Parashat Mikets, quand le rêve devient lumière

La péricope «Mikets» est, selon le calendrier hébraïque,  toujours lue à la fête de Hanoukka commémorant la victoire des Macchabés sur les Séleucides. Ces derniers souillent l’huile de la Menora dans le Temple de Jérusalem et tentent d’helléniser le peuple d’Israël en l’écartant de sa pure tradition ancestrale.

Pourquoi donc les Sages d’Israël ont-ils, dans l’agencement du calendrier hébraïque,  pris l’initiative de faire correspondre  cette parasha à la fête de Hanoukka?

ח וַיְהִי בַבֹּקֶר וַתִּפָּעֶם רוּחוֹ וַיִּשְׁלַח וַיִּקְרָא אֶת-כָּל-חַרְטֻמֵּי מִצְרַיִם וְאֶת-כָּל-חֲכָמֶיהָ וַיְסַפֵּר פַּרְעֹה לָהֶם אֶת-חֲלֹמוֹ וְאֵין-פּוֹתֵר אוֹתָם לְפַרְעֹה. (בראשית מא: ח).ש

8 Mais, le matin venu, son esprit en fut troublé et il manda tous les magiciens de l’Égypte et tous ses savants. Pharaon leur exposa son rêve, mais nul ne put lui en expliquer le sens. (Genèse 41: 8).[1]

L’expression וַתִּפָּעֶם רוּחוֹ «son esprit fut troublé» se retrouve dans le passage biblique mentionnant le rêve de Nabuchodonosor:

א וּבִשְׁנַת שְׁתַּיִם לְמַלְכוּת נְבֻכַדְנֶצַּר חָלַם נְבֻכַדְנֶצַּר חֲלֹמוֹת וַתִּתְפָּעֶם רוּחוֹ וּשְׁנָתוֹ נִהְיְתָה עָלָיו. ש

1 Dans la deuxième année du règne de Nabuchodonosor, celui-ci eut des songes; son esprit en fut troublé et il perdit le sommeil.(Daniel 2:1 )

Nabuchodonosor, comme Pharaon, échoue dans sa tentative de vouloir décrypter son rêve sur une immense statue composée de quatre parties (Daniel 2: 31-33), symbole de l’effondrement de quatre empires (Daniel 2: 41-43):

La racine biblique extraite du verbe תִּפָּעֶם, P. ‘. M. (פ. ע. ם.), signifie «un pas, une fois» ou bien «battre». Cette même racine renvoie également au substantif «פָּעַם, enclume» (Isaïe 41: 7). Ainsi l’Éternel, tel le forgeron frappant le fer afin de lui donner forme, utilise les deux puissants en leur temps, Pharaon et Nabuchodonosor, afin d’accomplir son dessein eschatologique. Les deux rois frappés, inquiétés et obsédés par leur rêve, se trouvent finalement contraints de faire appel à Joseph, d’une part, et à Daniel, de l’autre. Le premier, en tant que «נַעַר עִבְרִי, jeune homme hébreu» (Genèse, 41: 12) et le second «גְּבַר מִן-בְּנֵי גָלוּתָא דִּי יְהוּד , un homme d’entre les exilés de Juda [Yehoud, Judée]» (Daniel 2: 25). Tous deux, passés maîtres dans l’art de décrypter le sens abscons des rêves (Genèse 41, 15; Daniel 2: 19), sont élevés au plus haut rang de l’empire égyptien comme de l’empire babylonien:

Joseph en Égypte:

אַתָּה תִּהְיֶה עַל-בֵּיתִי וְעַל-פִּיךָ יִשַּׁק כָּל-עַמִּי רַק הַכִּסֵּא אֶגְדַּל מִמֶּךָּ. מא וַיֹּאמֶר פַּרְעֹה אֶל-יוֹסֵף  רְאֵה נָתַתִּי אֹתְךָ עַל כָּל-אֶרֶץ מִצְרָיִם.  (בראשית מא: מ-מא).ש

40 C’est toi qui sera le chef de ma maison; tout mon peuple sera gouverné par ta parole et je n’aurai sur toi que la prééminence du trône. » 41 Pharaon dit à Joseph: « Vois! je te mets à la tête de tout le pays d’Égypte. » (Genèse 41: 40-41).

Daniel à Babylone:

מח אֱדַיִן מַלְכָּא לְדָנִיֵּאל רַבִּי וּמַתְּנָן רַבְרְבָן שַׂגִּיאָן יְהַב-לֵהּ וְהַשְׁלְטֵהּ עַל כָּל-מְדִינַת בָּבֶל וְרַב-סִגְנִין עַל כָּל-חַכִּימֵי בָבֶל. (דניאל ב: מח).ש

48 Alors le roi rendit de grands honneurs à Daniel, le combla de nombreux et riches présents, et l’institua gouverneur de toute la province de Babylone et chef suprême de tous les sages de Babylone. (Daniel 2: 48)

Comment expliquer que par la seule interprétation des songes, Joseph et Daniel aient pu accéder au plus haut niveau de la hiérarchie politique, au point même d’en détenir les rênes?

Cette accession au pouvoir est due à la sanctification du Nom divin par Joseph et Daniel qui ne manquent à aucun instant d’attribuer la solution du message des rêves à l’Éternel. Lui et Lui seul détient la clé des songes:

כה וַיֹּאמֶר יוֹסֵף אֶל-פַּרְעֹה חֲלוֹם פַּרְעֹה אֶחָד הוּא  אֵת אֲשֶׁר הָאֱלֹהִים עֹשֶׂה הִגִּיד לְפַרְעֹה. (בראשית מא: כה).ש

25 Joseph dit à Pharaon: « Le songe de Pharaon est un: ce que Dieu prépare, il l’a annoncé à Pharaon (Genèse 41: 25)

כח בְּרַם אִיתַי אֱלָהּ בִּשְׁמַיָּא גָּלֵא רָזִין וְהוֹדַע לְמַלְכָּא נְבוּכַדְנֶצַּר מָה דִּי לֶהֱוֵא בְּאַחֲרִית יוֹמַיָּא.  (דניאל ב: כח).ש

28 Mais c’est le Tout-Puissant au ciel, qui dévoile les secrets; c’est lui qui a révélé au roi Nabuchodonosor ce qui arrivera dans la suite des temps. (Daniel 2: 28)

Pharaon et Nabuchodonosor, chacun en son temps, subjugués par la foi de Joseph et de Daniel, ne mettent point en doute leur parole et finissent par reconnaître le Tout-Puissant d’Israël comme la Source de bénédiction:

 

לט וַיֹּאמֶר פַּרְעֹה אֶל-יוֹסֵף אַחֲרֵי הוֹדִיעַ אֱלֹהִים אוֹתְךָ אֶת-כָּל-זֹאת אֵין-נָבוֹן וְחָכָם, כָּמוֹךָ. (בראשית מא: לט).ש

39 Et Pharaon dit à Joseph: « Puisque le Seigneur t’a révélé tout cela, nul n’est sage et entendu comme toi. (Genèse 41: 39)

 

מז עָנֵה מַלְכָּא לְדָנִיֵּאל וְאָמַר מִן-קְשֹׁט דִּי אֱלָהֲכוֹן הוּא אֱלָהּ אֱלָהִין וּמָרֵא מַלְכִין וְגָלֵה רָזִין:  דִּי יְכֵלְתָּ לְמִגְלֵא רָזָא דְנָה. (דניאל ב: מז).ש

47 S’adressant ensuite à Daniel, le roi lui dit: « En vérité, votre Dieu est le Dieu des dieux, le souverain des rois, le révélateur des mystères, puisque tu as pu dévoiler ce mystère-là. » (Daniel  2: 47).

L’histoire respective de Joseph et de Daniel  révèle la fidélité de ces deux grandes figures emblématiques à l’Alliance conclue avec les trois Patriarches, Avraham, Its’hak et Yaakov:

כג לָךְ אֱלָהּ אֲבָהָתִי מְהוֹדֵא וּמְשַׁבַּח אֲנָה דִּי חָכְמְתָא וּגְבוּרְתָא יְהַבְתְּ לִי וּכְעַן הוֹדַעְתַּנִי דִּי-בְעֵינָא מִנָּךְ דִּי-מִלַּת מַלְכָּא הוֹדַעְתֶּנָא. (דניאל ב: כג).ש

23 C’est toi, Dieu de mes pères, que je remercie et exalte pour m’avoir donné sagesse et force; et à l’heure présente, tu m’as fait connaître ce que nous t’avons demandé: ce qui préoccupe le roi, tu nous l’as fait connaître. » (Daniel 2: 23)

L’attachement profond à l’identité hébraïque qui n’est jamais remise en question par Joseph et Daniel constitue le paradigme de toutes les générations futures. Notons qu’en araméen, le terme אֲבָהָתִי/ «mes Pères» constitue l’anagramme de אָהַבְתִּי / «j’ai toujours aimé» (Psaume 26: 8).

Les Macchabées vaincront les Grecs en s’inspirant de la foi inébranlable de Joseph et Daniel qui, comme le Patriarche Jacob, vaincront les forces de l’obscurité.  La lumière de la foi l’emporte sur la puissance armée: Pharaon et Nabuchodonosor finissent non seulement par reconnaître le Tout-Puissant d’Israël, mais aussi à en accepter le joug:

מו בֵּאדַיִן מַלְכָּא נְבוּכַדְנֶצַּר נְפַל עַל-אַנְפּוֹהִי וּלְדָנִיֵּאל סְגִד וּמִנְחָה וְנִיחֹחִין אֲמַר לְנַסָּכָה לֵהּ. ש

46 Alors le roi Nabuchodonosor se prosterna contre terre, puis s’agenouilla devant Daniel et ordonna de lui présenter des offrandes et des parfums. (Daniel 2: 46)

La lumière qui n’apparaît qu’une fois dans la parasha «Mikets» [«le jour se leva»  /הַבֹּקֶר אוֹר (Genèse 44: 3)] annonce la victoire spirituelle et politique d’Israël sur les empires qui se sont succédés:

מד וּבְיוֹמֵיהוֹן דִּי מַלְכַיָּא אִנּוּן יְקִים אֱלָהּ שְׁמַיָּא מַלְכוּ דִּי לְעָלְמִין לָא תִתְחַבַּל וּמַלְכוּתָה לְעַם אָחֳרָן לָא תִשְׁתְּבִק תַּדִּק וְתָסֵיף כָּל-אִלֵּין מַלְכְוָתָא וְהִיא תְּקוּם לְעָלְמַיָּא. (דניאל ב: מד).ש

44 Et du temps de ces rois-là, le Seigneur du ciel suscitera un empire qui ne sera jamais détruit, un empire qui ne cédera la place à aucun autre peuple: il écrasera et anéantira tous les autres empires et subsistera lui-même éternellement (Daniel 2: 44)

C’est ce que veut signifier le miracle de la petite fiole d’huile de la Menora qui, faite pour ne durer qu’un jour, dura huit jours entiers, jusqu’à ce que l’on confectionne de l’huile pure nouvelle.

כג  כִּי נֵר מִצְוָה וְתוֹרָה אוֹר. (משלי ו:    כג).ש

23 Car l’injonction est un flambeau, l’Enseignement [la Torah] une lumière. (Proverbes 6: 23).

C’est cette même Thora qui sortira de Sion à la fin des temps:

ג  כִּי מִצִּיּוֹן תֵּצֵא תוֹרָה וּדְבַר-יְהוָה מִירוּשָׁלִָם. (ישעיהו ב: ג). ש

3  car c’est de Sion que sort la Torah et de Jérusalem la parole du Seigneur. » (Isaïe 2: 3).

[1] Parashat Mikets, Genèse 41: 1-  44: 17

 

Au plaisir de vous retrouver,

Shabbat shalom!

hebreubiblique@gmail.com

Avec toutes mes amitiés,

Haïm Ouizemann

 

 

Ce contenu a été publié dans Lectures bibliques, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

11 Responses to Parashat Mikets, quand le rêve devient lumière

  1. Cathou dit :

    Bonnes Fêtes de Hannouka à chacun de vous!
    Que la lumière nous éclaire jour après jour, sans interruption.
    La lumière éclaire, réchauffe et réunit
    Bises à tous

  2. MIMOUNI dit :

    Hanoukka Samea’h

  3. Helene Herlemont dit :

    Hanoukka Samea’h à tous

  4. Lucien-philippe BARHEBWA dit :

    Hanoukka Samea’h

  5. Rebecca dit :

    Merci pour cet enseignement, que Dieu vous bénisse

  6. Yves Boutboul dit :

    *47* S’adressant ensuite à Daniel, le roi lui dit: « En vérité, votre Dieu est le Dieu des dieux, le souverain des rois, le révélateur des mystères, puisque tu as pu dévoiler ce mystère-là. » (Genèse 2: 47). il s’agit bien sur de Daniel et non de Genèse…correct en hébreu.

    intéressant de se remettre à l’araméen.

    autre parallèle possible avec Mordekhaî.

    • Shalom Aaron! Toda rabba pour ta correction qui temoigne d’une lecture approfondie des sources. ישר כוח! Avec toutes mes felicitations! Le livre de Daniel est en effet ecrit en Arameen, langue tres proche de l’Hebreu. Le parrallele avec le livre d’Esther s’impose egalement. Hag Ourim Sameah!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.