Parashat Balak, Israël, la bénédiction de l’Alliance

Malgré la volonté ferme de Balak, roi de Moav, de détruire Israël par la malédiction du plus réputé des prophètes des Nations, Bil’am, invité par ce dernier à maudire Israël, avoue sa totale impuissance à répondre à cette requête:

ש«מָה אֶקֹּב לֹא קַבֹּה אֵל וּמָה אֶזְעֹם לֹא זָעַם יְהוָה» (במדבר כג: ח).[1]ש

«Comment maudirais-je celui que Dieu n’a point maudit? Comment menacerai-je, quand l’Éternel est sans colère?» (Nombres 23: 8)

Le motif avancé par Bil’am consiste en l’affirmation  que l’Eternel, malgré la désobéissance d’Israël, n’a jamais maudit Son peuple.

Le commentateur Rashi, s’inspirant de la littérature midrashique[2], mentionne plusieurs références bibliques confirmant les propos de Bil’am:

«Comment maudirais-je celui que l’Eternel n’a pas maudit»:

«Lorsqu’ils ont mérité d’être maudits, ils ne l’ont pas été, et lorsque leur patriarche a rappelé leur crime – « car dans leur colère ils ont tué un homme » (Beréchith 49, 6) – il n’a maudit que leur colère, comme il est écrit : « maudite leur colère, car elle est puissante » (Beréchith 49, 7). Et lorsque leur patriarche s’est introduit par ruse chez son père, il aurait mérité d’être maudit. Mais qu’est-il écrit à ce sujet ? « Aussi sera-t-il béni ! » (Beréchith 27, 33). Et à propos de ceux chargés de bénir, il est écrit : « Ceux-ci se tiendront pour bénir le peuple » (Deutéronome 27, 12), tandis que pour ceux chargés de maudire il n’est pas écrit : « Ceux-ci se tiendront pour maudire le peuple », mais : « et ceux-ci se tiendront sur la malédiction » (Deutéronome 27, 13), car Il n’a pas voulu parler de « malédiction » à leur sujet» (Midrach Tan‘houma).

Les remontrances de l’Eternel à l’encontre de son peuple ne visent aucunement à détruire Israël ni même à le substituer par un autre peuple, mais à l’éduquer et à lui montrer le chemin du Retour (Teshouvah):

ש «כִּי רֶגַע בְּאַפּוֹ חַיִּים בִּרְצוֹנוֹ בָּעֶרֶב יָלִין בֶּכִי וְלַבֹּקֶר רִנָּה» (תהלים ל: ו).ש

«…car Sa colère [de l’Eternel] ne dure qu’un instant, mais  Sa bienveillance est pour la vie; le soir dominent les pleurs, le matin, c’est l’allégresse.» (Psaume 30: 6)

Cette bénédiction, fruit de l’Alliance – de la Brit – conclue entre l’Eternel et Israël doit-elle être considérée comme un pur acte de grâce et d’amour gratuit, ainsi qu’il est écrit:

ש«וְלֹא-אָבָה יְהוָה אֱלֹהֶיךָ לִשְׁמֹעַ אֶל-בִּלְעָם וַיַּהֲפֹךְ יְהוָה אֱלֹהֶיךָ לְּךָ אֶת-הַקְּלָלָה לִבְרָכָה כִּי אֲהֵבְךָ יְהוָה אֱלֹהֶיךָ.» (דברים כג: ו).ש

«Mais l’Éternel, ton Dieu, n’a pas voulu écouter Bil’am, et l’Éternel, ton Dieu, a transformé pour toi l’imprécation en bénédiction; car il éprouve à ton égard de l’amour, l’Éternel, ton Seigneur!» (Deutéronome 23: 6).

Or, Bil’am, le prophète des Nations, est persuadé que le peuple d’Israël ne peut en aucune manière être comparé aux autres Nations! Cette distinction ne serait-elle point discriminatoire à l’encontre des Nations du monde? En quoi cette singularité vaut-elle à Israël d’être une source de bénédictions et une puissance spirituelle pour les Familles de la terre (Genèse 12:3)?

Deux raisons majeures peuvent être avancées:

La première raison se fonde sur la reconnaissance par Israël d’un seul et unique Maître de l’Univers. Malgré de maints conflits entre l’Eternel et Israël, cette fidélité ne se démentira  jamais au cours de la longue histoire d’Israël. Nombreux sont ceux qui, parmi ce petit peuple, périront en proclamant l’Unicité du Nom  יְהוָה, l’Eternel:

ש«יְהוָה בָּדָד יַנְחֶנּוּ וְאֵין עִמּוֹ אֵל נֵכָר» (דברים לב: יב).ש

«Seul, l’Éternel le dirige, et nul dieu étranger ne lui est associé !» (Deut. 32: 12)

La seconde raison s’enracine dans le souvenir de l’Alliance pérenne conclue avec les Patriarches et Matriarches d’Israël.

ש«כִּי-מֵרֹאשׁ צֻרִים אֶרְאֶנּוּ וּמִגְּבָעוֹת אֲשׁוּרֶנּוּ הֶן-עָם לְבָדָד יִשְׁכֹּן וּבַגּוֹיִם לֹא יִתְחַשָּׁב» (במדבר כג: ט).ש

«Oui, je le vois de la cime des rochers, et du haut des collines, je le découvre: ce peuple, il vit solitaire, iI ne se confondra point avec les nations» (Nombres 23: 9).

Les rochers d’Israël ( צֻרִים ), dit Rashi, ce sont les Patriarches et les collines גְּבָעוֹת, les Matriarches. Or, par leur vie et leur lien imprescriptible avec l’Eternel, les Patriarches ont toujours été un rempart de protection pour les Hébreux:

ש«זְכֹר לְאַבְרָהָם לְיִצְחָק וּלְיִשְׂרָאֵל עֲבָדֶיךָ» (שמות לב: יג).ש

«Souviens-toi d’Abraham, d’Isaac et d’Israël, tes serviteurs…» (Exode 32: 13).

Effectivement, les Patriarches étaient des craignant-Dieu, et, leur vie durant, ont écouté la voix de l’Eternel, quoiqu’il leur en coûte. C’est ainsi que l’Eternel, en retour, leur accordera Sa fidélité éternelle et leur mérite protègera leurs descendants:

ש«רַק בַּאֲבֹתֶיךָ חָשַׁק יְהוָה לְאַהֲבָה אוֹתָם; וַיִּבְחַר בְּזַרְעָם אַחֲרֵיהֶם בָּכֶם מִכָּל-הָעַמִּים כַּיּוֹם הַזֶּה» (דברים י: טו).ש

«et pourtant, ce sont tes pères qu’a préférés l’Éternel, les aimant; et c’est leur postérité après eux, c’est vous qu’il a choisis entre tous les peuples, comme vous le voyez aujourd’hui.» (Deutéronome 10: 15).

Israël, tel un arbre sans cesse attaché à ses racines ancestrales, ne peut être maudit par aucune puissance porteuse de malédiction:

ש«שִׁמְעוּ אֵלַי רֹדְפֵי צֶדֶק מְבַקְשֵׁי יְהוָה הַבִּיטוּ אֶל-צוּר חֻצַּבְתֶּם וְאֶל-מַקֶּבֶת בּוֹר נֻקַּרְתֶּם . הַבִּיטוּ אֶל-אַבְרָהָם אֲבִיכֶם וְאֶל-שָׂרָה תְּחוֹלֶלְכֶם כִּי-אֶחָד קְרָאתִיו וַאֲבָרְכֵהוּ וְאַרְבֵּהוּ.» (ישעיהו נא: א-ב).ש

«Ecoutez-moi, vous qui poursuivez la justice, vous qui recherchez l’Eternel! Jetez les yeux sur le rocher d’où vous fûtes taillés, sur le puits de carrière d’où vous fûtes extraits.2 Considérez Abraham, votre père, Sara, qui vous a enfantés; lui seul je l’ai appelé, je l’ai béni et multiplié.» (Isaïe 51: 1-2).

Le grand commentateur Na’hmanide[3] soutient la thèse selon laquelle Avraham, en surmontant les dix épreuves qui lui furent envoyées par l’Eternel et plus particulièrement la dixième –la ligature de son fils bien-aimé Its’hak- transformera Israël en une source inextinguible de bénédictions pour les Nations, car il a toujours manifesté sa volonté d’écouter la voix de l’Eternel:

ש«וְהִתְבָּרְכוּ בְזַרְעֲךָ כֹּל גּוֹיֵי הָאָרֶץ עֵקֶב אֲשֶׁר שָׁמַעְתָּ בְּקֹלִי» (בראשית כב: יח).ש

«Et toutes les nations de la terre seront bénies par ta postérité, en récompense de ce que tu as écouté ma voix» (Gen. 22: 18).

ש «וְנוֹדַע בַּגּוֹיִם זַרְעָם וְצֶאֱצָאֵיהֶם בְּתוֹךְ הָעַמִּים כָּל-רֹאֵיהֶם יַכִּירוּם כִּי הֵם זֶרַע בֵּרַךְ יְהוָה» (ישעיהו סא: ט).ש

«Aussi leur postérité sera reconnue parmi les nations et leurs descendants parmi les peuples. Tous ceux qui les verront les reconnaîtront pour une  semence que Dieu a bénie» (Isaïe 61: 9)

C’est alors qu’Israël, reconnu comme l’élu de l’Eternel, pourra s’épanouir en Erets Israël, la terre de la promesse réalisée:

ש«וַיִּשְׁכֹּן יִשְׂרָאֵל בֶּטַח בָּדָד עֵין יַעֲקֹב אֶל-אֶרֶץ דָּגָן וְתִירוֹשׁ אַף-שָׁמָיו יַעַרְפוּ טָל» (דברים לג: כח).ש

«Et Israël réside avec sécurité, elle coule solitaire la source de Jacob, sur une terre riche de blé et de vin, sous des cieux qui lui versent la rosée» (Deut. 33: 28).

 

[1] Parashat Balak, Nombres 22: 2- 25: 9

[2] Nombres Rabba 20: 19 sur le verset Nombres 23, 8.

[3] רמב »ן, האמונה והביטחון, פרק ו

Au plaisir de vous retrouver,

Shabbat shalom!

,Avec toutes mes amitiés

Haïm Ouizemann

hebreubiblique@gmail.com

Ce contenu a été publié dans Lectures bibliques, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 Responses to Parashat Balak, Israël, la bénédiction de l’Alliance

  1. cathou dit :

    Balak se sent menacer par les fils d’Israël, il n’a pas tort, c’est son rôle de Chef d’assurer la sécurité de son peuple. Un peuple étranger qui s’approche du territoire est une menace sérieuse, à prendre en considération.
    Baal, cette divinité n’est pas étrangère aux Hébreux, qui vont l’adorer et l’idolâtrer à de nombreuses reprises. Très certainement, malgré ses visages multiples, offre t’elle beaucoup de points communs avec le Dieu Un des Hébreux. Peut-être est-elle une des racines du Dieu UN. d’où la simplicité avec laquelle Balaam parle avec le Dieu UN.

    L’Éternel n’a aucune raison de maudire l’humain qu’il a créé. Il bénit l’humain dès sa création (génèse1,28)
    Il est à remarquer:
    «  »Si tu écoutes vraiment la voix du Seigneur…. voici toutes les bénédictions qui viendront sur toi » (Deutéronome 28,1)
    «  »Mais si tu n’écoutes pas la voix de ton Seigneur….voici les malédictions qui viendront sur toi » » (Deutéronome 28,15)

    L’humain, par ses actes, par sa parole décide lui, et lui seul des bénédictions et des malédictions à venir.

  2. cathou dit :

    Au delà du texte biblique de croyance, de foi, ces passages nous rappellent que les hébreux qui arrivent à Canaan, ne sont pas les bienvenus. La contrée est déjà peuplée, et Baal en est le Dieu. (les Dieux puisque Baal a plusieurs visages, plusieurs identités). Ce sont les hébreux, qui par leur retour à l’adoration de Baal vont mettre en péril les bonnes relations entre les peuples.
    Il est à remarquer qu’aujourd’hui, la population palestinienne dans laquelle on trouve: des juifs jamais partis en exil, des juifs déjà revenus depuis des années, des chrétiens et des musulmans, n’a pas refusé, au tout début, la création de l’état d’Israël.
    Israël ne fut pas source de conflit au départ, Israël devient source de conflit si ce pays joue le jeu imposé par les dirigeants des autres pays musulmans et occidentaux.
    Israël a un rôle important à jouer dans la paix de cette région. C’est seulement en travaillant pour la Paix que Israël gagnera la reconnaissance des Nations.

    Une partie de la force des juifs vient, en effet, de la foi inébranlable qu’ils ont en leurs Patriarches, les Pères de leur Nation. Transmission de la mémoire, du savoir, tellement forts mais aussi tellement humains, ces Pères sont un exemple à suivre.
    Chaque pays a ses Patriarches, la France a Vercingétorix, Charlemagne; Saint Louis… nos rois et une multitude de saints dont Jeanne d’Arc: grand modèle pour notre nation. Si la France perd la mémoire de son histoire, de ses Pères et Mères fondateurs, la France suivra le même chemin de l’Israël d’il y a 2 000 ans, elle se couvrira de cendres et de ruines.
    La force des Hindous vient de cette certitude absolue que le divin se mélange si étroitement à l’humain, qu’il en est indissociable: le Divin seul ne donne ni bénédictions, ni malédictions.
    En cela nous avons beaucoup à apprendre encore….

  3. MANATHAN AIGLE ROYAL dit :

    Il est Sorti pour la Première fois ds l’HISTOIRE un Prophete plus grand que MOSHE Rabbenou,c’etait BILAM(BALAM).Tout simplement parce qu’il n’était pas JUIF disent le Maitres.
    BILAM voit le LION de Judah et son SCEPTRE,l’Etoile Brillante du Matin,la Venu de MASHI’ACH
    Bref la DELIVRANCE FINALE D’ISRAEL et de toute L’HUMANITE.Dans ce passage il decrit ISRAEL comme  » NESHER HA GADOL « ( Le GRAND AIGLE » ) qui ne peut s’ASSIMILER ni se CONFONDRE avec d’autres Oiseaux.
    BILAM Prophète des NATIONS,il voit,il ANNONCE la PRIMAUTE D’ISRAEL,il se NOURRIT de la meme source qu’ISRAEL ( BIBLE ),il VENERE YESHOUA il parle avec le Dieu qui parlait à MOSHE c.a.d AVAYE malheureusement pour lui,n’ACCEPTE pas la Notion d’ ISRAEL LE SEUL PEUPLE SUR SA TERRE. Dans son nom ; BILAM on voit BLI ( sans ou pas ). AM ( peuple Israel ).
    BILAM et BALAK ( Les deux dernières de ces deux Noms apparaissent le nom d’ AMALEK.)
    ברוך אתה הי המברך את עמו ישראל בשלום אמן
    עם ישראל חי באדונינו אמן

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.