Parashat Hayeh Sara, Hévron, le troisième autel

Le caveau de MaKhPeLaH

Le caveau de MaKhPeLaH

Cette péricope shabbatique «Haye Sara» s’achève par la mort et l’enterrement d’AVRaHaM dans la grotte de la MaKhPeLaH à Hévron:

ט וַיִּקְבְּרוּ אֹתוֹ יִצְחָק וְיִשְׁמָעֵאל בָּנָיו אֶל-מְעָרַת הַמַּכְפֵּלָה  אֶל-שְׂדֵה עֶפְרֹן בֶּן-צֹחַר הַחִתִּי אֲשֶׁר עַל-פְּנֵי מַמְרֵא. י הַשָּׂדֶה אֲשֶׁר קָנָה אַבְרָהָם מֵאֵת בְּנֵי-חֵת שָׁמָּה קֻבַּר אַבְרָהָם וְשָׂרָה אִשְׁתּוֹ. (בראשית כה: ט-י). 9 Il fut inhumé par Isaac et Ismaël, ses fils, dans , dans le domaine d’Efrôn, fils de Tso’har, Héthéen, qui est en face de Mambré; 10 ce domaine qu’Abraham avait acquis des enfants de Heth. Là furent ensevelis Abraham et Sara son épouse. (Gen. 25: 9-10)[1]

Cette même grotte est acquise par lui-même au début de la péricope dans le dessein d’y faire reposer son épouse la Matriarche SaRaH. Ainsi, elle s’achève comme elle débute[2]:

יט וְאַחֲרֵי-כֵן קָבַר אַבְרָהָם אֶת-שָׂרָה אִשְׁתּוֹ אֶל-מְעָרַת שְׂדֵה הַמַּכְפֵּלָה עַל-פְּנֵי מַמְרֵא הִוא חֶבְרוֹן  בְּאֶרֶץ, כְּנָעַן. (בראשיץ כג: יט).ש

19 Alors Abraham ensevelit Sara, son épouse, dans le caveau du champ de Makhpéla, en face de Mamré, qui est Hébron, dans le pays de Canaan. (Gen. 23: 19)

Pour quelles  raisons AVRaHaM acquiert-il ce champ des mains du Héthéen EPhRoN? Considère-t-il ce lieu, incluant, selon la tradition, les tombes d’Adam et Eve, comme étant saint? Or, la source biblique soutient qu’un lieu où reposent des os humains devient absolument impur. Ainsi, lorsque Josias (Yeoshiahou/ יֹאשִׁיָּהוּ),  roi de Juda, dans sa ferme et sincère volonté de réforme spirituelle, décide de rendre impurs les lieux de culte cananéens, il  les transforme en ossuaires:

יד וְשִׁבַּר אֶת-הַמַּצֵּבוֹת וַיִּכְרֹת אֶת-הָאֲשֵׁרִים וַיְמַלֵּא אֶת-מְקוֹמָם עַצְמוֹת אָדָם. (מלכים ב, כג: יד)  ש

14 il [Josias] brisa aussi les stèles, abattit les Achéra, et en couvrit l’emplacement d’ossements humains. (II Rois 23: 14)

Ainsi, le caveau des Patriarches, lieu historique et spirituel de première importance pour le peuple d’Israël, ne peut être, en soi, reconnu comme saint, bien que vénéré par Israël et l’Islam qui le dénomme «Al ‘Hallil/ le bien-aimé» en référence à AVRaHaM appelé «bien-aimé» אַבְרָהָם אֹהֲבִי en Isaïe 41: 8.

A l’opposé des civilisations antiques érigeant le principe de la mort au cœur même de leur système religieux [Egypte pharaonique] basé sur le culte des forces de la Nature, Israël a toujours favorisé et encouragé le respect de la Vie au détriment de l’au-delà. Se rendre au tombeau des Patriarches d’Israël, c’est avant tout rendre hommage à leur mémoire.

Or, quelle importance revêt Hévron pour Israël?

AVRaHaM érige un autel à Hévron, nommée également KyRiaT ARBa’:

יח וַיֶּאֱהַל אַבְרָם וַיָּבֹא וַיֵּשֶׁב בְּאֵלֹנֵי מַמְרֵא אֲשֶׁר בְּחֶבְרוֹן וַיִּבֶן-שָׁם מִזְבֵּחַ לַיהוָה.  (בראשית יג: יח).ש

18 Abram alla dresser sa tente et établir sa demeure aux chênes de Mamré, qui sont en Hébron; et il y éleva un autel au Seigneur. (Gen. 13: 18)

Quel dessein poursuit AVRaHaM en érigeant cet autel à Hévron? Cette interrogation ne trouve sa réponse que si nous nous référons aux deux premiers autels érigés par AVRaHaM.

Le premier, à eLoN MoReH (SheKhem), après la promesse du don du Pays à sa descendance:

ז וַיֵּרָא יְהוָה אֶל-אַבְרָם וַיֹּאמֶר לְזַרְעֲךָ אֶתֵּן אֶת-הָאָרֶץ הַזֹּאת וַיִּבֶן שָׁם מִזְבֵּחַ לַיהוָה הַנִּרְאֶה אֵלָיו. (בראשית יב: ז).ש 7 L’Éternel apparut à Abram et dit : »C’est à ta postérité que je destine ce pays. » Il bâtit en ce lieu un autel au Dieu qui lui était apparu. (Genèse 12: 7).

Selon les commentateurs Rashi et RaMBaN (Na’hmanide), AVRaHaM érige ce premier autel à SheKheM – ELoN MoReH- afin de témoigner de sa profonde  gratitude à l’Eternel promettant le don d’Erets Israël aux  nombreux descendants du Patriarche[3]. SheKheM deviendra par la suite le symbole de la réunion des frères, concrétisée par Joseph, en Egypte. Joseph sera ainsi enterré à SheKheM, comme le garant de cette réunion des frères:

Le deuxième autel bâti par AVRaHaM se situe sur le futur site de Jérusalem:

ח וַיַּעְתֵּק מִשָּׁם הָהָרָה מִקֶּדֶם לְבֵית-אֵל וַיֵּט אָהֳלֹה בֵּית-אֵל מִיָּם וְהָעַי מִקֶּדֶם וַיִּבֶן-שָׁם מִזְבֵּחַ לַיהוָה וַיִּקְרָא בְּשֵׁם יְהוָה. (בראשית יב: ח).ש 8 Il se transporta de là vers la montagne à l’est de Béthel et y dressa sa tente, ayant Béthel à l’occident et Aï à l’orient; il y érigea un autel au Seigneur, et il proclama le nom de l’Éternel. (Genèse 12: 8).

Le commentateur du Moyen-âge, Rashi, affirme, sur ces mots du verset: «וַיִּבֶן-שָׁם מִזְבֵּחַ  Il y érigea un autel»: Son intuition prophétique lui a révélé que ses descendants allaient être, un jour, impliqués dans la faute de ‘Akhan (Josué 7, 2). Aussi y a-t-il prié pour eux» (Genèse Rabba 39, 16).

Pourtant, AVRaHaM achète le champ de la MaKhPeLaH à Hévron pour y faire reposer SaRaH (Genèse 23: 1-17), dans la ville même où il a édifié un autel et invoqué à nouveau le Nom de l’Eternel:

יח וַיִּבֶן-שָׁם מִזְבֵּחַ, לַיהוָה. (בראשית יג:יח)ש 18 et il y éleva un autel au Seigneur. (Genèse 13: 18).

Or, l’édification de ce troisième autel à Hévron  survient juste après que l’Eternel ait réitéré Sa promesse du don de la terre à la descendance d’AVRaHaM:

טו כִּי אֶת-כָּל-הָאָרֶץ אֲשֶׁר-אַתָּה רֹאֶה לְךָ אֶתְּנֶנָּה וּלְזַרְעֲךָ עַד-עוֹלָם. (בראשית יג: יח).ש 15 car tout le pays que tu aperçois, je le donne à toi et à ta descendance à perpétuité. (Genèse 13: 15).

Ainsi, en comparaison aux deux premières promesses, l’Eternel rajoute que le Pays  sera donné «Lekha/ לְךָ à toi» – AVRaHaM (et non plus seulement à sa descendance), et que ce don sera «עַד-עוֹלָם ad olam, à jamais». Or, la promesse du Pays trouve son aboutissement au cours de l’Alliance «entre les morceaux» (Genèse 15), au cours de laquelle l’Eternel définit les frontières précises du Pays qui sera donné à AVRaHaM et à sa descendance (Genèse 15: 18-21). Il est à noter qu’Avraham construit son autel à Beit-El sans promesse d’un don quelconque, mais seulement dans l’intention de rendre gloire à l’Eternel, comme l’avait fait Sheth avant lui, à la naissance d’Énoch (Genèse 4: 6). En effet, ce deuxième autel érigé sur le futur emplacement de Jérusalem par AVRaHaM constitue le paradigme de sa descendance, tous les enfants d’Avraham, appelés à rendre gloire à l’Eternel, le Seigneur d’Israël:

ב וְהָיָה בְּאַחֲרִית הַיָּמִים נָכוֹן יִהְיֶה הַר בֵּית-יְהוָה בְּרֹאשׁ הֶהָרִים, וְנִשָּׂא מִגְּבָעוֹת; וְנָהֲרוּ אֵלָיו כָּל-הַגּוֹיִם. ג וְהָלְכוּ עַמִּים רַבִּים וְאָמְרוּ לְכוּ וְנַעֲלֶה אֶל-הַר-יְהוָה אֶל-בֵּית אֱלֹהֵי יַעֲקֹב וְיֹרֵנוּ מִדְּרָכָיו וְנֵלְכָה בְּאֹרְחֹתָיו: כִּי מִצִּיּוֹן תֵּצֵא תוֹרָה וּדְבַר-יְהוָה מִירוּשָׁלִָם. (ישעיהו ב: ב-ג). 2 Il arrivera, à la fin des temps, que la montagne de la maison du Seigneur sera affermie sur la cime des montagnes et se dressera au-dessus des collines, et toutes les nations y afflueront. 3 Et nombre de peuples iront en disant: « Or çà, gravissons la montagne de l’Eternel pour gagner la maison du Dieu de Jacob, afin qu’il nous enseigne ses voies et que nous puissions suivre ses sentiers, car c’est de Sion que sort la doctrine et de Jérusalem la parole du Seigneur. » (Isaïe 2:2-3).

Notons à ce propos que les trois Patriarches, contrairement à Noé (Genèse 8: 20) et aux enfants d’Israël plus tard, n’offrent jamais de sacrifices sur les autels qu’ils érigent. Le sang animal n’y est jamais versé. En effet, l’animal offert en sacrifice par Noé et les enfants d’Israël constitue en quelque sorte une projection de leur être intérieur. Ils offrent des sacrifices selon leur état intérieur, selon qu’ils veuillent remercier, exprimer le regret d’une faute qu’ils ont commise, etc. Les Patriarches, quant à eux, ont une relation absolument directe avec l’Eternel et n’ont nul besoin d’un intermédiaire animal pour exprimer leur relation avec la divinité. De même, MoShé n’a nul besoin de construire un autel pour s’entretenir avec la divinité. S’il construit un autel avant de recevoir les tables de l’Alliance, c’est pour représenter les douze tribus, symbolisées par douze monuments, et leur relation avec la divinité (Exode 24: 4).

Effectivement, les autels des Patriarches servent plutôt de témoins[4] du fait que l’Eternel leur soit apparu, et, dans le cas de l’autel d’AVRaHaM à Beit-El, il sert de témoin de la Présence divine en cet endroit, face aux Nations.

C’est dans l’attente qu’ AVRaHaM transmettra à sa descendance cette relation très personnelle avec l’Eternel que ce dernier lui accorde une descendance innombrable:

ו וְהִפְרֵתִי אֹתְךָ בִּמְאֹד מְאֹד וּנְתַתִּיךָ לְגוֹיִם וּמְלָכִים מִמְּךָ יֵצֵאוּ. ז וַהֲקִמֹתִי אֶת-בְּרִיתִי בֵּינִי וּבֵינֶךָ וּבֵין זַרְעֲךָ אַחֲרֶיךָ לְדֹרֹתָם לִבְרִית עוֹלָם לִהְיוֹת לְךָ לֵאלֹהִים וּלְזַרְעֲךָ אַחֲרֶיךָ. ח וְנָתַתִּי לְךָ וּלְזַרְעֲךָ אַחֲרֶיךָ אֵת אֶרֶץ מְגֻרֶיךָ אֵת כָּל-אֶרֶץ כְּנַעַן לַאֲחֻזַּת עוֹלָם וְהָיִיתִי לָהֶם לֵאלֹהִים. (בראשית יז: ו-ח). 6 Je te ferai fructifier prodigieusement; je ferai de toi des peuples, et des rois seront tes descendants. 7 Cette alliance, établie entre moi et entre toi et ta postérité dernière, je l’érigerai en Alliance perpétuelle, étant pour toi un Dieu comme pour ta postérité après toi. 8 Et je donnerai à toi et à ta postérité la terre de tes pérégrinations, toute la terre de Canaan, comme possession éternelle; et je serai le Seigneur pour eux  » (Genèse 17: 6-8).

Cette Alliance personnelle avec AVRaHaM constitue la garantie de la relation directe avec l’Eternel entre un petit peuple sur sa terre, paradigmes de cette même relation étendue à tous les peuples et à toute la terre, et, ainsi, fait de Hévron l’une des principales cités saintes d’Israël. AVRaHaM y pratiquera la BRiT-MiLaH sur sa propre personne et sur toute sa famille, comme signe de cette même Alliance. Par la suite, DaViD y instituera son royaume, le royaume de Juda, avant qu’il ne réussisse la réunification de tout Israël (II Samuel 5: 5), avec Jérusalem pour capitale, car elle est située sur le territoire de deux tribus: celle de Benjamin, fils de Rachel, et celle de Juda, fils de Leah, symbolisant ainsi la réunion des frères. Cette union fraternelle ouvrira une nouvelle ère, celle du rassemblement des Familles de la terre autour d’Israël:

י  נְדִיבֵי עַמִּים נֶאֱסָפוּ  עַם אֱלֹהֵי אַבְרָהָם
כִּי לֵאלֹהִים מָגִנֵּי-אֶרֶץ מְאֹד נַעֲלָה.
10 Que les plus nobles d’entre les peuples s’assemblent le peuple du Seigneur d’Abraham! Car de Dieu relèvent ceux qui sont les boucliers de la terre: il est souverainement élevé.(Psaume 47: 10)

[1] Parashat Hayeh Sara, Genèse 23: 1-25: 18

[2] Figure de style appelé «inclusio» exprimant la dimension holistique du texte et témoignant de l’étroite unité unissant le premier couple fondateur d’Israël.

[3] Midrash Genèse Rabba 30: 7.

[4] Josué 4: 5; Traité Sota 34: a.

 

Au plaisir de vous retrouver,

Shabbat shalom!

Avec toutes mes amitiés,

Haïm Ouizemann

Ce contenu a été publié dans Lectures bibliques, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.