Parashat Bereshit: L’homme, couronne de l’Univers?

Avec l'autorisation généreuse de mon ami Michel d'Anastasio http://www.script-sign.com/

Avec l’autorisation généreuse de mon ami Michel d’Anastasio http://www.script-sign.com/

Le Livre de Genèse constitue-t-il un récit historique de la Création de l’Univers? Est-il une cosmogonie ou une cosmologie? La source biblique recherche-t-elle véritablement à relater une histoire de l’Homme où la présence de celui-ci aurait un sens (Téléologie)?

Le récit de la Création semble commencer par une contradiction. Alors qu’au chapitre 1, l’homme est créé à la fin de la Création, l’introduction du second chapitre s’ouvre sur la genèse de l’homme. S’agit-il d’une simple remarque d’ordre chronologique?

Le chapitre premier présente un monde où l’homme dépend totalement de la Nature. Les cieux, la terre, les plantes et les animaux  sur le plan chronologique,  précèdent la merveilleuse création de l’Homme. Comment pourrait-il en être autrement? En effet, l’homme n’est-il point dépendant des mondes qui l’ont précédé? Pourtant au second chapitre, l’homme apparaît comme étant le centre, le couronnement de la Création. Comment pouvons-nous concilier cette contradiction apparente? S’agirait-il d’une double Création comme certains commentateurs se sont efforcés de le prouver? Ne s’agirait-il point plutôt d’une double perspective, une double vision se rattachant à une même Création?

Au Chapitre premier, l’homme est présenté d’un point de vue idéal. Créé au dernier jour de

la Création, il constitue l’ultime étape témoignant de  l’aboutissement suprême du dessein divin: créer un être biologique lié qui, attaché au déterminisme cyclique de la Nature, suivrait fidèlement la Parole divine.

Toutefois au second chapitre, l’homme devient le catalyseur de la Création divine. Il participe au dessein divin! Il devient la raison d’être de ce monde! Sa création, loin de se limiter à la dimension biologique, prend un sens totalement nouveau. Il devient un être historique, celui qui fait germer et croître les plantes.

ש«וְכֹל שִׂיחַ הַשָּׂדֶה טֶרֶם יִהְיֶה בָאָרֶץ וְכָל-עֵשֶׂב הַשָּׂדֶה טֶרֶם יִצְמָח: כִּי לֹא הִמְטִיר יְהוָה אֱלֹהִים עַל-הָאָרֶץ וְאָדָם אַיִן לַעֲבֹד אֶת-הָאֲדָמָה» (בראשית ב, ה-ו)ש

«Or, aucun produit des champs ne paraissait encore sur la terre, et aucune herbe des champs ne poussait encore; car l’Éternel-Dieu n’avait pas fait pleuvoir sur la terre, et d’homme, il n’y en avait point pour cultiver la terre». (Genèse 2: 5-6)[1]

Alors qu’au premier chapitre l’homme est celui qui reçoit l’abondante bénédiction de l’Eternel, il apparait clairement, au second chapitre, que ce dernier en dévie l’intention première. Cette bénédiction divine (incarnée par l’arbre défendu), destinée à être offerte à l’ensemble du genre humain, se trouve accaparée par les deux  premiers êtres peuplant le globe terrestre,  ‘Hava et Adam! Pour preuve, le verbe «prendre» figure pas moins de quatre fois dans le chapitre 2 de Genèse (aux versets 15; 21; 22; 23). A cela il faut ajouter quatre fois encore au chapitre 3, celui de la chute de l’homme (aux versets 6; 19; 22; 23).

L’homme, en déviant le sens de sa vocation primordiale (Ch. 2) introduit une brisure au sein de  l’unité de l’Univers (Ch. 1).

L’éthique et la responsabilité du genre humain viennent de naître! Point d’Histoire sans participation active de l’homme. Point de progrès sans responsabilité.

La source biblique ne constitue donc point en son essence particulière et universelle un livre d’Histoire mais une Parole vivante visant à enseigner la raison de notre présence sur cette Planète. Quelle place devons-nous occuper? L’homme, créé à la fin de la Création, détient un pouvoir quasiment infini sur le monde. Il peut détruire ou construire. L’Eternel lui remettant ce pouvoir d’usufruit (consommer de tous les fruits du Jardin d’Eden), enjoint à l’homme de définir  une limite à son pouvoir destructeur:

  • 2: 15 Leovda OuLeShomra (Développement durable),
  • 2: 16-17,
  • 3: 24.

Dans près de trois mois aura lieu la 21e Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques de 2015 (COP21/CMP11 : « Paris 2015 »). Les plus grands dirigeants de ce monde décideront de l’avenir de l’Homme sur cette planète. Il y a fort à craindre que ceux-ci, mus généralement par d’étroits intérêts de politique intérieure, n’en viennent à échouer, une nouvelle fois, dans leur tentative de redresser le déséquilibre écologique dû à l’effet destructeur de la hausse des températures. La Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) et le Protocole de Kyoto (1995) n’ont jamais vraiment atteint le but visant à diminuer les émissions de gaz CO2. Même si des solutions dites globales s’avèrent plus que nécessaires, personne ne nie  plus aujourd’hui l’importance à court et à long terme de simples gestes quotidiens visant à respecter le merveilleux cadeau offert à l’humanité, la planète bleue :

  • Revenir à une agriculture de proximité,
  • Redécouvrir les graines rustiques paysannes résistantes adaptées aux conditions climatiques extrêmes,
  • Gestion équilibrée des terres arables,
  • Economiser nos besoins excessifs et exagérés de consommation par une révision de notre mode de consommation (Gen. 3: 11),
  • Encouragement du recyclage,
  • Lutte contre la désertification…

Mais qu’on ne s’y trompe point. Toutes ces règles relatives au redressement écologique de la planète ne trouveront leur véritable expression que dans le développement d’un esprit altruiste associé à une véritable  volonté de transformation intérieure:

ש«וַיִּקַּח יְהוָה אֱלֹהִים אֶת-הָאָדָם וַיַּנִּחֵהוּ בְגַן-עֵדֶן לְעָבְדָהּ וּלְשָׁמְרָהּ» (בראשית ב’, ט »ו).ש

«L’Éternel-Dieu prit donc l’homme et l’établit dans le jardin d’Eden pour le cultiver et le soigner». (Gen. 2: 15).

Le verbe VaYaNiHeOu  (וַיַּנִּחֵהוּ ) a pour racine N.O.H. (נ.ו.ח.) signifiant «se reposer», «pacifier». L’Eternel en déposant l’homme au Jardin d’Eden enseigne à l’humanité le devoir de paix qu’il  incombe à ce dernier d’instaurer parmi toutes les créatures: Le plein et entier accomplissement de cette vocation  place l’homme au-dessus de toutes les créatures de l’univers (Chap. 1 de la Genèse). Dans le cas contraire, il est relégué à la fin de la Création bien après le moucheron (Chap. 2 de la Genèse).

Puisse l’Humanité adopter les plus hautes exigences éthiques bibliques et instaurer, ainsi,  un monde de plus grand partage où la justice sociale ferait de notre planète un lieu pacifique et agréable pour tous! L’Homme deviendra, alors, la couronne de la Création.

 

[1] Parashat Bereshit: Genèse 1:1- 6: 8

Je vous invite à rejoindre le nouveau projet « Questions sur la Parashat HaShavoua» et à  nous faire part de votre interprétation.

Questions sur la Parashat Bereshit


Devons-nous désespérer de l’homme?

Ce projet a pour dessein de mieux faire connaitre la source biblique. Des questions bibliques sont proposées. Vos réponses sont les bienvenues.

 

Si l’étude du TaNaKh vous fait rêver, n’hésitez pas à me joindre:

hebreubiblique@gmail.com

Au plaisir de vous retrouver,

Shabbat shalom,

Haïm Ouizemann

Ce contenu a été publié dans Lectures bibliques, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 Responses to Parashat Bereshit: L’homme, couronne de l’Univers?

  1. cathou dit :

    Je crains bien que cette conférence ne soit encore une succession de « blablabla » sans aucune consistance, trop de faux intérêts sont en jeu.
    Un jour, sans doute proche maintenant, l’humain crèvera de faim et de soif si le nucléaire ne l’a pas détruit avant.
    Enfin gardons espoir, il y a tout de même beaucoup d’humains qui prennent leur avenir en main, avec respect et dignité.

  2. cathou dit :

    Genèse 3,17: Le sol est maudit. Parce que l’homme n’a pas su refuser ce qui lui était interdit, le sol devient maudit. Ce verset, aujourd’hui, nous met en garde: A cause de notre avidité nous stérilisons le sol sur lequel nous vivons, dont nous dépendons

    Genèse 4,11 C’est Caïn qui est maudit. Le sol, la terre n’est pas faîte pour absorber un sang « vivant » (je veux dire par là le sang d’une personne assassinée)
    Ce verset aujourd’hui nous met en garde: Verse le sang de ton frère, quelque soit la couleur, la religion, sa faute: Maudit, tu seras maudit, rejeté de tous.

    Genèse 5,29 Naissance de Noé, dont on espère qu’il apporte un peu de réconfort à cette dure vie de labeur. Que la malédiction s’éloigne enfin.
    Ce verset aujourd’hui: Il devient peut être temps que l’humain s’assagisse un peu, et profite avec modération.des bienfaits. Est-il utile d’attendre le déluge qui nous obligera au retour à une vie plus simple?
    N’avons nous donc pas la capacité d’enfin comprendre quelle est notre responsabilité sur tous les éléments qui nous entourent pour notre simple survie?.

  3. joseph dit :

    J’apprécie beaucoup l’article à Haim, mais je n’arrive pas à lire dans la Bible une histoire, c’est à dire une chronologie d’avènements qui se suivent en conséquent de cause et effet. Je vois plutôt dans la Bible la géographie du chemin spirituel de l’homme qui partant d’une condition de lumière part en pleine conscience à la découverte des ténèbres, (ch 2 et 3). Mais, comme on le lui avait annoncé, il découvre que les ténèbres sont la mort. Revêtu d’une tunique par Dieu même, il part pour vivre la mort, la vie dans les ténèbres, qu’il a choisi. Mais se souvenant de la lumière dans la quelle il fut créé, il a ce désir d’y retourner, sans savoir où et comment. Mais Dieu parle à l’homme et lui dit quel chemin il doit faire: « Abraham, quitte », « Abraham, vas »…. etc. Donc, la Bible est le livre des chemins de Dieu pour l’homme pour retourner à la Lumière. Et cela est un acte de foi!

    Qu’est-ce qu’il a à faire le CO2, le réchauffement de la terre et la fonte des glaciers avec cela? Manger le fruit interdit est il un acte de consommation ou de rébellion et désobéissance? Quoi dire des glaciations et des réchauffements qu’il y a eu sur la terre bien avant l’apparaitre de l’homme?

    Je n’ai pas de réponses, mais il me semble peu ressemblante que la Bible puisse être un instrument de devinette pour le future de la terre et de l’homme. Qu’est-ce qu’ils feront les puissants de la terre au summit? Probablement beaucoup de bla-bla-ba comme nous sommes en train de faire sur ces pages. Le monde continuera à se réchauffer si cela est la volonté de Dieu que nous ne pouvons pas saisir.

    Cela dit, il nous faut être plus responsables et plus respectueux. Donc, devenir fils de Dieu.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.