Parashat VaYkra: le sacrifice de soi, fondement du monde

L-Amour--le-Fondement-du-Mondeש«שִׁמְעוֹן הַצַּדִּיק הָיָה מִשְּׁיָרֵי כְנֶסֶת הַגְּדוֹלָה. הוּא הָיָה אוֹמֵר עַל שְׁלשָׁה דְבָרִים הָעוֹלָם עוֹמֵד עַל הַתּוֹרָה וְעַל הָעֲבוֹדָה וְעַל גְּמִילוּת חֲסָדִים» (פרקי אבות א, ב).ש

«Shimon Le Juste, un des derniers membres de la Grande Assemblée enseigne que le Monde repose sur trois fondements, la Tora, le Culte et le Don désintéressé». (Maximes des Pères 1 : 2)

Le grand commentateur Bartenoura (1445-vers 1500) commente cette maxime en se fondant sur trois références du TaNaKh:

Le fondement de la Tora:

«כֹּה אָמַר יְהוָה אִם-לֹא בְרִיתִי יוֹמָם וָלָיְלָה–חֻקּוֹת שָׁמַיִם וָאָרֶץ לֹא-שָׂמְתִּי» (ירמיהו לג, כה).

«Ainsi parle le Seigneur: Si mon Alliance avec le jour et la nuit pouvait ne plus subsister, si je cessais de fixer des lois au ciel et à la terre…» (Jérémie 33: 25)

«L’Eternel a posé [la Tora] pour condition à la Création et a dit: si Israël reçoit la Tora, vous vous maintiendrez [la Création se maintiendra], sinon, Je vous renvoie au néant». (Traité Shabbat 88: a)

Le fondement du Culte:

«Sans les sacrifices, les cieux et la terre ne pourraient point se maintenir» (Traité Ta’anit 27: b; Meguila 31: b).

L’Eternel, grâce aux sacrifices volontaires (Holocaustes) de Noé après le déluge contracte avec l’Humanité une Alliance et promet de ne plus détruire le Monde.

ש«וַיִּבֶן נֹחַ מִזְבֵּחַ לַיהוָה וַיִּקַּח מִכֹּל הַבְּהֵמָה הַטְּהֹרָה וּמִכֹּל הָעוֹף הַטָּהוֹר וַיַּעַל עֹלֹת בַּמִּזְבֵּחַ. כא וַיָּרַח יְהוָה, אֶת-רֵיחַ הַנִּיחֹחַ וַיֹּאמֶר יְהוָה אֶל-לִבּוֹ לֹא-אֹסִף לְקַלֵּל עוֹד אֶת-הָאֲדָמָה בַּעֲבוּר הָאָדָם כִּי יֵצֶר לֵב הָאָדָם רַע מִנְּעֻרָיו וְלֹא-אֹסִף עוֹד לְהַכּוֹת אֶת-כָּל-חַי כַּאֲשֶׁר עָשִׂיתִי.» (בראשית ח, כ-כא)ש

«Noé érigea un autel à l’Éternel; il prit de tous les quadrupèdes purs, de tous les oiseaux purs, et les offrit en holocauste sur l’autel. 21 L’Éternel aspira la délectable odeur, et il dit en lui-même: « Désormais, je ne maudirai plus la terre à cause de l’homme, car les conceptions du cœur de l’homme sont mauvaises dès son enfance; désormais, je ne frapperai plus tous les vivants, comme je l’ai fait.» (Genèse 8: 20-21)

Le Don désintéressé:

ש«כִּי-אָמַרְתִּי עוֹלָם חֶסֶד יִבָּנֶה» (תהלים פט, ג).ש

«Car, dis-je, le monde est construit par la bonté» (Psaume 89:3)

«Le don désintéressé est de rendre joyeux les mariés, de consoler ceux qui sont en deuil, de visiter les maladies, d’enterrer les morts, etc.» (Bartenoura)

Ces trois piliers sur lesquels repose le Monde ont pour dénominateur commun le sens du sacrifice personnel. Toutes les grandes œuvres humaines sont le fruit de sacrifices en faveur de l’accomplissement de causes autant nationales que  spirituelles. Moïse, l’Homme de l’Eternel  (Deut. 33, 1), se sacrifie corps et âme en faveur d’Israël. N’a-t-il point abandonné femme et enfants pour aller libérer  ses frères hébreux d’Egypte (Exode 18: 2-5 )? N’a-t-il point renoncé à ses privilèges et à son autorité de Prince d’Egypte (Ex. 2: 10), lorsque ne pouvant plus supporter le mal causé à son frère hébreu, il s’élance vers lui, l’émancipant de son bourreau égyptien (Ex. 2, 11)? Moïse qui s’interpose entre l’Eternel et Israël en  priant en faveur de ses frères  ne se retrouve-t-il point totalement oublié  au moment d’entrer en Terre promise (Deut. 3: 23-26)?   Ce sacrifice constitue l’aboutissement ou l’accomplissement de  la réponse de l’homme à l’appel divin. Moïse demande à l’Eternel d’effacer son nom de l’Histoire d’Israël afin de sauver ce dernier (Ex. 32: 32)! Le sacrifice (Korban)[1] exprime la volonté de l’homme de se rapprocher (K.R.B (V)) de l’Ultime transcendance. Serions-nous capables de marcher sur les traces de  Moïse (Ex. 16, 4) et de Samuel (I Sam. 3, 4) répondant à l’appel divin: «Hinneni» – «Me voici»?

Le Livre VaYkra, comme en témoigne son nom, signifie «Il appela». L’Humanité sera-t-elle véritablement disposée à répondre par l’affirmative à cet appel? Seul l’accomplissement de notre  vocation sera à même de sauver le monde d’une perte inéluctable! Moïse, le parfait paradigme du Prophète répondant à l’appel de l’Eternel, constitue l’agent principal de la naissance du peuple d’Israël qui n’a d’autre vocation que de restaurer la Brisure de notre Monde.

 

 [1]  Parashat VaYkra: Lévitique 1: 1- 5: 26

Je vous invite à rejoindre le projet biblique:« Questions sur la Parashat HaShavoua» et à nous faire part de votre interprétation.
Questions sur la Parashat VaYkra:

Ce projet a pour dessein de mieux faire connaitre la source biblique. Des questions bibliques sont proposées. Vos réponses sont les bienvenues.

Si l’étude du TaNaKh vous fait rêver, n’hésitez pas à me joindre:

hebreubiblique@gmail.com

Au plaisir de vous retrouver,

Shabbat shalom!

Avec toutes mes amitiés,

Haïm Ouizemann

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Erets Israël, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 Responses to Parashat VaYkra: le sacrifice de soi, fondement du monde

  1. cathou dit :

    Mère Térésa disait: « être au service de tous, tous les servir, toujours, c’est donner à Jésus »
    DONNER: faire un don, faire le don: ce verbe signifie bien l’action spontanée, qui n’attend pas de récompense. La récompense est déjà dans le mot, dans l’action.

    Prenons le temps de réfléchir au mot DON.
    Un tremblements de terre, une attaque terroriste et nous devenons très généreux.Nous faisons nos comptes et nous versons un peu d’argent, puis nous oublions.
    Que nous a couté ce don???? rien!! Il va peut-être même servir à diminuer nos impôts.
    Est ce réellement un don? Oui, évidemment cet argent va servir, bien souvent à enrichir des gens déjà bien riches, et seulement 5% ira là où vous pensez.
    Cette manière de donner, qui a sa nécessité, n’est elle pas une façon de nous déresponsabiliser ?
    Noé choisit les animaux qu’il va offrir, le lévitique indique ce qui doit être offert en holocauste pour plaire à Dieu.
    Réfléchissons au DON que nous faisons, à notre façon de donner. Parfois un franc sourire, une franche poignée de main sont un DON de soi plus que précieux pour la personne qui le reçoit.
    Faire l’effort de comprendre l’autre, de ne pas le rejeter ;et en ces temps troublés c’est parfois bien difficile, car il ne faut pas être naïf dans son don.
    Donner aux humains, c’est donner à Dieu. (bon encore le rhume et la cervelle fonctionne au ralentis)

  2. cathou dit :

    En résumé: Aimer c’est tout donner, se donner soi-même.
    Pas toujours facile, c’est vrai.

  3. cathou dit :

    Nous, chrétiens, nous préparons à fêter Pâques, la résurrection de Jésus.

    J’aime beaucoup l’évangile de la femme adultère: les scribes et les pharisiens amènent devant Jésus une femme prise en flagrant délit d’adultère, or selon la Loi, la loi de Moïse, elle doit être lapidée. (et oui la Bible, en effet, prend sa source même au cœur des traditions locales des humains) , ils demandent donc à Jésus de prononcer cette sentence: mise à mort par lapidation. la réponse de Jésus est très intéressante: « Que celui de vous qui est sans péché, jette le premier la pierre contre elle » puis quand chacun des juges fut parti, tête basse Jésus dit à la femme: « Je ne te condamne pas non plus, va, et ne pèche plus »

    Bon ce passage n’a pas sa place dans cet article, certes, mais que nous dit Jésus??
    – qu’aucun iota de la LOI ne sera changé, jamais!!! Dans ce seul et simple passage Jésus applique la Tora, dans TOUTE sa compréhension, dans TOUTE sa profondeur, dans TOUTE sa réalité.
    -Cet homme va appliquer le fondement du culte juif jusqu’à s’offrir lui, en holocauste. On ne peut choisir meilleur morceau à offrir à Dieu: sa vie
    -Cet homme fait le don de sa vie, de lui-même, pour sauver les humains. Aimer c’est donner sa vie à l’autre, aux autres. Évidemment pas se suicider, se rendre malade, se flageller NON: ces actes seulement physiques n’ont aucune signification, Jésus nous dit par ces images de crucifixion, fortes, insoutenables:
    le DON doit être total, libre, gratuit, mais c’est aussi difficile de donner, d’aimer, ainsi aussi totalement, (soyons honnêtes nous ne donnons généreusement que ce qui nous arrange, nous essayons d’alléger au max notre croix quotidienne) surmonter cette souffrance qu’engendre le don total, pour arriver à la résurrection: avoir su comprendre et accomplir tous les enseignements, les avoir fait siens au point d’en être libéré. (ils ne sont plus un poids, ils sont moi)

    Jésus, au fond, termine le récit biblique.

    Au passage je rappelle que jamais Dieu, le divin, ne demandera à un humain de mourir, ou de donner la mort en son nom. Dieu ne demande pas à Jésus de mourir, Dieu ne récompense pas Jésus pour sa mort.

    • gabriel dit :

      J’aimerais répondre à Cathou: Votre dernière phrase « Dieu ne demande pas à Jésus de mourir, Dieu ne récompense pas Jésus pour sa mort. » m’interpelle:
      Je vous invite à lire les références suivantes: Romains 8:32 : Dieu n’a pas épargné son propre Fils , Il l’a livré pour nous.
      Jésus le savait d’avance: Matthieu 26:1-2, Marc 10:32-33, Luc 18:31-33.
      Jésus s’est donné lui-même … selon la volonté de Dieu : Galates 1:4
      Jésus est le Fils de Dieu, selon Matthieu 3:17 / 17:5, Marc 1:11 / 9:7, Luc 3:22 / 9:35 et
      2 Pierre 1:17.
      Jésus est à la fois pleinement Dieu et pleinement Homme selon Philippiens 2:6-11
      Dans ce dernier passage vous pouvez également voir que Dieu a récompensé Jésus pour avoir donné sa propre vie à la croix:
      9 C’est pourquoi aussi Dieu l’a haut élevé et lui a donné un nom au-dessus de tout nom,
      10 afin qu’au nom de Jésus se ploie tout genou des êtres célestes, et terrestres, et infernaux,
      11 et que toute langue confesse que Jésus Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père.

      • cathou dit :

        Oui je comprends ce que vous écrivez, et je suis tout à fait d’accord.
        Je me suis mal exprimée: Jésus se donne lui-même (oui selon la volonté divine)
        et c’est par ce sacrifice ultime Il est élevé par Dieu au-dessus de nous tous.

        Mais, au vu des évènements actuels, il est important de souligner qu’aucun humain ne peut prendre une vie au nom du Divin. (et ça dans toutes les religions)
        qu’aucun humain ne peut prétendre avoir une récompense pour avoir donner sa vie au nom du Divin.
        Jésus n’accomplit pas son destin… jusqu’à la mort, en vue d’une quelconque récompense.
        La récompense divine intervient, après….. si le sacrifice est réellement un Don gratuit.

        Il est exact, Merci, que je ne sais pas trop comment exprimer clairement ça.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.