Parashat Mishpatim: « Nous ferons et comprendrons »

 

ש«וַיִּקַּח סֵפֶר הַבְּרִית וַיִּקְרָא בְּאָזְנֵי הָעָם וַיֹּאמְרוּ כֹּל אֲשֶׁר-דִּבֶּר יְהוָה נַעֲשֶׂה וְנִשְׁמָע» (שמות כד, ז). ש

«Et il prit le livre de l’Alliance, dont il fit entendre la lecture au peuple et ils dirent: « Tout ce qu’a prononcé l’Éternel, nous le ferons et l’entendrons » » (Exode 24: 7)[1]

Quel sens pouvons-nous donner à ce verset,  probablement l’un des plus célèbres de la Tora?

Traduite différemment, la racine verbale Sh. M. ‘. (ש. מ. ע) (entendre) peut vouloir signifier «comprendre» (Genèse 11: 7) ou bien même obéir (I Samuel 12: 14-15 ).

L’ancien Grand Rabbin d’Angleterre, Jonathan Sachs, soutient une nouvelle interprétation selon laquelle la fixité et la rigidité de la loi rabbinique s’inscrivant dans le cadre halachique n’entre nullement en conflit avec la pluralité de voix s’élevant au sein du Judaïsme:

ש« וַיַּעֲנוּ כָל-הָעָם יַחְדָּו וַיֹּאמְרוּ כֹּל אֲשֶׁר-דִּבֶּר יְהוָה נַעֲשֶׂה וַיָּשֶׁב מֹשֶׁה אֶת-דִּבְרֵי הָעָם אֶל-יְהוָה». (שמות יט, ח).ש«»

«Le peuple entier répondit d’une voix unanime: « Tout ce qu’a dit l’Éternel, nous le ferons! » Et Moïse rapporta les paroles du peuple au Seigneur. » (Exode 19: 8)

ש«וַיָּבֹא מֹשֶׁה וַיְסַפֵּר לָעָם אֵת כָּל-דִּבְרֵי יְהוָה וְאֵת כָּל-הַמִּשְׁפָּטִים וַיַּעַן כָּל-הָעָם קוֹל אֶחָד וַיֹּאמְרוּ כָּל-הַדְּבָרִים אֲשֶׁר-דִּבֶּר יְהוָה נַעֲשֶׂה» (שמות כד, ג).ש

«Moïse, de retour, transmit au peuple toutes les paroles de l’Éternel et tous les statuts; et le peuple entier s’écria d’une seule voix: « Tout ce qu’a prononcé l’Éternel, nous l’accomplirons» (Exode 24: 3)

Comparant ces deux derniers passages bibliques (Exode 19: 8 et 24: 3), le Grand Rabbin Jonathan Sacks remarque l’étroit lien existant entre l’unité du peuple hébreu et la présence de la racine ע. ש. י.  signifiant «faire, accomplir». Il en déduit le devoir  d’unité du peuple d’Israël face à l’exigence de la Halacha juive.

ש« וַיִּקַּח סֵפֶר הַבְּרִית וַיִּקְרָא בְּאָזְנֵי הָעָם וַיֹּאמְרוּ כֹּל אֲשֶׁר-דִּבֶּר יְהוָה נַעֲשֶׂה וְנִשְׁמָע» (שמות כד, ז).ש«

«Et il prit le livre de l’Alliance, dont il fit entendre la lecture au peuple et ils dirent: « Tout ce qu’a prononcé l’Éternel, nous le ferons et nous l’accepterons »» (Exode 24: 7)

Etre Juif ne signifie en aucune manière suivre uniquement la voie communément appelée dite «orthodoxe», terme absolument étranger à la vision biblique et à la Tradition orale propre au Judaïsme. Le Judaïsme réfute, en effet, toute forme de dogmatisme quelle qu’elle soit et, loin de toute pensée monolithique, invite à l’épanouissement de l’être par la brisure des images et des idoles. L’on préférera parler d’orthopraxie.

Il existe plusieurs manières de vivre son judaïsme. Certains y verront une faiblesse mais l’Histoire d’Israël confirme par la pérennité du mouvement pharisien, de ceux qui développèrent au temps jadis les règles de l’herméneutique de la Parole divine, la primauté d’ouverture à l’égard d’autrui. Pourquoi les hommes et les femmes des Mouvements conservateur et libéral ont-ils pu être refoulés et interdits de toute prière au Kotel Ma’aravi? Libre à chacun de manifester son opposition ou sa réprobation  à l’encontre d’une pratique d’ordre cultuel mais n’eût-il  point  mieux valu, n’aurait-il pas été plus sage, au nom de l’Unité d’Israël, condition sine qua-non du Don de la Tora au mont Sinaï[2], de permettre le libre-accès aux femmes du Kotel et préserver de sorte le tissu social et spirituel fondé sur la riche pluralité de la vision juive prônant l’interprétation des soixante faces de la Parole de l’Eternel? Le Grand Rabbin Jonathan Sacks, scrutant le passage d’Exode 24: 7, remarque, en comparaison à Exode 19: 8 et 24:  7,  la présence des termes  «aux oreilles du Peuple»  בְּאָזְנֵי הָעָם et  « VaNishma »,  «Nous accomplirons pleinement et sincèrement» la Volonté du Très-Haut. Le cadre strict de la Halacha ne doit point entraver le dialogue mais au contraire favoriser une solution de compromis, solide  garante de l’unité d’Israël.

Devrions-nous encore à diviser notre peuple sur le Lieu même du Temple où le Patriarche Jacob, transformant les pierres ( multiples) en une seule et unique pierre, enseigne que l’Un se fonde sur l’altérité et la différence sans pour autant les délégitimer. Comment pouvons-nous prétendre unir l’ensemble des Nations à Jérusalem (Isaïe 2), selon la Parole des Prophètes, et faire preuve d’ostracisme à l’encontre d’hommes et de femmes aspirant à vivre leur Judaïsme? L’unité ne s’enracine-t-elle point dans la richesse du Multiple?

N’ayons crainte de tendre la main aux nôtres et prions ensemble pour l’amour d’Israël afin que les Nations aussi fassent leur cette proclamation:

«  »Nous ferons et comprendrons »!

[1] Parashat Mishpatim: Exode 21: 1- 24: 18

[2] Cf. Commentaire de Rachi: «Il campa» : «Comme un seul homme, d’un seul cœur»,  Exode 19: 2.

Article du Rav Sacks:  http://www.rabbisacks.org/doing-and-hearing-mishpatim-5776/

Je vous invite à rejoindre le nouveau projet « Questions sur la Parashat HaShavoua» et à  nous faire part de votre interprétation.

Questions sur la Parashat Mishpatim:

Ce projet a pour dessein de mieux faire connaitre la source biblique. Des questions bibliques sont proposées. Vos réponses sont les bienvenues.

Si l’étude du TaNaKh vous fait rêver, n’hésitez pas à me joindre:

hebreubiblique@gmail.com

Au plaisir de vous retrouver,

Shabbat shalom!

Avec toutes mes amitiés,

Haïm Ouizemann

Ce contenu a été publié dans Lectures bibliques, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 Responses to Parashat Mishpatim: « Nous ferons et comprendrons »

  1. Cathou dit :

    Bel article de liberté, égalité, fraternité :Haïm
    Comme beaucoup sans doute je ne connais pas cet épisode « femmes du Kotel »
    Je ne connais pas non plus tous les enseignements du judaïsme, mais il me semble que la femme juive est une femme libre et responsable, alors pourquoi lui refuser l’accès au Kotel?

    Je pense que le Mur des Lamentations comme l’ensemble du Temple: très haut lieu saint juif, devrait être accessible à tous, à toutes, sans aucune discrimination, division, discussion, quelque soit la religion.
    A condition de s’y tenir convenablement, dans la prière et le respect des autres. (évidemment)
    Lieu sacré il ne devrait être qu’un lieu de Paix, de Sérénité, de Prières, de Respect pour n’importe quel humain.

    Le récit biblique est riche, très riche et offre de nombreux degrés de compréhension de lecture, comme tous les textes fondamentaux, et peut ainsi parfois même sembler se contredire.
    Dans une même religion chacun ne suit pas forcément le même chemin, n’interprète pas forcément un texte qui nous révèle les 60 faces divines::::: Imaginons toutes les très riches, intenses et différentes possibilités, pouffff difficile OUI.
    Dieu nous laisse libre de nos choix, de nos chemins, ils sont multiples à l’image Divine, à notre image.
    Une pensée identique pour tous: c’est la dictature, le totalitarisme, le despotisme, qui amène l’uniformisation de la pensée, de l’humain C’est la perte de la Liberté. Aucun Dieu n’exige cette uniformisation: la lumière, une, est composée de toutes les petites étoiles, de milliards de petites étoiles

    Juifs, chrétiens, Bouddhistes, Hindouistes et autres: chaque religion a ses diversités à l’intérieur même de ces regroupements. Chaque croyant, tout en restant fidèle à ses textes fondamentaux, a le droit, même le devoir et l’obligation de trouver son propre chemin vers Dieu.
    N’ayons pas peur d’idées différentes, d’actions pacifiques différentes, Enrichissons nous au contact de ces différences, au pire contentons nous de les ignorer si elles nous dérangent.

    • soilihi hakime dit :

      Il me semble que les femmes vont au Kotel;. j’en ai vu. Seulement les hommes sont à gauche et les femmes à droite séparées des hommes par une barrière. je ne crois pas me tromper quand j’y étais. Et j’y suis allé plusieurs fois.

  2. Cathou dit :

    Dans ces 2 versets le peuple promet de « faire » tous les enseignements donnés par Dieu à Moïse
    Mais le 2ème verset complète: en plus de faire le peuple accomplira ces enseignements.
    Faire au quotidien, accomplir c’est aller jusqu’au bout , faire sien ces enseignements.

    Toutefois justement, on sait que la loi, donnée à Moïse a été complétée au fil des siècles, le texte nous l’indique par des répétitions, voir des contradictions. Ce qui permet de suivre l’évolution des textes.
    N’oublions pas non plus: aujourd’hui quel juif met à mort le couple adultère? quel hôpital juif va couper toute électricité durant le sabbat? Certains arrêtent peut-être frigo et congélateur durant le sabbat, je ne pense pas que tous les juifs le fassent, et qui va se priver d’utiliser la voiture si son enfant est en danger et qu’il faut l’amener d’urgence dans un centre de soins??
    Comme tous les récits fondamentaux les enseignements s’adaptent au fil des ans, et c’est normal.

  3. soilihi hakime dit :

    Les 53 mitsvot contenu dans la paracha « Michpatim », certains ne sont-ils pas contredits dans le chapitre « baba kama » du Talmud ? Notamment ceux qui se rapportent à la Loi du Talion.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.