Parashat Houkat,  expiation et purification, l’Espoir d’Israël

Cette péricope biblique évoque la loi de la «vache rousse», probablement l’une des plus énigmatiques du livre des Nombres:

ב זֹאת חֻקַּת הַתּוֹרָה אֲשֶׁר-צִוָּה יְהוָה לֵאמֹר  דַּבֵּר אֶל-בְּנֵי יִשְׂרָאֵל וְיִקְחוּ אֵלֶיךָ פָרָה אֲדֻמָּה תְּמִימָה אֲשֶׁר אֵין-בָּהּ מוּם אֲשֶׁר לֹא-עָלָה עָלֶיהָ עֹל. (במדבר יט: ב).ש

2 « Ceci est un statut de la loi qu’a ordonné l’Éternel, savoir: adresse toi aux enfants d’Israël qu’ils prennent une vache rousse, parfaite sans aucun défaut, et qui n’ait pas encore porté le joug. (Nombres 19: 2).[1]

Les Sages d’Israël s’accordent  à penser que la signification profonde de cette loi de la vache rousse visant à purifier ceux qui auraient approché la mort (Nombres 19: 13-14; 16), demeure fermée à l’esprit même du roi ShéLoMoH (Salomon), de celui qui, de par sa sagesse, appréhendait la quasi-totalité des secrets de l’univers:

ט וְאָסַף אִישׁ טָהוֹר אֵת אֵפֶר הַפָּרָה וְהִנִּיחַ מִחוּץ לַמַּחֲנֶה בְּמָקוֹם טָהוֹר וְהָיְתָה לַעֲדַת בְּנֵי-יִשְׂרָאֵל לְמִשְׁמֶרֶת לְמֵי נִדָּה חַטָּאת הִוא. (במדבר יט: ט).ש

9 Cependant un homme pur recueillera les cendres de la vache et les déposera hors du camp, en lieu pur, où elles resteront en dépôt, pour la communauté-témoin des enfants d’Israël, en vue de l’eau lustrale: c’est un purificatoire. (Nombres 19: 9).

Mais si certes cette loi purifie les pécheurs, en quoi les Sages peuvent-ils affirmer que celle-ci reste inaccessible à l’entendement  humain?

י וְכִבֶּס הָאֹסֵף אֶת-אֵפֶר הַפָּרָה אֶת-בְּגָדָיו וְטָמֵא עַד-הָעָרֶב וְהָיְתָה לִבְנֵי יִשְׂרָאֵל וְלַגֵּר הַגָּר בְּתוֹכָם לְחֻקַּת עוֹלָם. (במדבר יט: י).ש

10 Celui qui aura recueilli les cendres de la vache lavera ses vêtements, et sera impur jusqu’au soir. Et ceci sera, pour les enfants d’Israël et pour l’étranger établi parmi eux, un statut invariable: (Nombres 19: 10).

Il s’avère que les cendres de la vache rousse se caractérisent par le fait paradoxal de rendre impurs ceux-là même qui ont pour vocation de purifier leurs proches.  Comment donc comprendre  et expliquer que ces cendres puissent d’une part purifier le pécheur qui aurait touché à la mort (Nombres 19: 13-14; 16) et d’autre part rendre impurs le serviteur de l’Eternel, le Cohen, celui-là même qui, évoluant constamment dans la sphère de la Vie, voue son être au pardon et à l’expiation des fautes?

ז וְכִבֶּס בְּגָדָיו הַכֹּהֵן וְרָחַץ בְּשָׂרוֹ בַּמַּיִם, וְאַחַר יָבֹא אֶל-הַמַּחֲנֶה  וְטָמֵא הַכֹּהֵן עַד-הָעָרֶב. ח וְהַשֹּׂרֵף אֹתָהּ יְכַבֵּס בְּגָדָיו בַּמַּיִם וְרָחַץ בְּשָׂרוֹ בַּמָּיִם וְטָמֵא עַד-הָעָרֶב. (במדבר יט: ז-ח).ש

7 Puis ce Cohen lavera ses vêtements, baignera son corps dans l’eau, et alors il rentrera au camp; mais il restera impur jusqu’au soir. 8 Celui qui aura brûlé la vache nettoiera ses vêtements dans l’eau, baignera dans l’eau son corps, et restera impur jusqu’au soir. (Nombres 19: 7-8).

Au-delà de ce paradoxe insoluble rendant la lecture biblique on ne peut plus ardue, la source biblique révèle deux principes fondamentaux. Tout d’abord celui  de la responsabilité individuelle- le Cohen intègre sur sa personne l’impureté d’autrui; puis celui de responsabilité personnelle:

כ וְאִישׁ אֲשֶׁר-יִטְמָא וְלֹא יִתְחַטָּא וְנִכְרְתָה הַנֶּפֶשׁ הַהִוא מִתּוֹךְ הַקָּהָל  כִּי אֶת-מִקְדַּשׁ יְהוָה טִמֵּא מֵי נִדָּה לֹא-זֹרַק עָלָיו טָמֵא הוּא. (במדבר יט: כ).ש

20 Mais l’individu qui, devenu impur, ne se purifierait pas, celui-là sera retranché du sein de l’assemblée, car il a souillé le sanctuaire du Seigneur: l’eau lustrale n’a pas été jetée sur lui, il reste impur. (Nombres 19: 20)

La polysémie de la racine verbale ח. ט. א. / H. T. A. nous aide à mieux saisir l’esprit du verset précédent.  Si la signification première est: «commettre une faute; manquer à son devoir», la seconde, quant à elle, renvoie à la notion de purification. YaaKoV, en tant que berger explique qu’il prend la faute- («dommage») sur lui-même en remboursant le mouton déchiqueté:

לט טְרֵפָה, לֹא-הֵבֵאתִי אֵלֶיךָ אָנֹכִי אֲחַטֶּנָּה מִיָּדִי תְּבַקְשֶׁנָּה גְּנֻבְתִי יוֹם וּגְנֻבְתִי לָיְלָה. ׁׁׁׁ(בראשית לא: לט).ש

39 La bête mise en pièces, je ne te l’ai point rapportée; c’est moi qui en souffrais le dommage, tu me la faisais payer, qu’elle eût été prise le jour, qu’elle eût été ravie la nuit. (Genèse 31: 39).

Cette racine ח. ט. א. / H. T. A. à la forme réflexive du Hitpael a également le sens d’ «avouer ses fautes» et exprime la sincère volonté de retour vers la divinité. Autrement dit, point ne faut nous méprendre! Ce ne sont point les cendres de la vache rousse ni les eaux lustrales qui purifient le pécheur mais sa profonde et véritable intention de faire TeShOuVaH, de revenir à l’essence même du principe vital, l’Eternel qui lui Seul purifie Ses créatures:

יג מִקְוֵה יִשְׂרָאֵל יְהוָה, כָּל-עֹזְבֶיךָ יֵבֹשׁוּ יסורי (וְסוּרַי) בָּאָרֶץ יִכָּתֵבוּ כִּי עָזְבוּ מְקוֹר מַיִם-חַיִּים אֶת-יְהוָה.  יד רְפָאֵנִי יְהוָה וְאֵרָפֵא הוֹשִׁיעֵנִי וְאִוָּשֵׁעָה:  כִּי תְהִלָּתִי אָתָּה. (ירמיהו יז: יג). ש

13 O espérance d’Israël, Eternel, tous ceux qui te délaissent seront confondus! Oui, ceux qui se tiennent éloignés de moi seront inscrits sur la poussière, car ils ont abandonné la source d’eaux vives: l’Eternel. 14 Guéris-moi, Seigneur, et je serai guéri; sauve-moi et je serai sauvé, car tu es l’objet de mes louanges. (Jérémie 17: 13).

 

כה וְזָרַקְתִּי עֲלֵיכֶם מַיִם טְהוֹרִים  וּטְהַרְתֶּם מִכֹּל טֻמְאוֹתֵיכֶם וּמִכָּל-גִּלּוּלֵיכֶם אֲטַהֵר אֶתְכֶם. ש

25 Et j’épancherai sur vous des eaux pures afin que vous deveniez purs; de toutes vos souillures et de toutes vos abominations, je vous purifierai. (Ezéchiel 36: 25).

 

 

«אִם יְהֵא שָׁרָץ בְּיָדוֹ שֶׁל אָדָם, אֲפִילוּ טוֹבֵל בַּשִּׁילוֹחַ וּבְכָל מֵי בְּרֵאשִׁית אֵינוֹ טָהוֹר לְעוֹלָם. הִשְׁלִיךְ שֶׁרֶץ מִיָּדוֹ, עָלְתָה לוֹ טְּבִילָה בְּאַרְבָּעִים סֵאָה, וכֶן הוּא אוֹמֵר: ‘וּמוֹדֶה וְעֹזֵב יְרֻחָם’» (ספר משלי, כח:יג) (תלמוד בבלי מסכת תענית, תוספתא א:ח).ש

«Si un homme saisit un insecte[2] dans ses mains, s’il s’immerge avec lui dans les eaux du Shiloah et dans toutes les eaux de la Création,  cela ne suffirait point à le rendre pur. S’il jette l’insecte de sa main, s’il s’immerge ne fût-ce que dans quarante séah [la plus petite unité de mesure hébraïque], il sera pur, comme il est écrit: ‘Celui qui reconnait [ses fautes] et les abandonne est pardonné’» (Proverbes 28: 13) (Tossephta du Talmud de Babylone, Traité Ta’anit 1: 8)

 

[1]  Parashat Houkat, Nombres 19: 1- 22: 1

[2] Insecte considéré comme impur

L’étude biblique vous passionne. Je vous invite à rejoindre notre Campus biblique: https://www.campusbiblique.com/

Shabbat shalom !

hebreubiblique@gmail.com

Avec toutes mes amitiés,

Haïm Ouizemann

Ce contenu a été publié dans Lectures bibliques, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 Response to Parashat Houkat,  expiation et purification, l’Espoir d’Israël

  1. cathou dit :

    En résumé: il est bien regrettable et préjudiciable de condamner à mort un si bel et rare animal.
    Certes ses cendres seront purificatrices…. à condition d’avoir bien conscience et en mémoire pourquoi ce bel animal fut sacrifié, et pourquoi on a besoin d’être purifié.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.