Parashat Yitro, la bénédiction du païen

Comment expliquer, sans l’ombre d’un doute, que la plus célèbre de toutes les péricopes bibliques, la Parashat Yitro, relatant l’évènement majeur  du Don des Dix Paroles, soit désignée du nom du beau-père de MoShéH et non point de celui de ce dernier? Le choix du nom de MoSheH n’aurait-il point été, a priori, plus approprié que celui de YiTrO en récompense du dévouement absolu de celui qui conduisit les fils d’Israël jusqu’au pied du Mont Sinaï, comme un berger son troupeau?

Au-delà de l’humilité du Prophète MoShéH qui expliquerait l’éclipse de son nom, YiTRo se révèle comme le personnage central du narratif biblique dans cette parasha. Non seulement YiTRo reconnaît en l’Eternel le Maître du Monde mais encore, il s’avère être celui qui initie et institue le régime juridique d’Israël!

טו וַיֹּאמֶר מֹשֶׁה לְחֹתְנוֹ כִּי-יָבֹא אֵלַי הָעָם לִדְרֹשׁ אֱלֹהִים. טז כִּי-יִהְיֶה לָהֶם דָּבָר בָּא אֵלַי וְשָׁפַטְתִּי בֵּין אִישׁ וּבֵין רֵעֵהוּ וְהוֹדַעְתִּי אֶת-חֻקֵּי הָאֱלֹהִים וְאֶת-תּוֹרֹתָיו. יז וַיֹּאמֶר חֹתֵן מֹשֶׁה אֵלָיו  לֹא-טוֹב הַדָּבָר אֲשֶׁר אַתָּה עֹשֶׂה. (שמות יח: טו-יז).ש

15 Moïse répondit à son beau-père: « C’est que le peuple vient à moi pour consulter le Seigneur. 16 Lorsqu’ils ont une affaire, elle m’est soumise; alors je prononce entre les parties et je fais connaître les décrets du Seigneur et ses instructions. » 17 Le beau-père de Moïse lui répliqua: « Le procédé que tu emploies n’est pas bon. (Exode 18: 15-17).[1]

Rashi, rappelant que YiTRo porte sept autres noms[2], s’attache à commenter celui de YéTeR signifiant «rajouter» (Exode 18: 1).

Qu’a donc rajouté YiTRo?

«יֶתֶר עַל שׁוּם שֶׁיִּתֵּר פָּרָשָׁה אַחַת בַּתּוֹרָה: ‘וְאַתָּה תֶחֱזֶה’»

«YéTeR, parce qu’il a ajouté (YaTaR) un paragraphe à la Tora»:

כא וְאַתָּה תֶחֱזֶה מִכָּל-הָעָם אַנְשֵׁי-חַיִל יִרְאֵי אֱלֹהִים אַנְשֵׁי אֱמֶת שֹׂנְאֵי בָצַע וְשַׂמְתָּ עֲלֵהֶם שָׂרֵי אֲלָפִים שָׂרֵי מֵאוֹת שָׂרֵי חֲמִשִּׁים וְשָׂרֵי עֲשָׂרֹת. (שמות יח: כא).ש

21 Mais, de ton côté, choisis entre tout le peuple des hommes éminents, craignant le Seigneur, amis de la vérité, ennemis du lucre et place-les à leur tête comme chefs de mille, chefs de cent, chefs de cinquante et chefs de dix. (Exode 18: 21).

Le conseil de YiTrO constitue une véritable bénédiction pour au moins deux raisons essentielles. La première raison réside dans le mode et le caractère efficace du jugement, la deuxième parce qu’elle s’inscrit dans le choix d’AVRaHaM par l’Eternel:

יט כִּי יְדַעְתִּיו לְמַעַן אֲשֶׁר יְצַוֶּה אֶת-בָּנָיו וְאֶת-בֵּיתוֹ אַחֲרָיו וְשָׁמְרוּ דֶּרֶךְ יְהוָה לַעֲשׂוֹת צְדָקָה וּמִשְׁפָּט לְמַעַן הָבִיא יְהוָה עַל-אַבְרָהָם אֵת אֲשֶׁר-דִּבֶּר עָלָיו.ש

19 Si Je l’ai distingué [AVRaHaM], c’est pour qu’il prescrive à ses fils et à sa maison après lui d’observer la voie de l’Éternel, en pratiquant la vertu et la justice; afin que l’Éternel accomplisse sur Abraham ce qu’il a déclaré à son égard. » (Genèse 18: 19).

La source biblique, loin d’être discriminatoire, encourage bien au contraire l’établissement d’un dialogue fécond et pacifique entre tous les hommes de la Planète et ce, quelles que puissent être leur origine et leur culture:

ז וַיֵּצֵא מֹשֶׁה לִקְרַאת חֹתְנוֹ וַיִּשְׁתַּחוּ וַיִּשַּׁק-לוֹ וַיִּשְׁאֲלוּ אִישׁ-לְרֵעֵהוּ לְשָׁלוֹם וַיָּבֹאוּ הָאֹהֱלָה. ש

7 Moïse alla au-devant de son beau-père; il se prosterna, il l’embrassa et ils s’informèrent mutuellement de leur paix puis ils entrèrent dans la tente. (Exode 18: 7)

C’est ainsi que de nombreux étrangers, de surcroît païens, vont, sur l’exemple de YiTRo, participer sans aucune contrepartie à la rédemption d’Israël: alors que rien ne l’y oblige, OVaDIaH, serviteur du roi du royaume du Nord A’HaV, sauve les prophètes d’Israël:

ג וַיִּקְרָא אַחְאָב אֶל-עֹבַדְיָהוּ אֲשֶׁר עַל-הַבָּיִת וְעֹבַדְיָהוּ הָיָה יָרֵא אֶת-יְהוָה–מְאֹד. ד וַיְהִי בְּהַכְרִית אִיזֶבֶל אֵת נְבִיאֵי יְהוָה וַיִּקַּח עֹבַדְיָהוּ מֵאָה נְבִיאִים וַיַּחְבִּיאֵם חֲמִשִּׁים אִישׁ בַּמְּעָרָה וְכִלְכְּלָם לֶחֶם וָמָיִם. (מלכים א, יח: ג-ד).ש

3 Achab manda Ovadia, l’intendant du palais. Cet Ovadia était un fervent adorateur de l’Eternel. 4 Tandis que Jézabel exterminait les prophètes de l’Eternel, Ovadia en avait pris cent, qu’il avait cachés par cinquante dans des cavernes et qu’il avait sustentés de pain et d’eau. (I Rois 18: 3-4).

Plus tard, David s’adresse en personne aux Guiv’onites afin que ceux-ci intercèdent immédiatement auprès de l’Eternel et que cesse définitivement la famine frappant durement le pays.

ג וַיֹּאמֶר דָּוִד אֶל-הַגִּבְעֹנִים מָה אֶעֱשֶׂה לָכֶם וּבַמָּה אֲכַפֵּר וּבָרְכוּ אֶת-נַחֲלַת יְהוָה. ש

3 David donc dit aux Guivonites: « Que dois-je faire pour vous et quelle expiation vous offrir, pour que vous bénissiez l’héritage du Seigneur? » (II Samuel 21: 3).

Les  Guiv’onites, après l’assassinat des leurs par le roi ShaOuL, malgré l’aliance conclue entre eux et Josué, requièrent de DaVID que justice leur soit rendue.

Ra’HaV, l’hôtelière, offre, au péril de sa vie, l’hospitalité aux deux espions que l’on identifie généralement comme Calev BeN YiePhOuNeH et PiN’HaS[3]:

ד וַתִּקַּח הָאִשָּׁה אֶת-שְׁנֵי הָאֲנָשִׁים, וַתִּצְפְּנוֹ (יהושע ב: ד).ש

4 Mais la femme avait emmené les deux hommes et les avait cachés. (Josué 2: 4).

TsiPoRaH, la fille du prêtre de Midyian YiTrO et femme de MoSheH, le sauve, in extremis, d’une mort subite et certaine en pratiquant la circoncision de leur fils GueRShoM.

כד וַיְהִי בַדֶּרֶךְ בַּמָּלוֹן וַיִּפְגְּשֵׁהוּ יְהוָה וַיְבַקֵּשׁ הֲמִיתוֹ. כה וַתִּקַּח צִפֹּרָה צֹר וַתִּכְרֹת אֶת-עָרְלַת בְּנָהּ וַתַּגַּע לְרַגְלָיו וַתֹּאמֶר כִּי חֲתַן-דָּמִים אַתָּה לִי. כו וַיִּרֶף מִמֶּנּוּ אָז, אָמְרָה חֲתַן דָּמִים לַמּוּלֹת. (שמות ד: כד-כו).ש

24 Pendant ce voyage, il s’arrêta dans une hôtellerie; le Seigneur l’aborda et voulut le faire mourir. 25 Séphora saisit un caillou, retrancha l’excroissance de son fils et la jeta à ses pieds en disant: « Est-ce donc par le sang que tu es uni à moi? » 26 Le Seigneur le laissa en repos. Elle dit alors: « Oui, tu m’es uni par le sang, grâce à la circoncision! » (Exode 4: 24-26).

Quant à ELIéZeR , originaire de Damas, le fidèle et non moins dévoué serviteur d’AVRaHaM, permet la rencontre entre YiTs’HaK et RiVKaH, dont seront issus Ya’aKoV et Ra’HeL, eux-mêmes parents de YoSsePh et BeNiYaMiN.

ב וַיֹּאמֶר אַבְרָהָם אֶל-עַבְדּוֹ זְקַן בֵּיתוֹ הַמֹּשֵׁל בְּכָל-אֲשֶׁר-לוֹ: שִׂים-נָא יָדְךָ תַּחַת יְרֵכִי. ג וְאַשְׁבִּיעֲךָ בַּיהוָה אֱלֹהֵי הַשָּׁמַיִם וֵאלֹהֵי הָאָרֶץ אֲשֶׁר לֹא-תִקַּח אִשָּׁה לִבְנִי מִבְּנוֹת הַכְּנַעֲנִי אֲשֶׁר אָנֹכִי יוֹשֵׁב בְּקִרְבּוֹ. ד כִּי אֶל-אַרְצִי וְאֶל-מוֹלַדְתִּי תֵּלֵךְ וְלָקַחְתָּ אִשָּׁה לִבְנִי לְיִצְחָק. (בראשית כד: ב-ד).ש

2 Abraham dit au serviteur le plus ancien de sa maison, qui avait le gouvernement de tous ses biens: « Mets, je te prie, ta main sous ma hanche, 3 pour que je t’adjure par l’Éternel, Dieu du ciel et de la terre, de ne pas choisir une épouse à mon fils parmi les filles des Cananéens avec lesquels je demeure, 4 mais bien d’aller dans mon pays et dans mon lieu natal chercher une épouse à mon fils, à Isaac. » (Genèse 24: 2-4).

Puis enfin, toutes les Nations reconnaîtront l’Eternel:

מג אַתָּה תִּשְׁמַע הַשָּׁמַיִם מְכוֹן שִׁבְתֶּךָ וְעָשִׂיתָ, כְּכֹל אֲשֶׁר-יִקְרָא אֵלֶיךָ הַנָּכְרִי לְמַעַן יֵדְעוּן כָּל-עַמֵּי הָאָרֶץ אֶת-שְׁמֶךָ לְיִרְאָה אֹתְךָ כְּעַמְּךָ יִשְׂרָאֵל וְלָדַעַת כִּי-שִׁמְךָ נִקְרָא עַל-הַבַּיִת הַזֶּה אֲשֶׁר בָּנִיתִי. (מלכים א, ח: מג). ש

43 Toi, Tu [L’Eternel] l’entendras du ciel, ton auguste résidence, et tu exauceras les vœux que t’adressera l’étranger, afin que tous les peuples du monde connaissent ton nom, qu’ils te révèrent comme ton peuple Israël, et qu’ils sachent qu’elle est sous l’invocation de ton nom, cette maison que j’ai bâtie. (I Rois 8: 43).

Le monde a besoin de la prière de toutes les Nations. En se marcottant à Israël, ces Nations font rejaillir sur le monde la bénédiction d’Israël.

ס לְמַעַן דַּעַת כָּל עַמֵּי הָאָרֶץ כִּי יְהוָה הוּא הָאֱלֹהִים  אֵין עוֹד. (מלכים א, ח: ס).ש

60 afin que tous les peuples de la terre reconnaissent que c’est l’Eternel qui Seigneur, qu’il n’en est point d’autre! (I Rois 8: 60).

 

[1] Parashat Yitro, Exode 18: 1- 20: 22

[2] Re‘ouel, Yèthèr, Yithro, ‘Hovav, ‘Hèvèr, Qeini et Poutiel (Mekhilta).

[3] Midrash Genèse Raba, Parasha 16.

 

L’étude biblique vous passionne. Je vous invite à rejoindre notre Campus biblique: https://www.campusbiblique.com/

Shabbat shalom !

hebreubiblique@gmail.com

Avec toutes mes amitiés,

Haïm Ouizemann

Ce contenu a été publié dans Lectures bibliques, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.