Parashat Metsora, un Mot, un Monde

Avec tous mes remerciements à mon ami Calligraphe Michel D'anastasio http://www.script-sign.com/pressebook/hebreu/calligraphie-hebraique.php

Avec tous mes remerciements à mon ami Calligraphe Michel D’anastasio
http://www.script-sign.com/pressebook/hebreu/calligraphie-hebraique.php

La péricope de cette semaine relate les règles relatives au processus complexe de purification du lépreux. Les Sages d’Israël, s’efforçant de pénétrer le mystère de l’origine de cette plaie lépreuse, découvrent au sein du terme hébreu הַמְּצֹרָע  (HaMetTsoRa, le lépreux), la notion de «HaMotsi Shem Ra» (המוציא שם רע)[1] [2], signifiant «celui  qui calomnie». Les Sages d’Israël ont perçu l’importance de la menace permanente de la médisance et de la calomnie, à l’origine de la maladie de la lèpre. Comment ont-ils observé qu’une parole prononcée à la légère peut conduire à un aussi lourd châtiment?

La Parole, expliquent-ils, constitue le fondement (Création), le maintien (Révélation) et l’accomplissement (Rédemption) du genre humain.

Les Sages d’Israël, scrutant la Source biblique, remarquent que l’achèvement de chaque jour de la Création est systématiquement scellé par la Parole divine (Amira).  Quant à l’homme, participant activement à la Création, il lui incombe le devoir de définir son environnement en nommant explicitement chaque créature et chaque chose (Gen. 2: 19-20). En hébreu, les substantifs «Chose» et «Parole» sont tous deux homonymes («DaVaR»).  Point de réalité substantielle sans parole. La Parole divine  constitue, donc, le fondement de l’Univers, l’âme de la Création!

Cette Parole créatrice s’avère être également une Parole libératrice. La Théophanie, la Révélation de l’Eternel au mont Sinaï, constitue l’événement majeur de la naissance d’Israël en tant que peuple indépendant et libre. L’Eternel se révèle à Israël et à l’Humanité par le biais des Dix Paroles (Exode 20: 2-13; Deut. 5, 6-17). L’Histoire enseigne que l’arme des grands révolutionnaires et contestataires s’élevant contre tout régime de dictature se caractérise par la prise de parole et l’expression libre en faveur des humiliés. Moïse, se rebellant contre l’institution inique fondée sur l’esclavage, ébranle déjà la toute puissance égyptienne par sa bouche! Selon le commentateur Rachi, Moïse ne frappa point physiquement l’Egyptien mais entraîna la mort de ce dernier par la prononciation du Nom divin (Rachi sur Ex. 2: 14). La Parole est libératrice en cela qu’elle introduit une signification à l’Histoire. Le déroulement de faits s’inscrivant au sein des méandres de l’histoire humaine se nomme également «Dévarim» (Genèse 22: 1). L’Histoire du genre humain se constitue à partir de la mémoire orale et écrite. Point d’humanité sans mémoire.

De plus, au même titre que le monde créé par Dix Paroles et la théophanie sinaïtique où l’Eternel se révèle par Dix Paroles, la Rédemption finale s’accomplira par Dix Cantiques[3]. Le dernier des cantiques, le Cantique des Cantiques, chanté par Israël, au soir du Shabbat, sera à la fin des temps repris par tous les êtres qui reconnaîtront le Nom de l’Eternel par le chant. Quant au roi-messie, il jugera les Nations :

ש«וְשָׁפַט בְּצֶדֶק דַּלִּים וְהוֹכִיחַ בְּמִישׁוֹר לְעַנְוֵי-אָרֶץ וְהִכָּה-אֶרֶץ בְּשֵׁבֶט פִּיו וּבְרוּחַ שְׂפָתָיו יָמִית רָשָׁע» (ישעיהו יא, ד). ש

«Mais il jugera les faibles avec justice, il rendra des arrêts équitables en faveur des humbles du pays; du sceptre de sa parole il frappera les violents et du souffle de ses lèvres il fera mourir le méchant». (Isaïe 11: 4)

Le triptyque Création, Révélation et Rédemption, composant les  trois grandes phases du développement de l’humanité,  repose sur la sublime Parole divine et celle du genre humain. Cette dernière, garante du maintien du tissu social liant tous les êtres, a pour dessein de construire le monde. Toute déviation de ce suprême dessein est, alors, accompagnée du châtiment de la lèpre conduisant au bannissement du médisant et du calomniateur.

Le Midrash[4] enseigne que l’«Elixir de vie», le secret du véritable bonheur tant recherché par le genre humain, ne se trouve point aux confins de l’Univers mais en chacun d’entre nous:

ש«מִי-הָאִישׁ הֶחָפֵץ חַיִּים אֹהֵב יָמִים לִרְאוֹת טוֹב. יד נְצֹר לְשׁוֹנְךָ מֵרָע; וּשְׂפָתֶיךָ מִדַּבֵּר מִרְמָה» (תהלים לד, יג-יד).ש

«Quel est l’homme qui souhaite la vie, qui aime de longs jours pour goûter le bonheur? 14 Préserve ta langue du mal, et tes lèvres des discours perfides» (Psaumes 34: 13-14)

 

[1] Parashat Metsora, Lévitique 14: 1- 15: 33

[2] Traité Arakhin 15: b; Lévitique Rabba 17: 4

[3] Midrash Tan’houma Parashat BeShala »h: 10 Cantiques:  Chant de la Fête (Isaïe 30, 29), le Cantique de la Mer (Exode 15, 1-21), le Chant du puits (Nombres 21, 17-20), le chant de Moïse (Deutéronome 31-32), le chant de Josué freinant la course du soleil (Josué 10, 12-13), le chant de Dvorah (Juges 5), le chant du roi David (II Samuel 22), le chant d’inauguration du Beth Hamikdache (Psaumes 30), le Cantique des Cantiques du Roi Salomon, exprimant le lien d’amour unissant l’Eternel et Israël et le Psaume 98 où la Gloire divine éclate aux yeux de toutes les Nations. Cf. également Midrash Zouta (Cant. Des Cantiques 81) mentionnant le Cantique des Cantiques comme le dernier chant annonçant la rédemption.

[4] Lévitique Rabba 16: 2

Je vous invite à rejoindre le projet biblique:« Questions sur la Parashat HaShavoua» et à nous faire part de votre interprétation.
Questions sur la Parashat Metsora:

Ce projet a pour dessein de mieux faire connaitre la source biblique. Des questions bibliques sont proposées. Vos réponses sont les bienvenues.

Si l’étude du TaNaKh vous fait rêver, n’hésitez pas à me joindre:

hebreubiblique@gmail.com

Au plaisir de vous retrouver,

Shabbat shalom!

Avec toutes mes amitiés,

Haïm Ouizemann

Ce contenu a été publié dans Lectures bibliques, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 Responses to Parashat Metsora, un Mot, un Monde

  1. bernadettebriers dit :

    Dans le Christianisme, il est dit que le Verbe s’est fait chair. Le verbe est créateur comme le disent les textes bibliques. Nommer les choses et les êtres, c’est les définir, les distinguer du tout. Si la parole est créatrice, elle a une action sur tout et tous. Les paroles peuvent se retourner contre ceux qui les profèrent. Alors celui qui dit du mal risque que ce qu’il a dit se réalise. Evitons donc les paroles méchantes, celles qui blessent autrui. Comme dit dans le texte « préserve ta bouche du mal et tes lèvres des discours perfides.
    Shamom Raïm et puisses-tu vivre le shabbat de demain dans la sérénité avec ta famille.
    Bernadette Briers.

  2. bernadettebriers dit :

    Shalom Raïm
    Les 2 textes ont pour point commun l’impureté du corps.
    Ce qui les distingue: dans le premier, relatif à la lèpre, il y a une règle. C’est le pontife qui s’assurera si les plaies sont soignées. On a à faire à une maladie. Dans le 2° c’est Elisée qui envoie un messager pour demander que l’homme qui veut venir chez elle se purifie en se plongeant 7 fois dans le Jourdain. Le nombre 7 correspond au Shabbat, , jour où l’Eternel se retire pour que sa création se poursuive. Il s’en remet à l’Homme pour l’assumer.
    Conclusion biblique. La pureté du corps et de l’âme est indispensable pour que l’homme soit digne du Créateur et accomplisse Sa Création.
    C’est du moins ce qu’il me parait dans ces textes.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.