Troisième alliance: l’Alliance de la Solidarité [3]

Eyal Ifra’h (19 ans), Naftali Frankel (16 ans) et Gil’ad Sha’er (16 ans)

Eyal Ifra’h (19 ans), Naftali Frankel (16 ans) et Gil’ad Sha’er (16 ans)

Je voudrais, tout d’abord,  consacrer ces lignes aux trois jeunes garçons Eyal Ifra’h (19 ans), Naftali Frankel (16 ans) etGil’ad Sha’er (16 ans) enlevés par un groupe terroriste affilié, selon toute vraisemblance, au Hamas. Nous restons tous, ici en Israël, solidaires des familles et voulons gardez espoir que nos trois garçons rentreront le plus rapidement possible dans leur foyer.

La troisième Alliance [1], constitue une Alliance de la Solidarité ou de la Responsabilité universelle [2]:

«אָמַר רַב מְשָׁרְשִׁיָּא: עָרְבָא וְעָרְבָא דְּעָרְבָא אִיכָּא בֵּינַיְּיהוּ» (סוטה ל »ז, ב’)נ »

«Rav Mesharshiyah dit: [chacun est] garant [de son prochain] et le garant du fait d’être garant de son prochain» (Talmud Babli Sotah 37, b).

Le lieu même des plaines de Moav (עַרְבוֹת מוֹאָב Arvoth Moav), où fut conclue cette troisième alliance, témoigne, selon les Sages d’Israël, de cette solidarité (fait d’être garant de son prochain: עַרְבוּת הֲדָדִית Arvouth Hadadith).

Elle vise à assurer le maintien de l’équilibre d’un monde sans cesse menacé par une éventuelle destruction massive:

ש«אַתֶּם נִצָּבִים הַיּוֹם כֻּלְּכֶם לִפְנֵי ה’ אֱ-לֹהֵיכֶם רָאשֵׁיכֶם שִׁבְטֵיכֶם זִקְנֵיכֶם וְשֹׁטְרֵיכֶם כֹּל אִישׁ יִשְׂרָאֵל. טַפְּכֶם נְשֵׁיכֶם וְגֵרְךָ אֲשֶׁר בְּקֶרֶב מַחֲנֶיךָ מֵחֹטֵב עֵצֶיךָ עַד שֹׁאֵב מֵימֶיךָ.  לְעָבְרְךָ בִּבְרִית ה’ אֱ-לֹהֶיךָ וּבְאָלָתוֹ אֲשֶׁר ה’ אֱ-לֹהֶיךָ כֹּרֵת עִמְּךָ הַיּוֹם.» (דברים כ »ט, ט’-י »א). ש

 «Vous êtes placés aujourd’hui, vous tous, en présence de l’Éternel, votre Dieu: vos chefs de tribus, vos anciens, vos préposés, chaque citoyen d’Israël; 10 vos enfants, vos femmes et l’étranger qui est dans tes camps, depuis le fendeur de bois jusqu’au puiseur d’eau, 11 afin d’entrer dans l’alliance de l’Éternel, ton Dieu, et dans son pacte solennel, par lesquels il traite avec toi en ce jour…» (Deut. 29, 9-11).

ש«וְלֹא אִתְּכֶם לְבַדְּכֶם אָנֹכִי כֹּרֵת אֶת-הַבְּרִית הַזֹּאת וְאֶת-הָאָלָה הַזֹּאת כִּי אֶת-אֲשֶׁר יֶשְׁנוֹ פֹּה עִמָּנוּ עֹמֵד הַיּוֹם לִפְנֵי יְהוָה אֱלֹהֵינוּ וְאֵת אֲשֶׁר אֵינֶנּוּ פֹּה עִמָּנוּ הַיּוֹם» (דברים כ »ט, י »ג).ש .

«Et ce n’est pas avec vous seuls que j’institue cette Alliance et ce pacte;mais avec ceux qui sont aujourd’hui placés avec nous, en présence de l’Éternel, notre Dieu, et avec ceux qui ne sont pas ici, à côté de nous, en ce jour» (Deut. 29, 13).

Les Sages d’Israël expliquent que cette Alliance renouvelée fut traduite en soixante-dix langues (Sotah 32, a-b) [3]. Mise à la portée de toutes les Nations, la troisième Alliance invite, alors, l’ensemble du genre humain à adhérer au message d’Abraham, celui de l’altruisme et de la foi en un Dieu Un.

De nombreuses sources bibliques et talmudiques [4] tentent d’intégrer la conversion au Judaïsme comme une injonction divine privilégiant le retour des Gentils au JudaïsmePour preuve: le Messie d’Israël par lequel adviendra la Rédemption pour l’ensemble du genre humain est issu d’une convertie, Ruth la Moabite. Les convertis sont désignés en hébreu par les termes «Nilvim», (ceux qui s’adjoignent à Dieu et à Israël [5]), «Ben Nekhar», (ceux qui restent loin de Dieu) ou «Guer» (Isaïe 14, 1), (converti, qui a fait le pas d’être pleinement un membre parmi d’autres de la grande famille des Juifs, des Hébreux). Ce ralliement des Nations autour de Dieu et d’Israël apparaît nettement dans la vision eschatologique des Psaumes [6]. Cette conversion à la morale monothéiste d’Israël par les Nations leur ouvrira le lien direct avec la divinité sur l’exemple des trois Patriarches, des quatre Matriarches et des Prophètes d’Israël. La vocation première du Temple de Jérusalem est de constituer à la fois un lieu de rencontre entre Israël (I Rois 8, 26-30) et les Nations:

ש«וְגַם, אֶל-הַנָּכְרִי אֲשֶׁר לֹא-מֵעַמְּךָ יִשְׂרָאֵל הוּא; וּבָא מֵאֶרֶץ רְחוֹקָה לְמַעַן שְׁמֶךָ. מב כִּי יִשְׁמְעוּן אֶת-שִׁמְךָ הַגָּדוֹל וְאֶת-יָדְךָ הַחֲזָקָה וּזְרֹעֲךָ הַנְּטוּיָה וּבָא וְהִתְפַּלֵּל אֶל-הַבַּיִת הַזֶּה. מג אַתָּה תִּשְׁמַע הַשָּׁמַיִם מְכוֹן שִׁבְתֶּךָ וְעָשִׂיתָ כְּכֹל אֲשֶׁר-יִקְרָא אֵלֶיךָ הַנָּכְרִי לְמַעַן יֵדְעוּן כָּל-עַמֵּי הָאָרֶץ אֶת-שְׁמֶךָ לְיִרְאָה אֹתְךָ כְּעַמְּךָ יִשְׂרָאֵל וְלָדַעַת כִּי-שִׁמְךָ נִקְרָא עַל-הַבַּיִת הַזֶּה אֲשֶׁר בָּנִיתִי» (מלכים א’, ח’, מ »א-מ »ג).ש

«Je t’implore aussi pour l’étranger qui ne fait pas partie de ton peuple Israël et qui viendrait de loin pour honorer ton nom.Car ils entendront parler de ton grand nom, de ta main puissante et de ton bras étendu, et ils viendront prier dans cette maison;toi, tu l’entendras du ciel, ton auguste résidence, et tu exauceras les vœux que t’adressera l’étranger, afin que tous les peuples du monde connaissent ton nom, qu’ils te révèrent comme ton peuple Israël, et qu’ils sachent qu’elle est sous l’invocation de ton nom, cette maison que j’ai bâtie» (I Rois 8, 41-43).

La troisième Alliance conclue sur les Monts de Moab est renouvelée à l’entrée des Fils d’Israël en Canaan sous la conduite de Josué, le successeur de Moïse.

«Puis, des deux côtés de l’arche d’alliance du Seigneur, en face des prêtres, enfants de Lévi qui la portaient, tout Israël, avec ses anciens, ses préposés et ses juges, tous, étrangers comme indigènes se rangèrent, moitié vers la montagne de Guerizim, moitié vers celle d’Eival, afin que, selon l’ordre de Moïse, serviteur de Dieu, ce fût d’abord la bénédiction qu’on prononçât sur le peuple d’Israël.Et ensuite, on lut toutes les paroles de la Loi, bénédictions et malédictions, entièrement selon la teneur du livre de la Loi.Il n’y eut pas un détail de tout ce qu’avait ordonné Moïse, dont Josué ne fit lecture en présence de toute l’assemblée d’Israël, même des femmes et des enfants, ainsi que des étrangers qui vivaient parmi eux» (Josué 8, 33-35).

L’étranger, le Guer, qui n’apparaît pas explicitement au moment de l’Alliance sur le Mont Moav, participe au renouvellement de l’Alliance sur les Monts Eival et Guerizim, exactement comme l’Hébreu. Il aspirera à prendra part à cette Alliance de la Responsabilité.

Le but du renouvellement de l’Alliance dans les plaines de Moav est double. D’une part renforcer les liens intimes entre l’Eternel et Son peuple Israël:

ש«לְמַעַן הָקִים-אֹתְךָ הַיּוֹם לוֹ לְעָם וְהוּא יִהְיֶה-לְּךָ לֵאלֹהִים כַּאֲשֶׁר דִּבֶּר-לָךְ וְכַאֲשֶׁר נִשְׁבַּע לַאֲבֹתֶיךָ לְאַבְרָהָם לְיִצְחָק וּלְיַעֲקֹב»(דברים כ »ט, י »ב).ד

«…voulant te constituer aujourd’hui pour son peuple, et lui-même être ton Dieu, comme il te l’a déclaré, et comme il l’avait juré à tes pères Abraham, Isaac et Jacob» (Deut. 29, 12).

…D’autre part, que les Nations en viennent à admettre que le Nom de Dieu est gravé dans l’âme d’Israël et qu’une union intime unit Israël à Dieu:

ש«וְרָאוּ כָּל-עַמֵּי הָאָרֶץ כִּי שֵׁם יְהוָה נִקְרָא עָלֶיךָ וְיָרְאוּ מִמֶּךָּ» (דברים כ »ח, י’)ש

«Et tous les peuples de la terre verront que le Nom de l’Éternel est inscrit sur toi, et ils te respecteront» (Deut. 28, 10) [7].

Cette Alliance engageant la responsabilité éthique d’Israël, peuple de prêtres (Ex. 19, 6) atteint sa plénitude en Canaan appelée à devenir Erets Israël, la terre de la Révélation divine et de la prophétie.

La première Alliance conclue avec Abraham est d’abord d’ordre patriarcal. Elle se développe ensuite en Alliance nationale au Mont Sinaï et s’accomplit pleinement en Israël en atteignant l’idéal primordial d’universalité du message abrahamique avec le renouvellement de l’alliance sur les Monts Eival et Guerizim à ShEKheM. En effet, la première étape d’Abraham lors de son entrée en Canaan est ShEKheM (Naplouse: Gen.12, 6). A partir de ce lieu où Abraham propage la foi monothéiste s’enracinant dans un idéal éthique d’amour de l’autre, Dieu révèle sa Présence aux hommes (Gen.12, 7).

Le temps est venu de marcher sur les pas de Josué qui, suivant la requête de  Moïse, renouvela l’Alliance en Canaan. Aujourd’hui, les Fils d’Israël affluent et montent en Erets Israël. Les Nations, elles aussi, sont conviées à accompagner ce retour annonciateur de la renaissance prophétique.

Le monothéisme abrahamique constituant, alors, une éthique de l’homme s’étendra à l’ensemble du genre humain:

ה«הִגִּיד לְךָ אָדָם מַה-טּוֹב וּמָה-יְהוָה דּוֹרֵשׁ מִמְּךָ כִּי אִם-עֲשׂוֹת מִשְׁפָּט וְאַהֲבַת חֶסֶד וְהַצְנֵעַ לֶכֶת עִם-אֱלֹהֶיךָ» (מיכה ן’, ח’) ה.

«Homme, on t’a dit ce qui est bien, ce que le Seigneur demande de toi: rien que de pratiquer la justice, d’aimer la bonté et de marcher humblement avec ton Dieu!» (Michée 6, 8).

 

Le salut dans le Judaïsme et le Christianisme

Si l’étude du TaNaKh vous fait rêver, n’hésitez pas à me joindre:

hebreubiblique@gmail.com

Au plaisir de vous retrouver,

Cordial shalom d’Israël,

Haïm Ouizemann

(1)     Les Nations (Goyim) disposés à reconnaître le Dieu d’Israël sont désignés par le terme Yirey- Shamaïm ((יִרְאֵי שָׁמַיִם: (Craignants-Dieu).

(2)     D’après Deutéronome 2, 25:

«D’aujourd’hui, je veux imprimer ta crainte et ta terreur à tous les peuples sous le ciel, tellement qu’au bruit de ton nom, l’on frémira et l’on tremblera devant toi»

La crainte dont il s’agit fait référence à la crainte révérencielle introduisant une notion de reconnaissance de la dimension transcendantale de Dieu dévoilant sa grandeur et sa puissance aux hommes dans l’ordre de la nature et de l’histoire.

(3)     Le Patriarche Jacob prie Dieu afin qu’il puisse surmonter  la voie (Derekh) du ‘Hamas (Gen. 28, 20) désignant 4 formes de violence et d’iniquité (Gen.6, 11- 13; 49, 5; Ex. 23, 1; Deut. 19, 16; Isaïe 59, 6):

–          Idolâtrie (d’après  Amos 8, 14)

–          Meurtre (Proverbes15-16)

–          Adultère (Proverbes 30, 20)

–          Calomnie (Jérémie 9, 2)

La rédemption est marquée par l’accomplissement de la prière de Jacob promise par la prophétie d’Isaïe «Plus de méfaits, plus de violences sur toute ma sainte montagne; car la terre sera pleine de la connaissance de Dieu, comme l’eau abonde dans le lit des mers» (11, 6).

[1] Traité  Bera’hot 48, b- Les trois Alliances conclues avec Israël:

1- Abraham (Gen. 15, 18)

2- Mont Sinaï (Ex. 19)

3-       Plaines de Moav  (Deut. 27)- Renouvellement de l’Alliance en Canaan (Josué 8)

Deux autres interprétations reposent sur la mention du terme «Brit» («Alliance») cité à trois reprises dans les versets suivants :

1-       Deut. 28, 69 et Deut. 29, 11

2-       Ex. 34, 10; 27; 28

[2] «Brit Arvout»: Talmud Babli-Sotah 37, b.

[3] Ce chiffre de soixante-dix constitue un nombre symbolique de Nations (familles de la Terre). Ainsi, chaque Nation peut avoir accès en sa propre langue aux sources bibliques.

[4] Gen. 12, 5; Yebamot 47, b; 48, b; Pessahim 87,b; Nedarim 32, a; Sanhedrin 99, b; Mishnah Avot 1,12.

[5] Isaïe 56, 3-8; Esther 9, 27; Zacharie 2, 15.

[6] Ps 22; 47; 86; 102; 138.

[7] Cf. aussi Ex. 5, 3; Jérémie 14, 9; 15, 16

Ce contenu a été publié dans Lectures bibliques, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 Responses to Troisième alliance: l’Alliance de la Solidarité [3]

  1. cathou dit :

    «  »Tu ne commettras pas de rapt » »
    Ce commandement universel, commun à tous les peuples, aussi vieux que l’humanité, interdit de prendre, de priver de liberté une vie.
    Quelle que soit l’Alliance passée, LÂCHE, PETIT et MISÉRABLE est celui qui ose privé de liberté des enfants, de jeunes humains placés encore sous la responsabilité de leurs parents.

    Toutes nos prières, nos pensées pour les familles dans l’incompréhension d’un tel acte.

  2. cathou dit :

    Solidarité: on se sent parfois tellement inutile et petit, je m’en remet simplement à Dieu:
    «  »Délivre-nous de tout mal, rassure nous devant les épreuves car c’est à Toi qu’appartiennent le Règne, la Puissance et la Gloire » »

  3. cathou dit :

    Vidéo très intéressante et enrichissante, comme cet article. Jésus: élargissement du judaïsme.
    Partage du salut: il existe déjà en Inde et depuis des millénaires…
    Je suis assez d’accord avec, c’est ce que je ressens, personnellement.
    L’importance de l’étude: oh oui!!!!
    Un certain sacré au quotidien serait aussi bien à retrouver. C’est vrai qu’on désacralise beaucoup en Occident, et on perd beaucoup des joies, des mystères de la Vie.

  4. cathou dit :

    Responsabilité sociale et individuelle: soyons responsables et bien des choses seraient inexistantes. Porter préjudice à autrui n’est pas Grand, c’est minable et Irresponsable!!

    • Cathou shalom,
      La vision biblique et le Judaisme d’aujourd’hui mettent l’accent sur la notion de responsabilite collective. Toutes les fois ou des etre souffrent quelque part dans le monde, cela signifie que nous n’avons pas suffisammemt agi ou su faire pour enrayer un tel etat de fait insupportable sur le plan moral. Je crois que l’indifference constitue le pire des maux. Ne rien vouloir savoir pour ne point supporter le poids de la responsabilite. Le terme hebraique A’hariout, traduit generalement par responsabilite, porte deux terme: (a) A’her signifiant l' »autre » et (b) A’h signifiant « frere ». La responsabilite est avant tout altruisme fonde sur le sens de la fraternite universelle.
      Merci a toi Cathou,
      Benedictions a vous tous,
      Amities,
      Haim

      • cathou dit :

        Oui Haïm,, c’est tellement confortable de ne pas se sentir concerner, et combien de fois je constate cet aveuglement volontaire.

      • cathou dit :

        Je rajoute que oui, si en ce moment nous vivons la montée du nationalisme et de l’intégrisme, c’est qu’en effet notre responsabilité collective et personnelle failli depuis un moment. C’est pour ça que je dis bien: rien ne sert de critiquer les votes nationalistes, rien ne sert de critiquer l’intégrisme, il faut comprendre pourquoi, et apporter des réponses et des solutions.
        Mais je condamne fermement toute forme de violence gratuite, comme ces enlèvements. C’est un comportement inacceptable quelles qu’en soient les raisons!!!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.