Parashat Emor, les rendez-vous de la Liberté

Moineau appelé "liberté" , "Dror" en hébreu

Moineau appelé « liberté » , « Dror » en hébreu

Quelle peut être la véritable source de la Liberté? La Sortie d’Egypte, de la Maison de l’Esclavage (BeYT AVaDIM-  בֵּית עֲבָדִים) peut-elle être considérée, à elle seule,  comme l’expression absolue de la Liberté? L’homme libre est-il celui qui recouvre son intégrité physique en s’émancipant des chaînes coercitives du pouvoir totalitaire?

Le chapitre 23 du Lévitique, que les Sages d’Israël dénomment «Parashat HaMo’aDIM» (פָּרָשַׁת הַמּוֹעֲדִים) tente de répondre à ces interrogations toutes relatives à la source de la Liberté. Trois ères majeures rythment le temps biblique: la Création, la Révélation et la Rédemption. Il s’avère que, contrairement aux autres péricopes,  ces trois temps apparaissent réunis dans notre parasha, en un seul et même faisceau.

Que revêt l’union de ces trois temps, sur le plan historique, spirituel et éthique?

L’ère de la Création apparaît en cette péricope non point  par l’émergence d’organismes ou de créatures du Vivant mais par le respect du dernier jour de la semaine, à savoir le Shabbat:

ג שֵׁשֶׁת יָמִים תֵּעָשֶׂה מְלָאכָה וּבַיּוֹם הַשְּׁבִיעִי שַׁבַּת שַׁבָּתוֹן מִקְרָא-קֹדֶשׁ כָּל-מְלָאכָה לֹא תַעֲשׂוּ שַׁבָּת הִוא לַיהוָה בְּכֹל מוֹשְׁבֹתֵיכֶם.  (ויקרא כג: ג).ש

3 pendant six jours on se livrera au travail, mais le septième jour il y aura chômage, chômage solennel pour une sainte convocation: vous ne ferez aucun travail. Ce sera le Shabbat de l’Éternel, dans toutes vos habitations. (Lévitique 23: 3) [1]

La vocation du Shabbat est, avant tout, de libérer la Création entière, à savoir le genre humain, y compris le monde animal, de toute emprise et entrave étrangères:

ט וְיוֹם הַשְּׁבִיעִי שַׁבָּת לַיהוָה אֱלֹהֶיךָ לֹא-תַעֲשֶׂה כָל-מְלָאכָה אַתָּה וּבִנְךָ וּבִתֶּךָ עַבְדְּךָ וַאֲמָתְךָ וּבְהֶמְתֶּךָ וְגֵרְךָ אֲשֶׁר בִּשְׁעָרֶיךָ. (שמות כ: ט).ש

9 mais le septième jour est la trêve de l’Éternel ton Seigneur: tu n’y feras aucun travail, toi, ton fils ni ta fille, ton serviteur homme ou femme, ton bétail, ni l’étranger qui est dans tes portes. (Exode 20: 9)

Au Shabbat de la Création, au cours duquel l’Homme est rendu à lui-même, à la racine de son identité, succède la commémoration annuelle de la Sortie d’Egypte lors de la fête de Pessah:

ה בַּחֹדֶשׁ הָרִאשׁוֹן בְּאַרְבָּעָה עָשָׂר לַחֹדֶשׁ בֵּין הָעַרְבָּיִם פֶּסַח לַיהוָה. ו וּבַחֲמִשָּׁה עָשָׂר יוֹם לַחֹדֶשׁ הַזֶּה, חַג הַמַּצּוֹת לַיהוָה שִׁבְעַת יָמִים מַצּוֹת תֹּאכֵלוּ. ז בַּיּוֹם הָרִאשׁוֹן מִקְרָא-קֹדֶשׁ יִהְיֶה לָכֶם כָּל-מְלֶאכֶת עֲבֹדָה לֹא תַעֲשׂוּ. (ויקרא כג: ה-ז).ש

5 Au premier mois, le quatorze du mois, vers le soir, la Pâque sera offerte au Seigneur; 6 et au quinzième jour de ce mois, ce sera la fête des Azymes pour le Seigneur: durant sept jours vous mangerez des azymes. 7 Le premier jour, il y aura pour vous convocation sainte: vous ne ferez aucune œuvre servile. (Lévitique 23: 5-7).

A cette libération physique de l’esclavage s’ensuit le décompte de l’Omer:

טו וּסְפַרְתֶּם לָכֶם מִמָּחֳרַת הַשַּׁבָּת מִיּוֹם הֲבִיאֲכֶם אֶת-עֹמֶר הַתְּנוּפָה שֶׁבַע שַׁבָּתוֹת תְּמִימֹת תִּהְיֶינָה.ש

15 Puis, vous compterez chacun, depuis le lendemain de la fête, depuis le jour où vous aurez offert l’ômer du balancement, sept shabbats, qui doivent être entiers (Lévitique 23: 15)

Puis, à l’issue de ces sept semaines, Israël entre dans une nouvelle ère, l’ère de la Révélation, celle de Shavouoth, le Temps du Don de la Tora:

כב וּבְקֻצְרְכֶם אֶת-קְצִיר אַרְצְכֶם לֹא-תְכַלֶּה פְּאַת שָׂדְךָ בְּקֻצְרֶךָ וְלֶקֶט קְצִירְךָ לֹא תְלַקֵּט לֶעָנִי וְלַגֵּר תַּעֲזֹב אֹתָם אֲנִי יְהוָה אֱלֹהֵיכֶם.  (ויקרא כג » כב).ש

22 Et quand vous ferez la moisson dans votre pays, tu laisseras la tienne inachevée au bout de ton champ, et tu ne ramasseras point les glanes de ta moisson. Abandonne-les au pauvre et à l’étranger: je suis l’Éternel votre Dieu. (Lévitique 23: 22)

Shavouoth, le Jour au cours duquel l’Eternel se révèle à tout Israël, appelé «fête de la moisson des blés, חַג קְצִיר חִטִּים» se caractérise par le devoir du propriétaire terrien de partager la richesse de sa récolte avec les plus déshérités et les plus pauvres. La libération physique de Pessa’h s’accompagne de la libération spirituelle et mentale à Shavouoth en ce sens que l’Homme, libéré de toute forme d’aliénation économique, recouvre sa pleine et entière dignité de créature créée à l’image du Seigneur.

לט אַךְ בַּחֲמִשָּׁה עָשָׂר יוֹם לַחֹדֶשׁ הַשְּׁבִיעִי בְּאָסְפְּכֶם אֶת-תְּבוּאַת הָאָרֶץ תָּחֹגּוּ אֶת-חַג-יְהוָה שִׁבְעַת יָמִים בַּיּוֹם הָרִאשׁוֹן שַׁבָּתוֹן וּבַיּוֹם הַשְּׁמִינִי שַׁבָּתוֹן. (ויקרא כג: לט).ש

39 Mais le quinzième jour du septième mois, quand vous aurez rentré la récolte de la terre, vous fêterez la fête du Seigneur, qui durera sept jours; le premier jour il y aura chômage, et chômage le huitième jour. (Lévitique 23: 39)

Comme le Shabbat, les fêtes de Pessa’h et de Shavouoth, la fête de Souccoth («des cabanes»), appelée également «חַג הָאָסִיף Hag HaASsiF (fête de la moisson)»  a pour dessein de conduire le paysan à prendre conscience de l’origine divine de sa richesse afin de mieux la partager équitablement:

יג חַג הַסֻּכֹּת תַּעֲשֶׂה לְךָ שִׁבְעַת יָמִים בְּאָסְפְּךָ מִגָּרְנְךָ וּמִיִּקְבֶךָ. יד וְשָׂמַחְתָּ בְּחַגֶּךָ  אַתָּה וּבִנְךָ וּבִתֶּךָ וְעַבְדְּךָ וַאֲמָתֶךָ וְהַלֵּוִי וְהַגֵּר וְהַיָּתוֹם וְהָאַלְמָנָה אֲשֶׁר בִּשְׁעָרֶיךָ. טו שִׁבְעַת יָמִים תָּחֹג לַיהוָה אֱלֹהֶיךָ בַּמָּקוֹם אֲשֶׁר-יִבְחַר יְהוָה:  כִּי יְבָרֶכְךָ יְהוָה אֱלֹהֶיךָ בְּכֹל תְּבוּאָתְךָ וּבְכֹל מַעֲשֵׂה יָדֶיךָ וְהָיִיתָ אַךְ שָׂמֵחַ. (דברים טז: יג-טו).ש

13 Tu célébreras la fête des tentes durant sept jours, quand tu rentreras les produits de ton aire et de ton pressoir; 14 et tu te réjouiras pendant la fête et, avec toi, ton fils et ta fille, ton serviteur et ta servante, et le Lévite, l’étranger, l’orphelin, la veuve qui seront dans tes murs. 15 Tu fêteras ces sept jours en l’honneur de l’Éternel, ton Dieu, dans le lieu qu’il aura choisi; car il te bénira, l’Éternel, ton Dieu, dans tous tes revenus, dans tout le labeur de tes mains, et tu pourras t’abandonner à la joie. (Deutéronome 16: 13-15)

Le chiffre sept, mentionné à maintes reprises à propos de ces Rendez-vous (MOaDeY – HaShem/ (מוֹעֲדֵי יְהוָה, fixés avec l’Eternel (MiKRA QoDeSh /מִקְרָא-קֹדֶשׁ), renvoie aussi bien à la notion de satiété («יִשְׂבַּע-לָחֶם», «YSBa’ Le’HeM», Proverbes 12: 11) et de bénédiction (שָׂבָע SoVa’, «abondance» Proverbes 3: 10) qu’à celle d’accomplissement de la parole annonçant une ère de paix. (שֶׁבַע כְּבָשֹׂת SheVa’ Kevassoth, «sept brebis» Genèse 21: 30-32, lors du Serment  d’Avraham à Avimelekh).

L’on peut, à la lueur de ces sources, toutes centrées sur le Temps de la Semaine, affirmer que ce dernier constitue la source principale de la Liberté et de l’Eternité. La fête appelée en hébreu חַג «HaG» (racine: ח.ו.ג.-H. Ou. G: «circonscrire, tracer un cercle») exprime la régularité cyclique du Temps que rien ne saurait entamer.

A tous ces rendez-vous mentionnés explicitement dans le TaNaKh, les grandes autorités rabbiniques d’Israël, ont institué, après la Déclaration  de l’Indépendance de l’Etat d’Israël (5 Yiar 5708, 15 mai 1948), un jour chômé au cours duquel l’ensemble du peuple d’Israël exprime sa profonde gratitude à l’Eternel.

En quoi ce Jour de l’Indépendance d’Israël doit-il être considéré comme un temps exceptionnel?

Le Jour de l’Indépendance de l’Etat d’Israël  a cela de particulier qu’il englobe et renferme à lui seul les trois ères de la Création, de la Révélation et de la Rédemption en conduisant chacune d’entre elles à leur plein accomplissement, conformément à la promesse divine. Une nouvelle ère s’ouvre à Israël et à l’Humanité. Le 5 Yiar annonce le «début de la germination de la Rédemption» (RéShIt TsMi’HaT GuéOuLaTéNOu,  « רֵאשִׁית צְמִיחַת גְּאֻלָּתֵנוּ») pour Israël et, par voie de conséquence, l’avènement d’une ère de paix mondiale pour l’Humanité, comme l’annonce le retentissement du cor au premier jour du septième mois, le mois de Tishrei:

כד דַּבֵּר אֶל-בְּנֵי יִשְׂרָאֵל לֵאמֹר  בַּחֹדֶשׁ הַשְּׁבִיעִי בְּאֶחָד לַחֹדֶשׁ יִהְיֶה לָכֶם שַׁבָּתוֹן זִכְרוֹן תְּרוּעָה מִקְרָא-קֹדֶשׁ. (ויקרא כג: כד).ש

24 « Parle ainsi aux enfants d’Israël: au septième mois, le premier jour du mois, aura lieu pour vous un repos solennel; souvenir du retentissement du cor, convocation sainte. (Lévitique 23: 24).

Il semble que ce premier jour du mois de Tishrey, appelé dans le Tanakh «יוֹם הַזִּכָּרוֹן YoM HaZiKaRoN jour du Souvenir» ou «יוֹם תְּרוּעָה YoM TéRou’AH Jour du Retentissement», soit annonciateur du Jubilé (יוֹבֵל YoVeL), annoncé par le שׁוֹפַר תְּרוּעָה «ShoFaR TeRou’AH, retentissement du cor»:

ח וְסָפַרְתָּ לְךָ שֶׁבַע שַׁבְּתֹת שָׁנִים שֶׁבַע שָׁנִים, שֶׁבַע פְּעָמִים וְהָיוּ לְךָ יְמֵי שֶׁבַע שַׁבְּתֹת הַשָּׁנִים תֵּשַׁע וְאַרְבָּעִים שָׁנָה. ט וְהַעֲבַרְתָּ שׁוֹפַר תְּרוּעָה, בַּחֹדֶשׁ הַשְּׁבִעִי בֶּעָשׂוֹר לַחֹדֶשׁ בְּיוֹם הַכִּפֻּרִים תַּעֲבִירוּ שׁוֹפָר בְּכָל-אַרְצְכֶם. י וְקִדַּשְׁתֶּם אֵת שְׁנַת הַחֲמִשִּׁים שָׁנָה וּקְרָאתֶם דְּרוֹר בָּאָרֶץ לְכָל-יֹשְׁבֶיהָ יוֹבֵל הִוא תִּהְיֶה לָכֶם וְשַׁבְתֶּם אִישׁ אֶל-אֲחֻזָּתוֹ וְאִישׁ אֶל-מִשְׁפַּחְתּוֹ תָּשֻׁבוּ. (וקרא כה: ח-י).ש

8 Tu compteras chez toi sept années sabbatiques, sept fois sept années, de sorte que la période de ces sept années sabbatiques te fera quarante-neuf ans; 9 puis tu feras circuler le retentissement du cor, dans le septième mois, le dixième jour du mois: au jour des expiations, vous ferez retentir le son du cor à travers tout votre pays. 10 Vous sanctifierez cette cinquantième année, en proclamant, dans le pays, la liberté pour tous ceux qui l’habitent: cette année sera pour vous le Jubilé, où chacun de vous rentrera dans son bien, où chacun retournera à sa famille. (Lévitique 25: 8-10).

Cette année shabbatique se caractérise par le retour de la propriété foncière à ses premiers propriétaires:

בִּשְׁנַת הַיּוֹבֵל הַזֹּאת תָּשֻׁבוּ אִישׁ אֶל-אֲחֻזָּתוֹ. (ויקרא כה: יג).ש

13 En cette année jubilaire, vous rentrerez chacun dans votre possession. (Lévitique 25: 13).

Effectivement, cette mesure a pour dessein de faire prendre conscience à l’Homme que la terre appartient à l’Eternel:

כג וְהָאָרֶץ לֹא תִמָּכֵר לִצְמִתֻת–כִּי-לִי הָאָרֶץ כִּי-גֵרִים וְתוֹשָׁבִים אַתֶּם עִמָּדִי. (ויקרא כה: כג).ש

23 Nulle terre ne sera aliénée irrévocablement, car la terre est à moi, car vous n’êtes que des étrangers domiciliés chez moi. (Lévitique 25: 23).

De plus, au Yovel, aucun homme ne peut rester esclave d’un autre homme, car tous les êtres humains sans exception sont libres et égaux devant l’Eternel:

מב כִּי-עֲבָדַי הֵם אֲשֶׁר-הוֹצֵאתִי אֹתָם מֵאֶרֶץ מִצְרָיִם לֹא יִמָּכְרוּ מִמְכֶּרֶת עָבֶד. (ויקרא כה: מב).ש

42 Car ils sont mes esclaves, à moi, qui les ai fait sortir du pays d’Egypte; ils ne doivent pas être vendus à la façon des esclaves. (Lévitique 25: 42).

Ainsi, tous ayant leur cœur tourné vers l’Eternel, Créateur de l’Humanité, tous les hommes, toutes les femmes et tous les enfants seront, alors, reconnus libres et égaux devant l’Eternel. L’hostilité, la haine, la compétitivité et le sentiment de jalousie ne seront plus que de vains mots. Plus jamais de maux! La Paix emplira l’univers.

יח וַעֲשִׂיתֶם אֶת-חֻקֹּתַי וְאֶת-מִשְׁפָּטַי תִּשְׁמְרוּ וַעֲשִׂיתֶם אֹתָם וִישַׁבְתֶּם עַל-הָאָרֶץ לָבֶטַח. יט וְנָתְנָה הָאָרֶץ פִּרְיָהּ וַאֲכַלְתֶּם לָשֹׂבַע וִישַׁבְתֶּם לָבֶטַח עָלֶיהָ. (ויקרא כה: יח-יט).ש

18 Et vous pratiquerez mes lois et mes jugements, et vous demeurerez dans le pays en sécurité. 19 La terre donnera ses fruits, dont vous vous nourrirez abondamment, et vous y résiderez en toute quiétude. (Lévitique 25: 18-19).

 

[1]  Lévitique 21: 1-24: 23.

L’étude biblique vous passionne. Je vous invite à rejoindre notre Campus biblique: https://www.campusbiblique.com/

Shabbat shalom !

hebreubiblique@gmail.com

Avec toutes mes amitiés,

Haïm Ouizemann

Ce contenu a été publié dans Lectures bibliques, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.