La soukka, une transformation intérieure

Bienvenue dans la soukka de la famille Ouizemann

Bienvenue dans la soukka de la famille Ouizemann

En ce temps de fête de Souccoth,  la Tora nous enjoint d’habiter durant sept  jours  la cabane du désert en souvenir des tentes des Hébreux durant la sortie d’Egypte:

מב בַּסֻּכֹּת תֵּשְׁבוּ שִׁבְעַת יָמִים כָּל-הָאֶזְרָח בְּיִשְׂרָאֵל יֵשְׁבוּ בַּסֻּכֹּת. מג לְמַעַן יֵדְעוּ דֹרֹתֵיכֶם כִּי בַסֻּכּוֹת הוֹשַׁבְתִּי אֶת-בְּנֵי יִשְׂרָאֵל בְּהוֹצִיאִי אוֹתָם מֵאֶרֶץ מִצְרָיִם אֲנִי יְהוָה אֱלֹהֵיכֶם. (ויקרא כג: מב-מג).ש

42 Vous demeurerez dans des tentes durant sept jours; tout indigène en Israël demeurera sous la tente, 43 afin que vos générations sachent que j’ai donné des tentes pour demeure aux enfants d’Israël, quand je les ai fait sortir du pays d’Egypte, moi, l’Éternel, votre Dieu! » (Lévitique 23: 42-43).

Quel peut être le sens d’une telle injonction pour les générations de l’après désert? N’est-il point pour l’homme occidental anachronique de rejoindre une frêle cabane posée à même le sol alors que, protégé par quatre murs de béton et de verre, il serait logique pour lui d’y demeurer en toute sécurité?

Le message que nous délivre ce texte est que l’homme moderne qui a su pourtant construire autour de sa personne des murailles de bien-être matériel et de confort mental a le plus grand mal à se remettre en question de manière permanente en raison, entre autres, des lourdes normes sociales, de son éducation, des préjugés colportés par l’environnement social et cultuel.  L’inouï  progrès des sciences et de la technologie, avec tous les incontestables bienfaits apportés à l’Humanité, n’a toujours pas offert la sérénité et le bonheur à tous les êtres humains. L’Homme moderne souffre de dépression permanente et d’angoisse due paradoxalement au rythme effréné de sa propre croissance. La vitesse des moyens de transports et de communication n’a fait qu’augmenter le stress et l’addiction aux réseaux sociaux. L’Homme a réussi à créer un monde parallèle au sien: un monde de virtualité.

Or, l’idée  sous-jacente à l’édification de la cabane du désert vise à amener l’homme à adopter une nouvelle attitude de pensée et d’action afin qu’il puisse effectuer en son être le plus intime une transformation intérieure et atteindre à la Joie véritable. Ainsi, Israël et les Nations, invitées à s’assoir dans la même soukka, doivent atteindre la conscience que les richesses et les ressources de ce monde ne sont en rien les leurs. La fragilité et la dimension éphémère de la cabane rappelle sans cesse à celui qui y réside qu’il n’est qu’un étranger et un simple passant en ce monde:

כג כִּי-לִי הָאָרֶץ כִּי-גֵרִים וְתוֹשָׁבִים אַתֶּם עִמָּדִי. (ויקרא כה: כג).ש

23 …car la terre est à moi, car vous n’êtes que des étrangers domiciliés chez moi. (Lévitique 25: 23).

Sur le plan de l’action, cette cabane (soukka) est avant tout le lieu de l’hospitalité et de l’ouverture à autrui. Le Patriarche Avraham incarne parfaitement cette notion de ‘Hessed, de Bonté et d’Amour en allant chercher, en personne, ses invités sans nom et venus de nulle part et en les invitant sans aucune contrepartie sous sa tente (Genèse 18: 2). C’est donc le partage de notre espace vital qui conduit à l’état de bonheur. Souccoth est nommé «זְמָן שִׂמְחָתֵנוּ le temps de notre Joie», car il est de notre devoir d’être heureux en cette fête:

מ וּשְׂמַחְתֶּם לִפְנֵי יְהוָה אֱלֹהֵיכֶם שִׁבְעַת יָמִים. (ויקרא כג: מ).ש

40 …et vous vous réjouirez, en présence de l’Éternel votre Seigneur, pendant sept jours. (Lévitique 23: 40).

De plus, c’est le recouvrement de la soukka nommé סְכָךְ Sekhakh «couverture, toit», de même racine que le terme «סֻכָּה soukka» qui constitue l’essence même de la cabane. Ce «toit» rappelle à Israël et à tout homme que le monde, loin d’être «le produit du hasard et de la nécessité»[1], appartient totalement à la Providence divine. L’Homme en tant que créature douée de sens et de raison, découvre alors ses limites, malgré son pouvoir quasi-illimité de transformation de la Nature.

La soukka, microcosme, renferme en elle deux dimensions essentielles à la transformation intérieure: l’Espace et le Temps. Israël et les Nations, en fêtant ensemble la fête des Tentes, vivent l’expérience de ces deux dimensions – Espace partagé et Temps provisoire, et se mettent, ainsi, sous la Shekhina שְׁכִינָה – la Protection divine. Or, ce terme de שְׁכִינָה (Protection divine) a pour racine  שְׁכִינָה qui est également à la base du mot  שְָׁכֵן (voisin). Or, ce n’est qu’en développant des relations de bon voisinage aussi bien dans notre quartier que dans notre ville, et entre pays,  que la Paix peut être garantie et alors, le monde entier pourra «entrer dans la Soukka», c’est-à-dire se placer sous la Protection divine, et alors, la Connaissance de l’Eternel s’étendra sur le monde entier:

ט לֹא-יָרֵעוּ וְלֹא-יַשְׁחִיתוּ בְּכָל-הַר קָדְשִׁי כִּי-מָלְאָה הָאָרֶץ דֵּעָה אֶת-יְהוָה כַּמַּיִם לַיָּם מְכַסִּים. (ישעיהו יא: ט).ש

9 Plus de méfaits, plus de violences sur toute ma sainte montagne; car la terre sera pleine de la connaissance de l’Éternel, comme l’eau abonde dans le lit des mers. (Isaïe 11: 9).

 

[1] Cf.  « Le hasard et la nécessité » Jacques Monod, aux Editions du Seuil

 

Shabbat shalom et Hag Soukkot Saméah!

hebreubiblique@gmail.com

Avec toutes mes amitiés,

Haïm Ouizemann

Ce contenu a été publié dans Fêtes d'Israël, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 Responses to La soukka, une transformation intérieure

  1. Kania dit :

    Shalom, Merci pour ce nouvel article qui est en lien direct avec mes recherches et mes pensées actuelles. Mais j’ai une petite question, si je vous dit Le temple est le symbole de l’univers et l’homme en est l’image, Que pensez vous de cette phrase, que pourriez vous m’en dire ? Merci par avance Amicalement Daniel Kania

    Envoyé de mon iPhone

    >

  2. Roland Mohsen dit :

    Haim bonsoir et bonne fête de souccoth . je suis enfin de retour a Paris impatient de retrouver tous nos amis du webinaire. pourais-tu SVP quand tu auras le temps de m’envoyer les webinaires auxquels je n’ai pas pu y participer lors de mon long voyage aux USA.Bien aimé  professeur que l’Ertenel daigne continuer a veiller sur toi ainsi que tous les tiens. Roland

  3. Madge dit :

    La Soukka est aussi une allusion au cheminement du chrétien régénéré. En effet, nous sommes appelés à partager notre pain (la Parole) et notre toit comme le le patriarche Abraham ainsi que Ses descendants.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.