Parashat Tolédot, ITs’HaK  la semence d’Israël

 

La parasha débute par le rappel de la naissance d’ITs’HaK, dont nous avons vu les détails dans la parasha Vayéra.

יט וְאֵלֶּה תּוֹלְדֹת יִצְחָק בֶּן-אַבְרָהָם אַבְרָהָם הוֹלִיד אֶת-יִצְחָק. (בראשית כה: יט).ש

19 Et voici les engendrements d’Isaac, fils d’Avraham: Avraham engendra Isaac. (Genèse 25: 19)[1]

Le commentateur du Kéli Yakar[2] s’appuie sur un point d’ordre grammatical à propos de ce verset. Il note que le verbe הוֹלִיד/ HOLiD (Racine Y.L.D./י.ל. ד.) est à la forme verbale du Hif’il (factitif ou causatif) et non point à celle du Pa’al יָלַד comme pour d’autres engendrements (Genèse 10: 15; 22: 23):

Or, pourquoi la prière de ITs’Hak a-t-elle été plus «efficace» que celle de Rebecca, sa femme? ITs »HaK a pour père AVRaHaM. C’est donc un «צָדִיק בֶּן צָדִיק tsaddik fils de tsaddik, juste fils de juste». Le «Kéli Yakar» en vient à conclure que «grâce à [la justice d’]AVRaHaM, ITsH’aK [juste lui-même] aura des enfants et une descendance comme il est dit:

כא וַיֶּעְתַּר יִצְחָק לַיהוָה לְנֹכַח אִשְׁתּוֹ כִּי עֲקָרָה הִוא וַיֵּעָתֶר לוֹ יְהוָה וַתַּהַר רִבְקָה אִשְׁתּוֹ. (בראשית כה: כא).ש

21 Isaac implora l’Éternel au sujet de sa femme parce qu’elle était stérile; l’Éternel exauça sa prière et Rébecca, sa femme, devint enceinte. (Genèse 25: 21)»

Or, la racine ע.ת.ר.  signifiant à la forme du Pa’al «implorer», «supplier», «faire appel à [la miséricorde de…]» (Exode 10: 18; Juges 13: 8), revêt le sens de «être exaucé» à la forme passive du Nif’al.  Mais en quoi cette racine biblique caractérise-t-elle celui qui deviendra le deuxième Patriarche d’Israël?

יא וַיְהִי אַחֲרֵי מוֹת אַבְרָהָם וַיְבָרֶךְ אֱלֹהִים אֶת-יִצְחָק בְּנוֹ וַיֵּשֶׁב יִצְחָק עִם-בְּאֵר לַחַי רֹאִי. יב וְאֵלֶּה תֹּלְדֹת יִשְׁמָעֵאל בֶּן-אַבְרָהָם אֲשֶׁר יָלְדָה הָגָר הַמִּצְרִית שִׁפְחַת שָׂרָה לְאַבְרָהָם. (בראשית כה: יא-יב).ש

11 Après la mort d’Abraham, le Seigneur bénit Isaac, son fils. Isaac s’établit prés de la source du Vivant-qui-me-voit. 12 Suivent les générations d’Ismaël, fils d’Abraham, que l’Égyptienne Agar, esclave de Sara, avait enfanté à Abraham.  (Genèse 25: 11-12).

Au contraire d’AVRaHaM et de Ya’aKoV qui furent tous deux bergers, ITs’HaK devient agriculteur et n’est jamais sorti des frontières d’Erets Canaan conformément à l’ordonnance divine:

ב וַיֵּרָא אֵלָיו יְהוָה וַיֹּאמֶר אַל-תֵּרֵד מִצְרָיְמָה שְׁכֹן בָּאָרֶץ אֲשֶׁר אֹמַר אֵלֶיךָ. (בראשית כו: ב). ש

2 Le Seigneur lui apparut et dit: « Ne descends pas en Egypte; fixe ta demeure dans le pays que je te désignerai. (Genèse 26: 2)

Comment ITs’HaK prend-il conscience que sa supplication pouvait être exaucée, en persévérant dans de longues supplications? En travaillant la terre d’Erets Israël et en la cultivant!

ש«רֵישׁ לָקִישׁ אָמַר: שֶׁהִפֵּךְ אֶת הַגְּזֵרָה. וּלְפִיכָךְ קוֹרְאִים לוֹ ‘עֲתָרָא’ שֶׁמְהַפֵּךְ אֶת הַגּוֹרֶן.»

«Reish Lakish enseignait, à propos du verbe וַיֶּעְתַּר : « Qu’il [ITs’HaK] réussit à ‘retourner’ [comme on retourne la terre] le décret divin [relatif à la condition de stérilité de RiVKaH]. C’est la raison pour laquelle l’on dénomme la «supplication» du nom de «fourche / עֲתָרָא  (ATaRA)»[3] permettant de retourner la récolte de blé [plus exactement de séparer le grain de l’ivraie]»[4].

Il est intéressant de noter l’étroite corrélation unissant le travail de la  terre à la prière d’ITs’HaK . En effet, le terme hébreu «Poul’han/ פּוּלְחָן (racine: פ. ל. ח ) culte divin» désigne avant tout le labourage – le fait de creuser des sillons- visant à tirer les meilleurs fruits de la terre:

כְּמוֹ פֹלֵחַ וּבֹקֵעַ בָּאָרֶץ. (תהלים קמא: ז).ש

7 De même que le laboureur creuse et entrouvre le sol… (Psaume 141: 7).

Le commentateur Rashi précise que la racine ע.ת.ר.  revêt le sens de «multiplication, abondance» (Ezéchiel 35: 13). C’est le sens que lui donne Rashi en employant le terme «encreisement»[5] signifiant, en vieux français, «multiplier».

Cette idée de «multiplication», même en temps de famine, réapparaît. L’Eternel bénit ITs’HaK au centuple!

יב וַיִּזְרַע יִצְחָק בָּאָרֶץ הַהִוא וַיִּמְצָא בַּשָּׁנָה הַהִוא מֵאָה שְׁעָרִים וַיְבָרְכֵהוּ יְהוָה. יג וַיִּגְדַּל הָאִישׁ וַיֵּלֶךְ הָלוֹךְ וְגָדֵל

עַד כִּי-גָדַל מְאֹד. (בראשית כו: יב-יג).ש

12 Isaac sema dans ce pays-là et recueillit, cette même année, au centuple: tant le Seigneur le bénissait. 13 Cet homme devint grand; puis sa grandeur alla croissant et enfin il fut très grand. (Genèse 26: 12-13).

La grandeur d’un homme ou d’une nation, loin de se mesurer à sa stricte richesse matérielle, découle et dépend essentiellement de la bénédiction divine. Le grand commentateur NaHMaNiDe (RaMBaN) enseigne que, si IShMaëL est fils d’AVRaHaM, c’est HaGaR l’Egyptienne qui l’a enfanté, comme cela est bien précisé dans le verset Genèse 25: 12. Si donc AVRaHaM reconnaît bien sa  paternité pour IShMaëL , il refuse de considérer HaGaR autrement que comme la mère de son fils, mais non point comme sa femme à part entière. Elle pourrait être considérée un peu comme ayant le même statut qu’une «mère porteuse». Par ailleurs, cet accent mis sur HaGaR, mère d’IShMaëL, indique que ce dernier a le caractère de sa mère, qui l’éduquera dans sa culture propre.

יב וְאֵלֶּה תֹּלְדֹת יִשְׁמָעֵאל בֶּן-אַבְרָהָם אֲשֶׁר יָלְדָה הָגָר הַמִּצְרִית שִׁפְחַת שָׂרָה לְאַבְרָהָם. ש

12 Et voici les engendrements d’Ismaël, fils d’Abraham, que l’Égyptienne Agar, servante de Sara, avait enfanté à Abraham. (Genèse 25: 12)

Or, ITs’HaK , à l’opposé de IShMaëL, est né de l’engendrement d’ AVRaHaM par SaRaH:

יט וְאֵלֶּה תּוֹלְדֹת יִצְחָק בֶּן-אַבְרָהָם אַבְרָהָם הוֹלִיד אֶת-יִצְחָק. (בראשית כה: יט).ש

19 Et voici les engendrements d’Isaac, fils d’Avraham: Avraham engendra Isaac. (Genèse 25: 19)

AVRaHaM a donc «donné naissance» à ITs’HaK par SaRaH sa femme. Non seulement il reconnaît ITs’HaK comme son fils, mais il participe pleinement à la grossesse et à l’accouchement de sa femme SaRaH. ITs’HaK, par ce terme הוֹלִיד, a pris le caractère et la culture de sa mère, mais surtout, il a hérité du caractère et de la culture de son père et de son grand-père. Il est donc l’héritier spirituel tout désigné pour continuer l’œuvre magistrale d’AVRaHaM:

יב …כִּי בְיִצְחָק יִקָּרֵא לְךָ זָרַע. ש

12 … car c’est par Isaac qu’une descendance te sera désignée. (Genèse 21: 12)

La vie exemplaire d’ITs’HaK, l’élu de l’Eternel, témoigne que ce n’est plus seulement la prière qui conduit à la richesse matérielle mais aussi le contact avec le monde et sa transformation! Ainsi, le peuple d’Israël n’en finit point de recouvrer sa dignité bafouée et sa terre grâce au mérite du Patriarche ITs’HaK qui, d’une certaine manière, par le refus divin de quitter Israël ou de l’abandonner, a conservé et protégé la bénédiction divine en faveur des  générations futures:

ט כִּי הִנְנִי אֲלֵיכֶם וּפָנִיתִי אֲלֵיכֶם וְנֶעֱבַדְתֶּם וְנִזְרַעְתֶּםי וְהִרְבֵּיתִי עֲלֵיכֶם אָדָם כָּל-בֵּית יִשְׂרָאֵל כֻּלֹּה וְנֹשְׁבוּ הֶעָרִים וְהֶחֳרָבוֹת תִּבָּנֶינָה. יא וְהִרְבֵּיתִי עֲלֵיכֶם אָדָם וּבְהֵמָה וְרָבוּ וּפָרוּ וְהוֹשַׁבְתִּי אֶתְכֶם כְּקַדְמוֹתֵיכֶם וְהֵיטִבֹתִי מֵרִאשֹׁתֵיכֶם וִידַעְתֶּם כִּי-אֲנִי יְהוָה. (יחזקאל לו: ט-יא).ש

9 Car me voici venir vers vous, je me tournerai de votre côté, et vous serez cultivées et ensemencées. 10 Je multiplierai sur vous la population, la maison d’Israël tout entière; les villes seront repeuplées et les ruines rebâties.  11 Je multiplierai sur vous hommes et bêtes, ils foisonneront et fructifieront. Je vous repeuplerai comme dans les temps d’autrefois et vous ferai plus de bien qu’à vos débuts vous saurez ainsi que je suis l’Eternel. (Ezéchiel 36: 9-11).

 

[1] Parashat Tolédot, Genèse 25: 19- 28: 9

[2] Kéli Yakar  sur le verset Genèse 25: 19. (« Récipient précieux »). Kéli Yakar est un ouvrage de  Salomon Ephraïm de Luntschitz (1550 – 21 avril 1619), rabbin, poète, prédicateur et commentateur biblique, et son nom de plume.

[3]  La fourche עֶתֶר- עֲתָרָא destinée à séparera le grain de l’ivraie se nomme en hébreu קִלְשׁוֹן זְרִיָּה  (KiLShON ZeRyaH).

[4] Midrash rabba Parashat Toledot 63: 5; cf. également traités Yévamot 64: a et Soukka 14: a.

[5]  Latin increscere.   Commentaire de Rashi sur le verset Genèse 25: 21.

 

L’étude biblique vous passionne. Je vous invite à rejoindre notre Campus biblique: https://www.campusbiblique.com/

 

Shabbat shalom !

hebreubiblique@gmail.com

Avec toutes mes amitiés,

Haïm Ouizemann

Ce contenu a été publié dans Lectures bibliques, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 Responses to Parashat Tolédot, ITs’HaK  la semence d’Israël

  1. THIERRY ELHAIK dit :

    Bonjour haim

    Nous prions la protection de hachem sur vous,et dans toute la région du sud d ‘israel.
    Shalom à vous .
    Elhaik thierry.
    ________________________________

  2. Yves dit :

    Ezechiel 36 et non 39

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.