפֶשׁ הַחַיָּה אֲשֶׁר אִתְּכֶם, בָּעוֹף בַּבְּהֵמָה וּבְכָל-חַיַּת הָאָרֶץ אִתְּכֶם; מִכֹּל יֹצְאֵי הַתֵּבָה, לְכֹל חַיַּת הָאָרֶץ. יא וַהֲקִמֹתִי אֶת-בְּרִיתִי אִתְּכֶם, וְלֹא-יִכָּרֵת כָּל-בָּשָׂר עוֹד מִמֵּי הַמַּבּוּל; וְלֹא-יִהְיֶה עוֹד מַבּוּל, לְשַׁחֵת הָאָרֶץ. » (בראשית ט’, ח’-י »א). נ

«Dieu adressa à Noé et à ses enfants ces paroles: »Et moi, je veux établir mon alliance avec vous et avec la postérité qui vous suivra;et avec toute créature vivante qui est avec vous, oiseaux, bétail, animaux des champs qui sont avec vous, tous les animaux terrestres qui sont sortis de l’arche.J’établirai mon alliance avec vous. Nulle chair, désormais, ne périra par les eaux du déluge; nul déluge, désormais, ne désolera la terre.» (Gen. 9, 8-11). Cette Alliance étant unilatérale, Dieu la respecte avec fidélité et n’a plus jamais détruit l’humanité et le monde dans sa totalité: c’est une alliance statique qui se fait avec toute la Création et ne demande aucune acceptation de la part de l’humanité. Sur ce «modèle» est bâtie l’Alliance de Dieu avec son peuple, «Nezer haBeri’ah» de l’Humanité, comme le fut Noé en son temps. Dieu maintient son Alliance avec Son peuple, et elle est inébranlable, car elle ne dépend que de Dieu. Comme Noé en son temps représentait toute l’Humanité, ainsi le peuple hébreu descendant d’Avraham représente toute l’humanité.

נ«כִּי-מֵי נֹחַ זֹאת לִי אֲשֶׁר נִשְׁבַּעְתִּי מֵעֲבֹר מֵי-נֹחַ עוֹד עַל-הָאָרֶץ כֵּן נִשְׁבַּעְתִּי מִקְּצֹף עָלַיִךְ וּמִגְּעָר-בָּךְ. כִּי הֶהָרִים יָמוּשׁוּ וְהַגְּבָעוֹת תְּמוּטֶינָה וְחַסְדִּי מֵאִתֵּךְ לֹא-יָמוּשׁ וּבְרִית שְׁלוֹמִי לֹא תָמוּט, אָמַר מְרַחֲמֵךְ יְהוָה.» (ישעיה נ »ד, ט’-י’). צ

 «Certes, je ferai en cela comme pour les eaux de Noé: de même que j’ai juré que le déluge de Noé ne désolerait plus la terre, ainsi je jure de ne plus m’irriter ni diriger des menaces contre toi.Que les montagnes chancellent, que les collines s’ébranlent, ma tendresse pour toi ne chancellera pas, ni mon alliance de paix ((וּבְרִית שְׁלוֹמִיne sera ébranlée, dit Celui qui t’aime, l’Eternel!» (Isaïe 54, 9-10). Cette Alliance absolument unilatérale, établie par Dieu pour toute la Création, [«הֵקִים בְּרִית»] est à ne pas amalgamer avec l’Alliance réciproque [«כָּרַת ברית»] qui unit Dieu à Avraham, d’abord, puis à son peuple, descendant d’Avraham et des Patriarches: cette Alliance exige de la part de l’être humain son acceptation et sa participation pleine et entière. Il est ainsi exigé d’Israël qu’il accepte pleinement cette Alliance avec Dieu (Deut. 27, 9-26) et qu’il la mette en pratique, sur sa Terre retrouvée, pour permettre à toutes les Nations (Familles) de la Terre d’accéder à la Connaissance de Dieu.

נ«וְהָיָה אִם-שָׁמוֹעַ תִּשְׁמַע בְּקוֹל יְהוָה אֱלֹהֶיךָ לִשְׁמֹר לַעֲשׂוֹת אֶת-כָּל-מִצְו‍ֹתָיו אֲשֶׁר אָנֹכִי מְצַוְּךָ הַיּוֹם וּנְתָנְךָ יְהוָה אֱלֹהֶיךָ עֶלְיוֹן עַל כָּל-גּוֹיֵי הָאָרֶץ.» (דברים כ »ח, א’). צ

 «Or, si tu obéis à la voix de l’Éternel, ton Dieu, observant avec soin tous ses préceptes, que je t’impose en ce jour, l’Éternel, ton Dieu, te fera devenir élevé au-dessus de tous les peuples de la terre» (Deut. 28, 1). Il s’agit de fait d’une construction en forme de cercles concentriques, ou plutôt de cônes concentriques tournés, aspirés vers le haut, dans une ascension vers la Divinité. Ainsi, Israël est appelé «élevé» comme Dieu (Gen. 14, 18-22), non pas pour marquer une quelconque supériorité ou une exclusivité par rapport aux autres peuples (familles) de la Terre, mais pour que, ainsi que Dieu «élevé», attire, aspire à lui le peuple d’Israël, alors le peuple d’Israël, étant «élevé» lui aussi, attire, aspire à lui toutes les familles de la Terre, leur servant en quelque sorte de marchepied, de canal, pour leur permettre d’accéder à la connaissance divine, exactement comme Noé sert de canal pour toute la Création, pour établir l’alliance avec Dieu. Pour preuve: cette Alliance est renouvelée dès l’entrée des Hébreux en Canaan. (Josué 8).  L’accomplissement de cette alliance d’Israël en Erets Israël (Deut 1, 16-17) confirme et finalise la mission éthique dont Abraham fut investi:

ה«וְאַבְרָהָם הָיוֹ יִהְיֶה לְגוֹי גָּדוֹל וְעָצוּם וְנִבְרְכוּ-בוֹ כֹּל גּוֹיֵי הָאָרֶץ. יט כִּי יְדַעְתִּיו לְמַעַן אֲשֶׁר יְצַוֶּה אֶת-בָּנָיו וְאֶת-בֵּיתוֹ אַחֲרָיו וְשָׁמְרוּ דֶּרֶךְ יְהוָה לַעֲשׂוֹת צְדָקָה וּמִשְׁפָּט לְמַעַן הָבִיא יְהוָה עַל-אַבְרָהָם, אֵת אֲשֶׁר-דִּבֶּר עָלָיו.» (בראשית י »ח, י »ח-י »ט).ה

 «Abraham ne doit-il pas devenir une nation grande et puissante et la source de bénédiction pour toutes les nations de la terre?Si je l’ai distingué, c’est pour qu’il prescrive à ses fils et à sa maison après lui d’observer la voie de l’Éternel, en pratiquant l’amour et la justice; afin que l’Éternel accomplisse sur Abraham ce qu’il a déclaré à son égard» (Gen. 18, 18-19). La mission d’Israël  est d’être une lumière…

ה«וְהָלְכוּ גוֹיִם לְאוֹרֵךְ וּמְלָכִים לְנֹגַהּ זַרְחֵךְ». (ישעיה ס’, ג’).נ

«Et les peuples marcheront à ta lumière, les rois à l’éclat de ton aurore» (Is. 60, 3). …et un témoin pour les Nations:

ה« וְאַתֶּם עֵדַי נְאֻם-יְהוָה וַאֲנִי-אֵל» (ישעיה מ »ג, י »ב). נ

«Vous êtes donc mes témoins, dit l’Eternel, comme je suis votre Dieu» (Isaïe 43, 12).De quel témoignage s’agit-il?

ה«וְיָדַעְתָּ הַיּוֹם, וַהֲשֵׁבֹתָ אֶל-לְבָבֶךָ כִּי יְהוָה הוּא הָאֱלֹהִים בַּשָּׁמַיִם מִמַּעַל וְעַל-הָאָרֶץ מִתָּחַת: אֵין עוֹד.» (דברים ד’, ל »ט)ה

«Reconnais à présent, et imprime-le dans ton cœur, que l’Éternel seul est Dieu, dans le ciel en haut comme ici-bas sur la terre, qu’il n’en est point d’autres!» (Deut 4, 39). Notre vocation d’Israël est donc d’enseigner le TaNaKh (Bible, Parole de Dieu) aux Nations afin de leur permettre d’atteindre à la lumière et à la source  de la Vie sans lesquelles il ne saurait être d’Unité du genre humain.

Daniel Radford raconte sa conversion

  Si l’étude du TaNaKh vous fait rêver, n’hésitez pas à me joindre:

hebreubiblique@gmail.com

Au plaisir de vous retrouver,

Cordial shalom d’Israël,

Haïm Ouizemann

[1] Talmud de Babylone, Traité Sanhedrin 56, 1

[2] Actes des Apôtres 15, 20 et 29; 21, 25

[3] Hil’hot Melachim 12, 1.

[4] http://www.vanleer.org.il/jct/papers/riskin.pdf

Ce contenu a été publié dans Erets Israël, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 Responses to La troisième Alliance: Alliance noa’hide ou Alliance abrahamique? [2]

  1. cathou dit :

    Il faut que je relise mieux cet article très intéressant, comme toujours, d’ailleurs. MERCI.
    Il faut que je relise bien….. avec Bible en main. Parce que si je suis bien, Jésus serait, alors, bel et bien une 4ème alliance. Pas comme la présente l’ensemble du christianisme: c’est à dire une alliance qui annule les autres rendant le judaïsme et la Bible obsolètes: ça c’est une mauvaise compréhension et une volonté de convertir en masse au christianisme.
    Jésus dit bien qu’aucun iota de la Loi n’est à changer, l’enseignement de la Bible est écrit pour traverser les siècles, les générations, et l’humanité. Respectons une parole qu’il a sans doute réellement dite. Mais jésus fait apparaître la notion de fils de l’homme….. Alors évidemment difficile d’affirmer que cette expression est bien de lui. Toutefois j’aurai tendance à penser que oui. et encore plus après cet article, Haïm. Parce que cette petite expression rend encore plus l’humain responsable de ses choix.
    C’est peut être bien avec Jésus que se finalise réellement la mission d’Israël. Bref à voir…

  2. cathou dit :

    La vidéo est bien choisie. Sauf que j’ai bien ri quand la pub avant l’accès à la vidéo montrait de beaux jeux de jambes féminines pub de collants… très opportune pour aider à la conversion masculine. (Petite remarque perso).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.