Parashat VeZot HaBerakha, Sim’hat Tora

Sefer Tora, la transmission de la Parole

Sefer Tora, la transmission de la Parole

Cette parasha, la seule et unique péricope à être lue en-dehors du Shabbat, achève la lecture annuelle de la Tora.

Même au 21e siècle, Israël lit à même le Rouleau. De fait, si nos bibles se composent  de versets et de chapitres, dans le Rouleau de la Tora n’apparaît aucune ponctuation, aucune voyelle ni signe de cantillation. Il ne se compose, ainsi, que d’un seul verset! La continuité est de rigueur.

N’eût-il point été plus pratique pour l’officiant et le public de lire un texte ponctué par avance ?

 Si les Massorètes ont interdit toute modification du texte original afin de permettre une lecture plurielle de la Source composée sur le mode polysémique et, ainsi, de ne point en figer la lettre, ils ont également introduit la pratique de la lecture en boucle. Le lecteur, à Simhat Tora [« La Joie de la Tora »], achève la lecture de la Tora sur le dernier mot, «Israël», et enchaîne immédiatement sur le premier mot «Bereshit». Quel sens revêt cette reprise?

Une double intention explique cette pratique:

Il s’agit avant tout d’une volonté de permettre une lecture infinie, arborescente et fécondante de la Parole divine (Deut. 32: 2) à laquelle s’ajoute celle de ne point briser la longue chaîne de transmission.

Même si Israël a connu dans sa longue histoire de nombreuses chutes, la chaîne de la transmission n’a jamais été interrompue. La parasha VeZot HaBrakha[1] témoigne de cette fidèle transmission. Moïse poursuit avec fidélité la tradition des Patriarches Avraham (Gn. 17: 1-8), Its’hak (Gn. 26: 2-5; 27: 27-29; 28: 3-4) et Ya’akov (Gn. 49: 28). La conjonction de coordination «Ve-» rattache la bénédiction de Moïse à celle de ses aïeux sans aucune discontinuité. Rappelons que l’Eternel  se révèle à Moïse  comme le Seigneur des trois Patriarches:

ש«וַיֹּאמֶר אָנֹכִי אֱלֹהֵי אָבִיךָ אֱלֹהֵי אַבְרָהָם אֱלֹהֵי יִצְחָק וֵאלֹהֵי יַעֲקֹב» (שמות ג: ו).ש

«Il ajouta: Je suis le Seigneur de ton père, le Seigneur d’Abraham, le Seigneur d’Isaac et le Seigneur de Jacob…» (Ex. 3: 6).

Les Hébreux connaissent la Liberté grâce à la tribu des Lévi, maîtres-conservateurs de la Tradition patriarcale à laquelle s’associeront également les Nations:

ש«עַמִּים הַר-יִקְרָאוּ שָׁם יִזְבְּחוּ זִבְחֵי-צֶדֶק» (דברים לג: יט).ש

«Des peuples seront convoqués sur la montagne, pour y offrir des sacrifices de Justice [non obligatoires] » (Deut. 33: 19).

Rachi soutient la thèse que cette montagne est celle du mont Moriah à Jérusalem identifiée par Sforno sous le nom de הָהָר הַטּוֹב הַזֶּה «HaHar Hatov hazeh»/«Cette bonne montagne» (Deutéronome 3: 25; Traité Berakhot 48: b). Selon Sforno le monde connaîtra un bouleversement d’ordre spirituel. Alors que les Nations cultivant le culte du soleil et de la lune «mangèrent des sacrifices offerts à des [dieux] inanimés» (Psaume 106: 28), une nouvelle ère adviendra, celle où les Nations monteront à Jérusalem y offrir des sacrifices volontaires de paix et de justice. Le Kli Yakar rejoint l’interprétation de Sforno. Il explique que la justice l’emportera sur la pratique des sacrifices:

ש«עֲשֹׂה צְדָקָה וּמִשְׁפָּט נִבְחָר לַיהוָה מִזָּבַח» (משלי כא: ג).ש

«Pratiquer la charité et la justice est plus agréable à Dieu que le sacrifice» (Proverbes 21: 3).

Le monde atteindra son apogée spirituelle le jour où tous les peuples disposés à supporter le joug de l’Eternel comme Maître de l’Univers s’agrégeront autour d’Avraham au point qu’ils porteront le nom de «Peuple du Seigneur d’Avraham».

ש«נְדִיבֵי עַמִּים נֶאֱסָפוּ  עַם אֱלֹהֵי אַבְרָהָם
כִּי לֵאלֹהִים מָגִנֵּי-אֶרֶץ  מְאֹד נַעֲלָה»  (תהלים מז: י).ש

«Que les puissants d’entre les nations s’assemblent le peuple du Seigneur d’Abraham! Car au Seigneur sont les boucliers de la terre: Il est souverainement élevé». (Ps. 47: 10)

L’unité cosmique régnera à tout jamais sur cette Planète Terre si ensanglantée par l’ego, l’orgueil et la haine de l’Homme. Les guerres n’appartiendront plus qu’aux temps passés. Jérusalem deviendra la capitale mondiale de la paix et recevra en son sein toutes les Familles de la Terre sur le modèle du Patriarche Avraham offrant, sous sa  tente, l’hospitalité à tous les hommes:

ש«וְהָיָה שִׁמְךָ אַבְרָהָם כִּי אַב-הֲמוֹן גּוֹיִם נְתַתִּיךָ» (בראשית יז: ה).ש

«Ton nom sera Abraham, car je te fais le père d’une multitude de nations». (Gn. 17: 5).

ש«הָיָה יְהוָה לְמֶלֶךְ עַל-כָּל-הָאָרֶץ בַּיּוֹם הַהוּא יִהְיֶה יְהוָה אֶחָד וּשְׁמוֹ אֶחָד» (זכריה יד: ט).  ש

»L’Eternel sera Roi sur toute la terre; en ce jour, l’Eternel sera un et unique sera son Nom«. (Zacharie 14: 9)

 

[1] ParashaT VeZot HaBrakha, Deutéronome 33: 1- 34: 12

 

Au plaisir de vous retrouver,

Hag Samea’h!

Avec toutes mes amitiés,

Haïm Ouizemann

hebreubiblique@gmail.com

Ce contenu a été publié dans Lectures bibliques, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.