Parashat Nasso, le secret du bonheur

La péricope Nasso[1], la plus longue de toutes les péricopes composant la Tora, renferme l’une des plus célèbres et probablement l’une des plus puissantes bénédictions du TaNaKH, la Bénédiction des Cohanim (Birkat HaCohanim /בִּרְכַּת הַכֹּהֲנִים):

כב וַיְדַבֵּר יְהוָה אֶל-מֹשֶׁה לֵּאמֹר. כג דַּבֵּר אֶל-אַהֲרֹן וְאֶל-בָּנָיו לֵאמֹר כֹּה תְבָרְכוּ אֶת-בְּנֵי יִשְׂרָאֵל  אָמוֹר לָהֶם. כד יְבָרֶכְךָ יְהוָה וְיִשְׁמְרֶךָ. כה יָאֵר יְהוָה פָּנָיו אֵלֶיךָ וִיחֻנֶּךָּ. כו יִשָּׂא יְהוָה פָּנָיו אֵלֶיךָ וְיָשֵׂם לְךָ שָׁלוֹם. כז וְשָׂמוּ אֶת-שְׁמִי עַל-בְּנֵי יִשְׂרָאֵל וַאֲנִי אֲבָרְכֵם.  (במדבר ו: כב-כז).ש

22 L’Éternel parla à Moïse en ces termes: 23 « Parle ainsi à Aaron et à ses fils: Voici comment vous bénirez les enfants d’Israël; vous leur direz: 24 « Que l’Éternel te bénisse et te protège! 25 Que l’Éternel fasse rayonner sa face sur toi et te soit bienveillant! 26 Que l’Éternel dirige son regard vers toi et t’accorde la paix! » 27 Ils imposeront ainsi mon nom sur les enfants d’Israël, et Moi je les bénirai. » (Nombres 6: 22- 27).

La dernière partie du dernier verset de la Bénédiction des Cohanim – « וַאֲנִי אֲבָרְכֵם et Moi je les bénirai»- n’est point sans susciter l’interrogation, celle de savoir qui sont ceux qui reçoivent la bénédiction de l’Eternel. Sont-ce les fils d’Israël ou les Cohanim?

Cette double lecture apparaît chez le commentateur Rachi:

«וַאֲנִי אֲבָרְכֶם לְיִשְׂרָאֵל וְאַסְכִּים עִם הַכֹּהֲנִים. דָּבָר אַחֵר: « וַאֲנִי אֲבָרְכֶם » לַכֹּהֲנִים:» (תלמוד בבלי, מסכת חולין, מט: א).ש

«Et moi je les bénirai: Israël. Et j’exaucerai ce qu’auront dit les Cohanim. Autre explication : « Je les bénirai » – les Cohanim» (Talmud de Babylone, Traité ‘Houlin 49a).

Si l’on s’en tient au second commentaire de Rachi, les Cohanim, après avoir béni les fils d’Israël, jouissent de la bénédiction divine.

Quelle est donc la source de ce principe biblique selon lequel la bénédiction divine rejaillit sur celui-là même qui bénit son prochain?

Les trois Patriarches d’Israël, AVRaHaM, ITS’HaK et Ya’aKoV  constituent la source fondatrice de cette idée qu’ils vont propager universellement pour le bien-être du genre humain.

AVRaHaM:

ג וַאֲבָרְכָה מְבָרְכֶיךָ וּמְקַלֶּלְךָ אָאֹר וְנִבְרְכוּ בְךָ כֹּל מִשְׁפְּחֹת הָאֲדָמָה. (בראשית יב: ג).ש

3 Et Je bénirai ceux qui te béniront, et qui t’outragera je le maudirai; et par toi seront heureuses toutes les races de la terre. » (Genèse 12: 3)

AVRaHaM lui-même montre la voie de cette promesse divine. Ainsi, alors même qu’il bénit  le roi AViMeLeKh et sa maison, tous étrangers à la maison d’Israël, AVRaHaM assiste à la réalisation de sa prière désespérée, celle de voir perdurer son nom par la grâce de l’Eternel:

יז וַיִּתְפַּלֵּל אַבְרָהָם אֶל-הָאֱלֹהִים וַיִּרְפָּא אֱלֹהִים אֶת-אֲבִימֶלֶךְ וְאֶת-אִשְׁתּוֹ וְאַמְהֹתָיו וַיֵּלֵדוּ. יח כִּי-עָצֹר עָצַר יְהוָה בְּעַד כָּל רֶחֶם לְבֵית אֲבִימֶלֶךְ עַל-דְּבַר שָׂרָה אֵשֶׁת אַבְרָהָם.  (בראשית כ: יז-יח).ש

17 Abraham intercéda auprès du Seigneur qu’Il guérisse Avimélekh, sa femme et ses servantes, de sorte qu’elles purent enfanter. 18 Car l’Eternel avait fermé toute matrice dans la maison d’Abimélekh, à cause de Sara, épouse d’Abraham.(Genèse 20: 17-18).

Suivent immédiatement après les versets annonçant la naissance d’Its’hak:

א וַיהוָה פָּקַד אֶת-שָׂרָה כַּאֲשֶׁר אָמָר וַיַּעַשׂ יְהוָה לְשָׂרָה כַּאֲשֶׁר דִּבֵּר. ב וַתַּהַר וַתֵּלֶד שָׂרָה לְאַבְרָהָם בֵּן לִזְקֻנָיו לַמּוֹעֵד אֲשֶׁר-דִּבֶּר אֹתוֹ אֱלֹהִים. (בראשית כא: א-ב).ש

1 Or, l’Éternel s’était souvenu de Sara, comme il l’avait dit et il fit à Sara ainsi qu’il l’avait annoncé. 2 Sara conçut et enfanta un fils à Abraham quoiqu’âgé, à l’époque précise où Dieu l’avait promis. (Genèse 21: 1-2).

ITS’HaK, le deuxième Patriarche d’Israël,  doit sa bénédiction au mérite de son père AVRaHaM:

כד וַיֵּרָא אֵלָיו יְהוָה בַּלַּיְלָה הַהוּא וַיֹּאמֶר אָנֹכִי אֱלֹהֵי אַבְרָהָם אָבִיךָ אַל-תִּירָא כִּי-אִתְּךָ אָנֹכִי וּבֵרַכְתִּיךָ וְהִרְבֵּיתִי אֶת-זַרְעֲךָ בַּעֲבוּר אַבְרָהָם עַבְדִּי. (בראשית כו: כד).ש

24 L’Éternel se révéla à lui cette même nuit, en disant: « Je suis le Seigneur d’Abraham ton père; sois sans crainte, car je suis avec toi, je te bénirai et je multiplierai ta race, pour l’amour d’Abraham mon serviteur. »  (Genèse 26: 24).

De plus, ITs’HaK lui-même bénéficie de la bénédiction divine après avoir fait la paix avec Avimelekh:

לא וַיַּשְׁכִּימוּ בַבֹּקֶר וַיִּשָּׁבְעוּ אִישׁ לְאָחִיו וַיְשַׁלְּחֵם יִצְחָק וַיֵּלְכוּ מֵאִתּוֹ בְּשָׁלוֹם. לב וַיְהִי בַּיּוֹם הַהוּא וַיָּבֹאוּ עַבְדֵי יִצְחָק וַיַּגִּדוּ לוֹ עַל-אֹדוֹת הַבְּאֵר אֲשֶׁר חָפָרוּ וַיֹּאמְרוּ לוֹ מָצָאנוּ מָיִם.(בראשית כו: לא-לב).ש

31 Le lendemain de bon matin ils se prêtèrent serment l’un à l’autre; Isaac les reconduisit et ils le quittèrent amicalement. 32 Or ce même jour, les serviteurs d’Isaac virent lui donner des nouvelles du puits qu’ils avaient creusé; ils lui dirent: « Nous avons trouvé de l’eau. » (Genèse 26: 31-32).

Quant à Ya’aKoV, exploité à maintes reprises par LaVaN, il rappelle à ce dernier qu’il ne doit sa bénédiction qu’à la bénédiction que l’Eternel lui accorde:

ל כִּי מְעַט אֲשֶׁר-הָיָה לְךָ לְפָנַי וַיִּפְרֹץ לָרֹב וַיְבָרֶךְ יְהוָה אֹתְךָ לְרַגְלִי… (בראשית ל: ל). ש

30 Car de faible qu’il était avant moi, il s’est accru considérablement et l’Éternel t’a béni dès lors que j’ai mis le pied chez toi… » (Genèse 30: 30).

Notre paix intérieure et l’accomplissement de nos aspirations les plus intimes dépendent grandement de l’amour que nous sommes capables de prodiguer à nos amis et à nos proches.  Le véritable serviteur de l’Eternel se révèle avant tout par sa noble faculté de vouloir sincèrement et constamment bénir son prochain, ce qui lui vaut d’être béni en retour par l’Eternel.

La voie de la bénédiction et la clé du bonheur résident en notre être intérieur. Souhaitons le meilleur à nos amis, l’Eternel nous le rendra au millième!

כא שִׂפְתֵי צַדִּיק יִרְעוּ רַבִּים… כב בִּרְכַּת יְהוָה הִיא תַעֲשִׁיר… (משלי י: כא-כב).ש

21 Les lèvres du juste instruisent [Littéralement: paissent] la foule de sa parole… 22 C’est la bénédiction de l’Eternel qui enrichit… (Proverbes 10: 21-22).

 

[1] Nombres 4: 21-7: 89.

L’étude biblique vous passionne. Je vous invite à rejoindre notre Campus biblique: https://www.campusbiblique.com/

Shabbat shalom !

hebreubiblique@gmail.com

Avec toutes mes amitiés,

Haïm Ouizemann

Ce contenu a été publié dans Lectures bibliques, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.