Parashot Mattot-Massei,  préserver le sang de l’autre

 

Ville de refuge

Ville de refuge

ש«וְהִקְרִיתֶם לָכֶם עָרִים עָרֵי מִקְלָט תִּהְיֶינָה לָכֶם וְנָס שָׁמָּה רֹצֵחַ מַכֵּה-נֶפֶשׁ בִּשְׁגָגָה. וְהָיוּ לָכֶם הֶעָרִים לְמִקְלָט מִגֹּאֵל וְלֹא יָמוּת הָרֹצֵחַ עַד-עָמְדוֹ לִפְנֵי הָעֵדָה לַמִּשְׁפָּט» (במדבר לה: יא-יב).ש

 «Vous construirez des villes propres à vous servir de cités d’asile: là se réfugiera le meurtrier, homicide par imprudence.  Ces villes serviront, chez vous, d’asile contre le vengeur du sang, afin que le meurtrier ne meure point avant d’avoir comparu devant l’assemblée pour être jugé.» (Nombres 35: 11-12)[1]

ש«וְשָׁפְטוּ הָעֵדָה בֵּין הַמַּכֶּה וּבֵין גֹּאֵל הַדָּם עַל הַמִּשְׁפָּטִים הָאֵלֶּה. וְהִצִּילוּ הָעֵדָה אֶת-הָרֹצֵחַ מִיַּד גֹּאֵל הַדָּם וְהֵשִׁיבוּ אֹתוֹ הָעֵדָה אֶל-עִיר מִקְלָטוֹ אֲשֶׁר-נָס שָׁמָּה» (במדבר לה: כד-כה).ש

«L’assemblée sera juge entre l’homicide et le vengeur du sang, en s’inspirant de ces règles. Et cette assemblée soustraira le meurtrier à l’action du vengeur du sang, et elle le fera reconduire à la ville de refuge où il s’était retiré» (Nombres 35: 24-25).

La source biblique enseigne que le meurtrier par inadvertance doit, pour ne point être rattrapé par le vengeur du sang (littéralement: «celui qui rachète le sang de son proche parent»), se réfugier dans une des six cités fondées par la tribu des Levi.

En quoi ces six cités de refuge des Levi (Nombres 35: 6) s’avèrent-elles être porteuses d’une dimension salutaire?

Rappelons que Levi, le troisième fils de Leah, entraîné par son frère Shimon, vengera l’infamie commise sur sa sœur Dina violée par Shekhem, le  fils de ‘Hamor (Gen. 34: 2). Shekhem est également l’une des cités de refuge située en Cana’an, le lieu de l’inhumation de Joseph que ses frères pensaient assassiner (Genèse 37: 19-20).

Ya’akov, le père des deux frères Shimon et Levi, va, dans sa bénédiction, les disperser en Israël, car ils ont passé par l’épée tous les hommes de Shekhem (Gen. 34: 25), attitude  qui est loin de trouver  grâce à ses yeux:

ש«אָרוּר אַפָּם כִּי עָז וְעֶבְרָתָם כִּי קָשָׁתָה אֲחַלְּקֵם בְּיַעֲקֹב וַאֲפִיצֵם בְּיִשְׂרָאֵל» (בראשית מט: ז).ש

«Maudite soit leur colère, car elle fut malfaisante et leur indignation, car elle a été funeste! Je veux les séparer dans Jacob, les disperser en Israël» (Gen. 49: 7).

Ya’akov, au crépuscule de sa vie, refuse même à ses propres fils le bénéfice du droit à la terre d’Israël qui ne saurait être souillée par le sang versé cruellement (Ps. 106: 38; Jer. 23: 11):

«בְּסֹדָם אַל-תָּבֹא נַפְשִׁי»

» Mon âme ne viendra point dans leur communauté«

Le terme בְּסֹדָם [BeSoDaM/ leur communauté) peut être lu et interprété comme étant le nom de l’une des cinq villes, Sodome (סְדֹם/SeDoM) destinées à toutes être détruites. Le crime de Shimon  et Levi serait dans une certaine mesure un acte apparenté à la civilisation de Sodome!

Par ailleurs, la tribu des Levi n’héritera point d’un territoire unifié (Nombres 26: 62) mais sera effectivement dispersée dans toutes les tribus, car son héritage, c’est l’Eternel!

ש«וּלְשֵׁבֶט הַלֵּוִי לֹא-נָתַן מֹשֶׁה נַחֲלָה יְהוָה אֱלֹהֵי יִשְׂרָאֵל הוּא נַחֲלָתָם כַּאֲשֶׁר דִּבֶּר לָהֶם» (יהושע יג: לג, ראה דברים יח: א).ש

«Mais à la tribu de Lévi Moïse n’assigna point de possession; c’est l’Eternel, Dieu d’Israël, qui était leur possession, comme il le leur avait déclaré». (Josué 13: 33; cf. Deut. 18: 1).

La faute de Levi, celle d’avoir versé le sang, porte paradoxalement en son sein le germe réparateur d’une renaissance sociétale où les hommes ayant commis un homicide accidentel- non prémédité- vont à la rencontre de l’Eternel:

ש«וְהִקְרִיתֶם לָכֶם עָרִים עָרֵי מִקְלָט» (במדבר לה: יא).ש

«Vous [Le] rencontrerez [ KaRaH/ ק. ר. ה. );  pour vous [pour votre bien] ces villes de refuge…» (Nombres 35: 11).

ש«וַיֹּאמַר יְהוָה אֱלֹהֵי אֲדֹנִי אַבְרָהָם הַקְרֵה-נָא לְפָנַי הַיּוֹם וַעֲשֵׂה-חֶסֶד עִם אֲדֹנִי אַבְרָהָם» (בראשית כד: יב).ש

«Et il dit: « Seigneur, Dieu de mon maître Abraham! Daigne me procurer aujourd’hui une rencontre et sois favorable à mon maître Abraham» (Genèse 24: 12)

La source tanakhique a pour dessein de non seulement protéger le meurtrier involontaire du Goel HaDam («vengeur du sang») mais aussi de lui permettre de se rapprocher du Divin par la proximité des Levi. La  mort causée accidentellement, même si les raisons restent inconnues, constitue la conséquence d’un déséquilibre et d’un manque criant d’harmonie sociale. Ces villes lévitiques constituent avant tout des lieux d’étude, de réhabilitation et de réparation intérieure et non point des prisons génératrices de violence, de ‘HaMaS:

ש«כִּי שָׁמְרוּ אִמְרָתֶךָ וּבְרִיתְךָ יִנְצֹרוּ.  יוֹרוּ מִשְׁפָּטֶיךָ לְיַעֲקֹב וְתוֹרָתְךָ לְיִשְׂרָאֵל» (דברים לג: ט-י).ש

«Car ils [les Levi] respecteront ta parole et conserveront ton Alliance, ils enseignent tes lois à Jacob et ta Torah à Israël» (Deut. 33: 9-10)

ש«וְלֹא יִשָּׁפֵךְ דָּם נָקִי בְּקֶרֶב אַרְצְךָ אֲשֶׁר יְהוָה אֱלֹהֶיךָ נֹתֵן לְךָ נַחֲלָה וְהָיָה עָלֶיךָ דָּמִים» (דברים יט: י).ש

«Afin que le sang innocent ne soit pas répandu au sein de ce pays que l’Éternel, ton Dieu, te donne pour héritage, et qu’une responsabilité sanglante ne pèse point sur toi.» (Deut. 19: 10)

[1] Parashot Mattot-Massei,  Nombres 30: 2- 36: 13

Au plaisir de vous retrouver,

Shabbat shalom!

Avec toutes mes amitiés,

Haïm Ouizemann

hebreubiblique@gmail.com

 

Ce contenu a été publié dans Lectures bibliques, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 Responses to Parashot Mattot-Massei,  préserver le sang de l’autre

  1. Cathou dit :

    Le sang de la vengeance n’est pas une bonne chose… la vengeance appelle la vengeance, le sang appelle le sang.

    Gandhi aurait dit, en apprenant l’extermination des juifs « Laissez-vous massacrer, vous en sortirez grandit » Ça semble incroyable de pouvoir dire, penser une telle chose… je reconnais que ça me depasse aussi, et pourtant se venger… tuer parce qu’on a été agressé, violente, battu à mort, abattu sans aucune raison que la haine est s’avilir, se rabaisser au niveau du meurtrier.
    Aussi difficile que se soit il faut refuser le déferlement de haine que provoque le désir de vengeance, et laisser les personnes désignées juger d’un acte voir s’il est volontaire et réfléchit, s’il est provoquer par une manipulation dont l’assassin n’a pas conscience, condamner et exécuter la sentence.

  2. KODJO FRANCOIS WAGALA dit :

    dès comment DIEU a toujours pardonné l,homme

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.