Parashat BéHa’alotekha, Dans la Nuée

La péricope de cette semaine met l’accent à maintes reprises sur la «nuée»  עָנָן (Anann), terme que nous retrouvons dans les cinq livres de la Torah.

טו וּבְיוֹם הָקִים אֶת-הַמִּשְׁכָּן כִּסָּה הֶעָנָן אֶת-הַמִּשְׁכָּן לְאֹהֶל הָעֵדֻת וּבָעֶרֶב יִהְיֶה עַל-הַמִּשְׁכָּן כְּמַרְאֵה-אֵשׁ-עַד-בֹּקֶר. טז כֵּן יִהְיֶה תָמִיד הֶעָנָן יְכַסֶּנּוּ וּמַרְאֵה-אֵשׁ לָיְלָה. יז וּלְפִי הֵעָלוֹת הֶעָנָן מֵעַל הָאֹהֶל וְאַחֲרֵי כֵן יִסְעוּ בְּנֵי יִשְׂרָאֵל וּבִמְקוֹם אֲשֶׁר יִשְׁכָּן-שָׁם הֶעָנָן שָׁם יַחֲנוּ בְּנֵי יִשְׂרָאֵל. ש

15 Or, le jour où l’on eut érigé le tabernacle, la nuée couvrit le tabernacle, la tente du statut; et le soir il y avait, au-dessus du tabernacle, comme une vision de feu persistant jusqu’au matin. 16 Il en fut ainsi constamment: la nuée le couvrait le jour, et une vision de feu la nuit. 17 Chaque fois que la nuée s’élevait de dessus la tente, aussitôt les enfants d’Israël levaient le camp; puis, à l’endroit où se fixait la nuée, là s’arrêtaient les enfants d’Israël. (Nombres 9: 15-17)[1] [2]

Le Sage Onkelos[3] affirme que l’élévation de la nuée recouvrant la Tente du Rendez-Vous témoigne d’une volonté de  retrait de la part de l’Eternel, les Kabbalistes diraient de «Tsimtsoum». Rashi, quant à lui, préfère conserver à cette élévation le sens original de «croissance צִמּוּחַ» et de «montée עֲלִיָּה» (Nombres 9: 21). Effectivement, ces deux interprétations ne sont point contradictoires mais complémentaires.

Or, après s’être retirée, la nuée effectue un mouvement de retour au-dessus la Tente du Rendez-Vous. Ce mouvement de retour exprimerait la volonté de se rapprocher parmi les fils d’Israël, de faire acte de «Présence שְׁכִינָה, Shékhina». Ce mouvement oscillant entre la verticalité et l’horizontalité peut être comparé à celle d’un père qui, désirant enseigner à son enfant à marcher et à progresser, lui laisserait une part de liberté nécessaire à toute croissance mentale et spirituelle[4]. Cette affection toute paternelle est à la fois distance et rapprochement.

כה וַיֵּרֶד יְהוָה בֶּעָנָן וַיְדַבֵּר אֵלָיו וַיָּאצֶל מִן-הָרוּחַ אֲשֶׁר עָלָיו וַיִּתֵּן עַל-שִׁבְעִים אִישׁ הַזְּקֵנִים וַיְהִי כְּנוֹחַ עֲלֵיהֶם הָרוּחַ וַיִּתְנַבְּאוּ וְלֹא יָסָפוּ. (במדבר יא: כה).ש

25 L’Éternel descendit dans une nuée et lui parla, et, détournant une partie de l’esprit qui l’animait, la reporta sur ces soixante-dix personnages, sur les anciens. Et aussitôt que l’esprit se fut posé sur eux, ils prophétisèrent, mais ils ne le firent plus depuis. (Nombres 11: 25)

La descente de l’Eternel dans la nuée annonce, quant à elle, l’ouverture du dialogue prophétique:

ז  בְּעַמּוּד עָנָן יְדַבֵּר אֲלֵיהֶם  שָׁמְרוּ עֵדֹתָיו וְחֹק נָתַן-לָמוֹ. (תהלים צט: ז).ש

7 Dans une colonne de nuée il leur parlait; ils demeuraient fidèles à ses statuts, aux lois qu’il leur avait données. (Psaume 99: 7)

Or, quel sens revêt le terme «nuée -עָנָן-Anann» dans les quatre autres Livres thoraniques?

Lorsque, pour la première fois,  la nuée apparaît dans le texte biblique, elle symbolise l’Alliance universelle contractée unilatéralement par l’Eternel s’engageant envers  toute la Création à ne plus la détruire:

יג אֶת-קַשְׁתִּי נָתַתִּי בֶּעָנָן וְהָיְתָה לְאוֹת בְּרִית בֵּינִי וּבֵין הָאָרֶץ. יד וְהָיָה בְּעַנְנִי עָנָן עַל-הָאָרֶץ וְנִרְאֲתָה הַקֶּשֶׁת בֶּעָנָןטו וְזָכַרְתִּי אֶת-בְּרִיתִי אֲשֶׁר בֵּינִי וּבֵינֵיכֶם וּבֵין כָּל-נֶפֶשׁ חַיָּה בְּכָל-בָּשָׂר וְלֹא-יִהְיֶה עוֹד הַמַּיִם לְמַבּוּל לְשַׁחֵת כָּל-בָּשָׂר. טז וְהָיְתָה הַקֶּשֶׁת בֶּעָנָן וּרְאִיתִיהָ לִזְכֹּר בְּרִית עוֹלָם בֵּין אֱלֹהִים וּבֵין כָּל-נֶפֶשׁ חַיָּה בְּכָל-בָּשָׂר אֲשֶׁר עַל-הָאָרֶץ. (בראשית ט: יג-טז).ש

13 J’ai placé mon arc dans la nuée et il deviendra un signe d’alliance entre moi et la terre. 14 A l’avenir, lorsque j’amoncellerai des nuages sur la terre et que l’arc apparaîtra dans la nuée, 15 je me souviendrai de mon Alliance avec vous et tous les êtres animés et les eaux ne deviendront plus un déluge, anéantissant toute chair. 16 L’arc étant dans la nuée, je le regarderai et me rappellerai l’Alliance perpétuelle du Seigneur  avec toutes les créatures vivantes qui sont sur la terre. (Genèse 9: 13-16)

Puis, l’Eternel, dans sa Haute et Suprême Volonté, contracte une Alliance bilatérale avec Israël, exigeant une réciprocité, un engagement de sa part, une responsabilité de témoigner de l’Amour de l’Eternel dans le monde:

כא וַיהוָה הֹלֵךְ לִפְנֵיהֶם יוֹמָם בְּעַמּוּד עָנָן לַנְחֹתָם הַדֶּרֶךְ וְלַיְלָה בְּעַמּוּד אֵשׁ לְהָאִיר לָהֶם לָלֶכֶת יוֹמָם

כב לֹא-יָמִישׁ עַמּוּד הֶעָנָן יוֹמָם וְעַמּוּד הָאֵשׁ לָיְלָה לִפְנֵי הָעָם.

(שמות יג: כא-כב)

ש

21 L’Éternel les guidait, le jour, par une colonne de nuée qui leur indiquait le chemin, la nuit, par une colonne de feu destinée à les éclairer, afin qu’ils pussent marcher jour et nuit.22 La colonne de nuée, le jour et la colonne de feu, la nuit, ne cessaient de précéder le peuple. (Exode 13: 21-22).
Comment Israël peut-il témoigner de cet Amour en réparant le monde?

Israël, par sa fidélité à la Gloire divine, par son rôle de Cohen (כֹּהֵן prêtre, serviteur) des Nations, est appelé à devenir le héraut de cette ultime réparation (תִּקּוּן Tikkoun):

יג וְנָתַן אֶת-הַקְּטֹרֶת עַל-הָאֵשׁ לִפְנֵי יְהוָה וְכִסָּה עֲנַן הַקְּטֹרֶת אֶת-הַכַּפֹּרֶת אֲשֶׁר עַל-הָעֵדוּת וְלֹא יָמוּת.  (ויקרא טז: יג).ש

13 Il jettera l’encens sur le feu, devant le Seigneur, de sorte que le nuage d’encens enveloppe le propitiatoire qui abrite [les Tables] du Témoignage, et qu’il ne meure point. (Lévitique 16: 13)

La קְּטֹרֶת Kétoret, l’encens, constitue le symbole de la communication et du lien existant entre l’Eternel et Son peuple, ainsi qu’il en était déjà pour Noé:

כא וַיָּרַח יְהוָה אֶת-רֵיחַ הַנִּיחֹחַ וַיֹּאמֶר יְהוָה אֶל-לִבּוֹ לֹא-אֹסִף לְקַלֵּל עוֹד אֶת-הָאֲדָמָה בַּעֲבוּר הָאָדָם כִּי יֵצֶר לֵב הָאָדָם רַע מִנְּעֻרָיו וְלֹא-אֹסִף עוֹד לְהַכּוֹת אֶת-כָּל-חַי כַּאֲשֶׁר עָשִׂיתִי. (בראשית ח: כא).ש

21 L’Éternel aspira la délectable odeur, et il dit en lui-même: « Désormais, je ne maudirai plus la terre à cause de l’homme, car les conceptions du cœur de l’homme sont mauvaises dès son enfance; désormais, je ne frapperai plus tous les vivants, comme je l’ai fait. (Genèse 6: 21)

C’est en respirant l’odeur des sacrifices de Noé que l’Eternel exprime sa satisfaction face à son comportement. De même, la fumée de la Kétoret exprime le lien imprescriptible de l’Eternel et de son Peuple.

Cette vocation de porter la Parole de l’Eternel et de communiquer avec Lui est éternelle et se poursuit donc après la disparition du fidèle serviteur de l’Eternel, Moïse, avec son successeur Josué:

טו וַיֵּרָא יְהוָה בָּאֹהֶל בְּעַמּוּד עָנָן וַיַּעֲמֹד עַמּוּד הֶעָנָן עַל-פֶּתַח הָאֹהֶל. (דברים לא: טו).ש

15 Le Seigneur apparut dans la tente, par une colonne de nuée, et cette colonne de nuée s’arrêta à l’entrée de la tente. (Deutéronome 31: 15)

Cette nuée enveloppant les Hébreux et les conduisant sans relâche dans le désert, témoigne du profond et intime amour qu’éprouve l’Eternel à l’égard de Son peuple en phase de gestation. L’Eternel porte, caresse et embrasse son premier-né. Ce rapport affectif entre l’Eternel et son peuple est, de plus, décrit dans le Cantique des cantiques comme le lien conjugal unissant l’Amant, l’Eternel, à l’élu de son cœur, Israël:

ו שְׂמֹאלוֹ תַּחַת לְרֹאשִׁי וִימִינוֹ תְּחַבְּקֵנִי. (שיר השירים ב: ו; ח: ג).ש

6 Son bras gauche soutient ma tête et sa droite me tient enlacée. (Cantique des Cantiques 2: 6; 8: 3)[5]

Moïse, enveloppé par la nuée, pénètre dans l’intimité du Divin et va, ainsi, assurer l’accomplissement des noces entre Israël et l’Eternel:

יח וַיָּבֹא מֹשֶׁה בְּתוֹךְ הֶעָנָן וַיַּעַל אֶל-הָהָר וַיְהִי מֹשֶׁה בָּהָר אַרְבָּעִים יוֹם וְאַרְבָּעִים לָיְלָה. (שמות יג: כד-יח). ש

18 Moïse pénétra au milieu de la nuée et s’éleva sur la montagne; et il resta sur cette montagne quarante jours et quarante nuits. (Exode 24: 18)

 

[1] Cf. également Nombres 12: 5; 14: 14.

[2] Parashat BéHa’alotekha, Nombres 8: 1- 12: 16

[3] Onkelos le Prosélyte est un disciple de Rabbi Aquiva (IIe siècle de notre ère).  Notable romain, il choisit de se rendre en Judée et de se convertir au judaïsme, Il traduit la Torah en araméen.

[4] Cf. Rashi sur Nombres 9: 18: «Conformément à l’Eternel ils partiront Nous lisons à propos de la construction du tabernacle que lorsque les enfants d’Israël se mettaient en marche, la colonne de nuée se repliait et s’étendait au-dessus de la tribu de Yehouda comme une sorte de poutre. On sonnait alors : teqi‘a, terou‘a, teqi‘a, mais elle ne se déplaçait pas aussi longtemps que Mochè n’avait pas dit : « Lève-toi, Hachem ! » (infra 10, 35). Alors seulement s’avançait le drapeau de Yehouda. Cela se trouve dans le Sifri. Et conformément à l’Eternel ils camperont Quand Israël campait, la colonne de nuée se dressait verticalement et s’étendait au-dessus de la tribu de Yehouda comme une sorte de toit de cabane. Mais elle ne s’étirait pas aussi longtemps que Mochè n’avait pas dit : « Reviens, HaShem, parmi les myriades des milliers d’Israël ! » (infra 10, 36). On peut donc dire : « conformément à HaShem par la main de Mochè » (verset 23). ».

[5] Rashi au livre des Nombres (9: 18) explique que la nuée accompagnant les fils de Yehoudah (Juda) ressemblait à une cabane- soukka סֻכָּה , lieu de rencontre intime entre l’Eternel et Israël, dans le désert, avant l’entrée en Erets Israël.

Shabbat shalom !

hebreubiblique@gmail.com

Avec toutes mes amitiés,

Haïm Ouizemann

Ce contenu a été publié dans Lectures bibliques, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 Responses to Parashat BéHa’alotekha, Dans la Nuée

  1. serge fischlinski dit :

    toda raba ,j’aime cette parachat , je revient vers vous après une longue absence , encore merci

  2. cathou dit :

    Nuée: le mot est intéressant. Signifiant nuage, essaim, voile, obscurité, multitude. Il définit, en général des nuages très haut, gorgés de pluie.
    Il est à remarquer qu’à aucun moment la Nuée n’enveloppe le peuple, elle marche en tête, elle se tient au-dessus de la Tente, elle recouvre la montagne, Moïse, la Tente. …. pas le peuple.

    on trouve dans ce mot la notion d’élévation, d’eau, de multitude, à l’opposé du feu qui brille la nuit. On pourrait presque dire que si la nuit est vivante, chaleureuse, éclatante de lumière; la journée cette nuée est terne, lourde et humide.
    Le contraste est important entre l’état d’eau partant du ciel vers la terre, et l’état de feu partant de la terre vers le ciel.
    Au fond, on peut dire que la nuée, tout d’abord guide, transporte, (devant le peuple) puis transmet des enseignements « venus d’ailleurs » et les déverse, les sème à certains endroits bien précis. (montagne, Moïse, sages, Tente).
    En se transformant en feu, elle indique une fécondation, une fertilisation du sol, une renaissance.

    ce qui est très intéressant c’est que OUI cette nuée apporte et sème un enseignement différent, mais à aucun moment elle ne l’impose au peuple, libre d’accepter cette semence et cette nouvelle vie.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.