Parashat Nitsavim, le Shofar de la Liberté

 

Shofar de la Liberté

Shofar de la Liberté

שש«תְּקַע בְּשׁוֹפָר גָּדוֹל לְחֵרוּתֵנוּ, וְשָׂא נֵס לְקַבֵּץ גָּלֻיּוֹתֵינוּ, וְקַבְּצֵנוּ  מְהֵרָה יַחַד מֵאַרְבַּע כַּנְפוֹת הָאָרֶץ לְאַרְצֵנוּ .בָּרוּךְ אַתָּה : יֻהֻוֻהֻ, מְקַבֵּץ נִדְחֵי עַמּוֹ יִשְׂרָאֵל». (תפילת-עמידה)ש

«Sonne du Grand Shofar pour notre Liberté et Porte l’étendard du rassemblement des exilés, rassemble-nous rapidement des quatre points de la terre afin de nous ramener en notre terre (ancestrale). Bénis sois-Tu Eternel, toi qui rassemble ceux de Son peuple Israël qui ont été éloignés». (Prière de la Amida)La bénédiction de «Kibbouts Galouyiot» («Rassemblement des exilés»), répétée quotidiennement par Israël depuis deux mille ans, s’inspire de trois passages bibliques. Le premier est extrait de Deutéronome et les deux autres, du Prophète Isaïe:

ש«וְשַׁבְתָּ עַד-יְהוָה אֱלֹהֶיךָ וְשָׁמַעְתָּ בְקֹלוֹ כְּכֹל אֲשֶׁר-אָנֹכִי מְצַוְּךָ הַיּוֹם אַתָּה וּבָנֶיךָ בְּכָל-לְבָבְךָ וּבְכָל-נַפְשֶׁךָ. ג וְשָׁב יְהוָה אֱלֹהֶיךָ אֶת-שְׁבוּתְךָ וְרִחֲמֶךָ וְשָׁב וְקִבֶּצְךָ מִכָּל-הָעַמִּים אֲשֶׁר הֱפִיצְךָ יְהוָה אֱלֹהֶיךָ שָׁמָּה. ד אִם-יִהְיֶה נִדַּחֲךָ בִּקְצֵה הַשָּׁמָיִם מִשָּׁם יְקַבֶּצְךָ יְהוָה אֱלֹהֶיךָ וּמִשָּׁם יִקָּחֶךָ» (דברים ל, ב-ד)ש

«Tu retourneras à l’Éternel, ton Dieu, et tu obéiras à sa voix en tout ce que je t’ordonne aujourd’hui, toi et tes enfants, de tout ton cœur et de toute ton âme. Alors l’Éternel, ton Dieu, éprouvera pour toi de la compassion, mettra un terme à ton exil, et il te rassemblera du sein des peuples parmi lesquels il t’aura dispersé.4 Tes proscrits, fussent-ils à l’extrémité des cieux, l’Éternel, ton Dieu, te rappellerait de là, et là même il irait te reprendre». (Deut. 30: 2-4).[1]

ש«וְהָיָה בַּיּוֹם הַהוּא יִתָּקַע בְּשׁוֹפָר גָּדוֹל וּבָאוּ הָאֹבְדִים בְּאֶרֶץ אַשּׁוּר וְהַנִּדָּחִים בְּאֶרֶץ מִצְרָיִם וְהִשְׁתַּחֲווּ לַיהוָה בְּהַר הַקֹּדֶשׁ בִּירוּשָׁלִָם» (ישעיהו כז, יג).ש

«En ce jour résonnera la Grand Shofar; alors arriveront ceux qui étaient perdus dans le pays d’Achour, relégués dans la terre d’Egypte, et ils se prosterneront devant l’Eternel, sur la montagne sainte, à Jérusalem« (Is. 27: 13).

ש«וְנָשָׂא נֵס לַגּוֹיִם וְאָסַף נִדְחֵי יִשְׂרָאֵל וּנְפֻצוֹת יְהוּדָה יְקַבֵּץ מֵאַרְבַּע כַּנְפוֹת הָאָרֶץ» (ישעיהו יא, יב).ש

 «ll lèvera l’étendard vers les nations pour recueillir les exilés d’Israël et rassembler les débris épars de Juda des quatre coins de la terre» (Is. 11, 12).

La Mitsvah de Rosh Ha-shana, le Nouvel An juif, ne consiste point à sonner du Shofar mais à prêter une attention toute particulière à son retentissement. C’est au son du Shofar que s’assemblent les fils d’Israël, contraints à un exil forcé parmi les Nations.

Mais en quoi ce Shofar détient-il la propriété de fédérer tous les exilés d’Israël en Erets Israël ?

Il nous faut tout d’abord remarquer que la bénédiction «Kibbouts Galouyiot» inclut le terme לְחֵרוּתֵנוּ, (Le’HeROuTeNOu, «pour notre Liberté»), terme qui rappelle, dans le livre du Lévitique, le vocable דְּרוֹר  (DROR- «liberté»):

ש«וְקִדַּשְׁתֶּם אֵת שְׁנַת הַחֲמִשִּׁים שָׁנָה וּקְרָאתֶם דְּרוֹר בָּאָרֶץ לְכָל-יֹשְׁבֶיהָ יוֹבֵל הִוא תִּהְיֶה לָכֶם וְשַׁבְתֶּם אִישׁ אֶל-אֲחֻזָּתוֹ וְאִישׁ אֶל-מִשְׁפַּחְתּוֹ תָּשֻׁבוּ» (ויקרא כה, י).ש

«Vous sanctifierez cette cinquantième année, en proclamant, dans le pays, la liberté pour tous ceux qui l’habitent: cette année sera pour vous le Jubilé, où chacun de vous rentrera dans son bien, où chacun retournera à sa famille» (Lev. 25: 10).

Les deux termes דְּרוֹר  (DROR- «liberté») et  יוֹבֵל (YOVeL- «Jubilé») figurent

dans ce même verset (Isaïe 27: 13). Ainsi, nous pouvons déduire que ce Grand Shofar (שׁוֹפָר, signifiant «Corne de bélier», annonce l’avènement d’une nouvelle ère de Rédemption (Juges 6: 34).

La voix pure de la résurrection nationale et spirituelle d’Israël, entamée dès 1882 avec la création du Mouvement sioniste «BILOu»[2] et l’annonce de la Déclaration Balfour (1917), n’a jamais cessé de croître et de se développer, comme en témoignent toutes les vagues d’Alyah. Cette voix appelle l’ensemble des Nations à s’éveiller à la conscience d’Israël en reconnaissant pleinement la noble et exigeante vocation éthique et spirituelle dévolue au peuple d’Israël sur sa terre retrouvée, vocation l’appelant à instaurer un monde ou règnerait enfin la Liberté pour tout le genre humain.

ש«כָּל-יֹשְׁבֵי תֵבֵל וְשֹׁכְנֵי אָרֶץ כִּנְשֹׂא-נֵס הָרִים תִּרְאוּ וְכִתְקֹעַ שׁוֹפָר תִּשְׁמָעוּ» (ישעיהו יח, ג).ש

«Vous tous qui habitez le globe et qui peuplez la terre, quand la bannière se dressera sur les montagnes, regardez; quand sonnera le Shofar, écoutez!» (Isaïe 18: 3)

En 1948, les Nations-Unies reconnaissent officiellement les couleurs du drapeau de l’Etat hébreu et le monde s’émerveille du courage sans bornes des pionniers engagés qui, manches retroussées, se vouent à faire refleurir ce désert qu’est devenue la terre d’Israël autrefois si fertile, comme une marque de tristesse… dans l’attente de ses enfants pour qui elle se prépare à les accueillir, se réjouissant à l’avance: … :

ש«וְאַתֶּם הָרֵי יִשְׂרָאֵל עַנְפְּכֶם תִּתֵּנוּ וּפֶרְיְכֶם תִּשְׂאוּ לְעַמִּי יִשְׂרָאֵל כִּי קֵרְבוּ לָבוֹא.» (יחזקאל לו, ח).ש

«Et vous, montagnes d’Israël, vous donnerez votre frondaison et vous porterez votre fruit pour mon peuple d’Israël, car ils sont près de revenir». (Ezéchiel 36: 8)

Emettons le vif espoir que toutes les Familles de la Terre resteront fidèles à la Parole vivifiante donnée au Mont Sinaï, suivant l’exemple d’Israël qui a répondu à l’appel du Shofar, au pied du mont Sinaï (Exode 19: 16).

ש«וְשָׁמְעוּ בַיּוֹם-הַהוּא הַחֵרְשִׁים דִּבְרֵי-סֵפֶר וּמֵאֹפֶל וּמֵחֹשֶׁךְ עֵינֵי עִוְרִים תִּרְאֶינָה» (ישעיהו יט, יח). ש

«En ce jour, les sourds mêmes entendront la parole du livre et, du sein de l’obscurité et des ténèbres, les yeux des aveugles verront.» (Isaïe 29: 18)

ש«אַתֶּם רְאִיתֶם אֲשֶׁר עָשִׂיתִי לְמִצְרָיִם וָאֶשָּׂא אֶתְכֶם עַל-כַּנְפֵי נְשָׁרִים וָאָבִא אֶתְכֶם אֵלָי.ה וְעַתָּה אִם-שָׁמוֹעַ תִּשְׁמְעוּ בְּקֹלִי וּשְׁמַרְתֶּם אֶת-בְּרִיתִי וִהְיִיתֶם לִי סְגֻלָּה מִכָּל-הָעַמִּים כִּי-לִי כָּל-הָאָרֶץ. ו וְאַתֶּם תִּהְיוּ-לִי מַמְלֶכֶת כֹּהֲנִים וְגוֹי קָדוֹשׁ» (שמות יט, ד-ו).ש

«Vous avez vu ce que j’ai fait aux Égyptiens; vous, je vous ai portés sur l’aile des aigles, je vous ai rapprochés de moi.5 Désormais, si vous écoutez assurément  ma voix, si vous gardez mon Alliance, vous serez mon trésor entre tous les peuples! Car toute la terre est à moi, 6 mais vous, vous serez pour moi une dynastie de pontifes et une nation sainte» (Exode 19: 4-6).

L’ère messianique sera marquée par la plénitude de la vue et de l’écoute au sens d’obéissance à la Volonté suprême.

La bénédiction «Kibbouts Galouyiot» s’achève par le mot עַמּוֹ (‘AMO), «Son peuple». Le suffixe possessif Vav וֹ («son») témoigne de la profonde affection que manifeste l’Eternel à l’égard de Son peuple en rassemblant Ses fils perdus dans le désert des Nations, à l’image du berger regroupant son troupeau:

ש«וַיִּנָּחֶם יְהוָה עַל-הָרָעָה אֲשֶׁר דִּבֶּר לַעֲשׂוֹת לְעַמּוֹ» (שמות לב, יד).ש

«L’Éternel révoqua le malheur qu’il avait voulu infliger à son peuple». (Exode 32: 14)

 

[1] Parashat Nitsavim, Deutéronome 29: 9- 30: 9

[2] (Initiales des mots «בֵּית- יַעֲקֹב לְכוּ וְנֵלְכָה, [בְּאוֹר יְהוָה], BeIT Ya’Akov LeKhOu VeNeLKha, «Maison de Jacob, allons, et nous irons [à la lumière de l’Eternel]» Isaïe  2: 5)

 

Si l’étude du TaNaKh vous fait rêver, n’hésitez pas à me joindre:

hebreubiblique@gmail.com

Au plaisir de vous retrouver,

Shabbat shalom!

!Shana tova

Avec toutes mes amitiés,

Haïm Ouizemann

Ce contenu a été publié dans Lectures bibliques, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 Response to Parashat Nitsavim, le Shofar de la Liberté

  1. Ping : Etudes bibliques | michmich32

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.