Parashat Mishpatim, la force du pauvre

Après l’événement majeur du Don des Dix Paroles faisant d’Israël «un royaume de serviteurs de l’Eternel et une nation sainte» [littéralement «mise à part»] (Exode 19: 6), la parasha Mishpatim, quant à elle, s’attache à décrire le détail des règles régissant le rapport juridique entre les hommes. Ces lois visant à instaurer une société plus juste où règne l’ordre s’enracinent avant tout dans le principe fondamental du respect du plus faible:

כ וְגֵר לֹא-תוֹנֶה וְלֹא תִלְחָצֶנּוּ כִּי-גֵרִים הֱיִיתֶם בְּאֶרֶץ מִצְרָיִם. כא כָּל-אַלְמָנָה וְיָתוֹם לֹא תְעַנּוּן. כב אִם-עַנֵּה תְעַנֶּה אֹתוֹ כִּי אִם-צָעֹק יִצְעַק אֵלַי שָׁמֹעַ אֶשְׁמַע צַעֲקָתוֹ. כד אִם-כֶּסֶף תַּלְוֶה אֶת-עַמִּי אֶת-הֶעָנִי עִמָּךְ לֹא-תִהְיֶה לוֹ כְּנֹשֶׁה לֹא-תְשִׂימוּן עָלָיו נֶשֶׁךְ. כה אִם-חָבֹל תַּחְבֹּל שַׂלְמַת רֵעֶךָ–עַד-בֹּא הַשֶּׁמֶשׁ תְּשִׁיבֶנּוּ לוֹ. כו כִּי הִוא כְסוּתֹה לְבַדָּהּ הִוא שִׂמְלָתוֹ לְעֹרוֹ בַּמֶּה יִשְׁכָּב וְהָיָה כִּי-יִצְעַק אֵלַי וְשָׁמַעְתִּי כִּי-חַנּוּן אָנִי.  (שמות כב: כ-כו).ש

20 Tu ne contristeras point l’étranger ni ne le molesteras; car vous-mêmes avez été étrangers en Egypte. 21 N’humiliez jamais la veuve ni l’orphelin. 22 Si tu l’humiliais, sache que, quand sa plainte s’élèvera vers moi, assurément j’entendrai cette plainte…24 … »Si tu prêtes de l’argent à quelqu’un de mon peuple, au pauvre qui est avec toi, ne sois point à son égard comme un créancier; n’exigez point de lui des intérêts. 25 Si tu saisis, comme gage, le manteau de ton prochain, au soleil couchant tu devras le lui rendre. 26 Car c’est là sa seule couverture, c’est le vêtement de son corps, comment abritera-t-il son sommeil? Or, s’il se plaint à moi, je l’écouterai, car je suis compatissant. (Exode 22: 20-26).[1]

Quels sont les dénominateurs  communs  unissant l’étranger, la veuve, l’orphelin et le pauvre?

Le déracinement, la solitude, le rejet social et l’exploitation du plus faible par le plus fort constituent les maux qui frappent celles et ceux qui, délaissés et dépouillés de leur dignité d’humain par la société, semblent condamnés à la disparition. Toutefois, l’Eternel reste proche de ceux qui souffrent au point de «s’enflammer de colère וְחָרָה אַפִּי» contre ceux qui exploitent leur misère:

כג וְחָרָה אַפִּי וְהָרַגְתִּי אֶתְכֶם בֶּחָרֶב וְהָיוּ נְשֵׁיכֶם אַלְמָנוֹת וּבְנֵיכֶם יְתֹמִים.  (שמות כב: כג).ש

23 et mon courroux s’enflammera et Je vous ferai périr par le glaive et alors vos femmes aussi deviendront veuves et vos enfants orphelins. (Exode 22: 23).

Comment comprendre ce difficile passage selon lequel l’Eternel semble appliquer Son châtiment selon le principe de «mesure pour mesure»?

Le Malbim[2], se fondant sur l’interprétation de Maïmonide (1138-1204)[3], explique à propos des expressions hébraïques «  חֲרוֹן אַף וְכַעַס , ‘enflammement de la colère’ et ‘colère’», attribuées à l’Eternel, que ces dernières n’apparaissent dans le texte biblique «que lorsqu’il s’agit particulièrement d’idolâtrie»[4] et de citer maintes références, dont:

טז הִשָּׁמְרוּ לָכֶם פֶּן יִפְתֶּה לְבַבְכֶם וְסַרְתֶּם וַעֲבַדְתֶּם אֱלֹהִים אֲחֵרִים וְהִשְׁתַּחֲוִיתֶם, לָהֶם. יז וְחָרָה אַף-יְהוָה בָּכֶם, וְעָצַר אֶת-הַשָּׁמַיִם וְלֹא-יִהְיֶה מָטָר, וְהָאֲדָמָה, לֹא תִתֵּן אֶת-יְבוּלָהּ; וַאֲבַדְתֶּם מְהֵרָה, מֵעַל הָאָרֶץ הַטֹּבָה, אֲשֶׁר יְהוָה, נֹתֵן לָכֶם. (דברים יא: טז-יז).ש

16 Prenez garde que votre cœur ne cède à la séduction, que vous ne deveniez infidèles, au point de servir d’autres dieux et de leur rendre hommage. 17 La colère du Seigneur s’allumerait contre vous, il défendrait au ciel de répandre la pluie, et la terre vous refuserait son tribut, et vous disparaîtriez bientôt du bon pays que l’Éternel vous destine (Deutéronome 11: 16-17).

Ainsi, toute atteinte à la dignité et à l’identité d’autrui revient à rendre un culte païen, au faux culte des dieux étrangers et conduit inexorablement au total effondrement de la civilisation humaine. A l’opposé, celui qui donne au plus démuni trouve grâce aux yeux de l’Eternel:

כו  כָּל-הַיּוֹם חוֹנֵן וּמַלְוֶה  וְזַרְעוֹ לִבְרָכָה. כז  סוּר מֵרָע וַעֲשֵׂה-טוֹב  וּשְׁכֹן לְעוֹלָם. כח  כִּי יְהוָה אֹהֵב מִשְׁפָּט  וְלֹא-יַעֲזֹב אֶת-חֲסִידָיו לְעוֹלָם נִשְׁמָרוּ
וְזֶרַע רְשָׁעִים נִכְרָת. (תהלים לז: כו-כח).ש

26 Tous les jours il  demande la Bonté, il prête; et ses descendants deviennent une bénédiction. 27 Fuis le mal et fais le bien: tu habiteras éternellement [le pays]. 28 Car le Seigneur aime le droit et il ne délaissera pas ses fidèles: ils sont protégés à jamais; mais la semence des méchants sera exterminée. (Psaume 37: 26-28).

L’humilité, la pauvreté d’âme constituent des qualités incontournables. Ainsi,  l’Eternel, loin d’apparaître sur la plus haute des montagnes ou au cœur du plus grand et majestueux arbre riche en fruits succulents, choisit de révéler Sa Présence à MoSheH au sein même du buisson ardent, simple et modeste buisson épineux secoué par les vents du désert. Cette vision du buisson a pour dessein d’enseigner que la dimension infinie du pouvoir divin se trouve, aussi paradoxal que cela puisse paraître, dans la petitesse du monde, dans l’humilité. La pars totalis, la partie totale renferme le Tout et c’est en ce sens que le pauvre, l’humble, s’inscrivant à l’opposé de toute forme de totalitarisme, constitue l’espoir de toute société de se reconstituer.

La véritable force ne se mesure donc ni au pouvoir politique, ni au pouvoir économique, ni au pouvoir des armes mais à la crainte révérencielle rendue à l’Eternel:

יז  שֶׁקֶר הַסּוּס לִתְשׁוּעָה  וּבְרֹב חֵילוֹ לֹא יְמַלֵּט. יח  הִנֵּה עֵין יְהוָה אֶל-יְרֵאָיו לַמְיַחֲלִים לְחַסְדּוֹ. (תהלים לג: יז-יח; ראה גם תהלים כ: ח; קמז: י).ש

17 Le cheval est d’un vain secours pour triompher, et sa grande vigueur n’assure pas le salut. 18 Voici, les yeux du Seigneur sont ouverts sur ses craignants, sur ceux qui ont foi en sa bonté (Psaume 33: 17-18; Cf. aussi Psaume 20: 8; 147: 10)

Par ailleurs, pouvons-nous sérieusement prétendre reproduire quotidiennement l’expérience ultime et unique du Don des Tables de l’Alliance telle que Moïse, le plus grand des prophètes, et tout le peuple d’Israël eurent le mérite de vivre?

Bien plus fort encore que la montée au sommet du mont Sinaï, à la rencontre du divin, il incombe à chacun d’entre nous de rencontrer l’Eternel en faisant preuve d’empathie et de droiture à l’égard des nôtres sans discontinuer:

ג  מִי-יַעֲלֶה בְהַר-יְהוָה  וּמִי-יָקוּם בִּמְקוֹם קָדְשׁוֹ. ד  נְקִי כַפַּיִם  וּבַר-לֵבָב
אֲשֶׁר לֹא-נָשָׂא לַשָּׁוְא נַפְשִׁי  וְלֹא נִשְׁבַּע לְמִרְמָה. ה  יִשָּׂא בְרָכָה מֵאֵת יְהוָה וּצְדָקָה מֵאֱלֹהֵי יִשְׁעוֹ. (תהלים כד: ג-ה).ש

3 Qui s’élèvera sur la montagne du Seigneur? Qui se tiendra dans sa sainte résidence? 4 Celui dont les mains sont sans tache, le cœur pur, qui n’atteste pas ma personne pour la fausseté, et ne prête pas de serment frauduleux: 5 celui-là obtiendra la bénédiction de l’Eternel, la bienveillance du Seigneur de son salut. (Psaume 24: 3-5).

[1] Parashat Mishpatim, Exode 21: 1- 24: 18

[2] Le commentateur Rabbi Meïr Leibush ben Jehiel Michel Weiser, connu comme le Malbim (1809-1879).

[3] «Le Guide des Egarés» (I, 36).

[4] Maïmonide, «Le guide des Egarés», Collection «les Dix paroles» Edition Verdier, 1979, p. 86.

 

L’étude biblique vous passionne. Je vous invite à rejoindre notre Campus biblique: https://www.campusbiblique.com/

Shabbat shalom !

hebreubiblique@gmail.com

Avec toutes mes amitiés,

Haïm Ouizemann

Ce contenu a été publié dans Lectures bibliques, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.