Parashat Ré’éh, la joie de la mitsvah

Sasin Tipchai

Sasin Tipchai

Quelle peut être la plus grande des bénédictions ?

La Tora répond : la joie! La joie de l’accomplissement de la volonté divine et plus particulièrement celle de partager une part des bienfaits reçus par l’Eternel:

יא וְשָׂמַחְתָּ לִפְנֵי יְהוָה אֱלֹהֶיךָ אַתָּה וּבִנְךָ וּבִתֶּךָ וְעַבְדְּךָ וַאֲמָתֶךָ וְהַלֵּוִי אֲשֶׁר בִּשְׁעָרֶיךָ וְהַגֵּר וְהַיָּתוֹם וְהָאַלְמָנָה אֲשֶׁר בְּקִרְבֶּךָ בַּמָּקוֹם, אֲשֶׁר יִבְחַר יְהוָה אֱלֹהֶיךָ לְשַׁכֵּן שְׁמוֹ שָׁם. יד וְשָׂמַחְתָּ בְּחַגֶּךָ אַתָּה וּבִנְךָ וּבִתֶּךָ וְעַבְדְּךָ וַאֲמָתֶךָ וְהַלֵּוִי וְהַגֵּר וְהַיָּתוֹם וְהָאַלְמָנָה, אֲשֶׁר בִּשְׁעָרֶיךָ. (דברים טז: יא; יד).ש

11 Et tu te réjouiras en présence de l’Éternel, ton Seigneur, toi, ton fils et ta fille, ton esclave et ta servante, le Lévite qui sera dans tes murs, l’étranger, l’orphelin et la veuve qui seront près de toi, dans l’enceinte que l’Éternel, ton Seigneur, aura choisie pour y faire habiter son nom…14 et tu te réjouiras pendant la fête [de Soukkot] et, avec toi, ton fils et ta fille, ton serviteur et ta servante, et le Lévite, l’étranger, l’orphelin, la veuve qui seront dans tes murs. (Deutéronome 16 : 11 ; 14)[1].

Comment l’Homme peut-il atteindre au bonheur en s’appropriant les ressources de ce monde sans volonté sincère de partage avec autrui ? Cette joie intérieure – le bonheur d’être- résulte de l’intention profonde mise dans l’accomplissement de la mitsvah :

יג וַיֹּאמֶר אֲדֹנָי יַעַן כִּי נִגַּשׁ הָעָם הַזֶּה בְּפִיו וּבִשְׂפָתָיו כִּבְּדוּנִי וְלִבּוֹ רִחַק מִמֶּנִּי וַתְּהִי יִרְאָתָם אֹתִי מִצְוַת אֲנָשִׁים מְלֻמָּדָה. (ישעיהו כט: יג).ש

13 Le Seigneur a dit : « Puisque ce peuple ne me rend hommage que de bouche et ne m’honore que des lèvres, et qu’il tient son cœur éloigné de moi, et que sa piété à mon égard se borne à des préceptes d’hommes, à une leçon apprise (Isaïe 29 : 13).

La pratique quotidienne et routinière des ordonnances divines menace l’Homme et il est tenté de perdre le sens de la Kavana ((כַּוָּנָה, à savoir l’intention ou la direction de sa pensée tournée uniquement vers l’Eternel.  Tout esprit qui se porterait vers un but étranger au Divin tomberait sous le coup du châtiment :

מז תַּחַת אֲשֶׁר לֹא-עָבַדְתָּ אֶת-יְהוָה אֱלֹהֶיךָ בְּשִׂמְחָה וּבְטוּב לֵבָב מֵרֹב כֹּל. מח וְעָבַדְתָּ אֶת-אֹיְבֶיךָ אֲשֶׁר יְשַׁלְּחֶנּוּ יְהוָה בָּךְ בְּרָעָב וּבְצָמָא וּבְעֵירֹם וּבְחֹסֶר כֹּל וְנָתַן עֹל בַּרְזֶל עַל-צַוָּארֶךָ עַד הִשְׁמִידוֹ אֹתָךְ. (דברים כח: מז-מח).ש

47 Et parce que tu n’auras pas servi l’Éternel, ton Seigneur, avec joie et contentement de cœur, au sein de l’abondance, 48 tu serviras tes ennemis, suscités contre toi par l’Éternel, en proie à la faim, à la soif, au dénuement, à une pénurie absolue ; et ils te mettront sur le cou un joug de fer, jusqu’à ce qu’ils t’aient anéanti. (Deutéronome 28 : 47-48).

Cette joie humaine de la Mitsvah peut avoir pour origine profonde une promesse, celle de l’Eternel par rapport à l’Homme qu’il a créé :

טו שִׁבְעַת יָמִים תָּחֹג לַיהוָה אֱלֹהֶיךָ בַּמָּקוֹם אֲשֶׁר-יִבְחַר יְהוָה כִּי יְבָרֶכְךָ יְהוָה אֱלֹהֶיךָ בְּכֹל תְּבוּאָתְךָ וּבְכֹל מַעֲשֵׂה יָדֶיךָ וְהָיִיתָ אַךְ שָׂמֵחַ. (דברים טז: טו).ש

15 Tu fêteras ces sept jours en l’honneur de l’Éternel, ton Dieu, dans le lieu qu’il aura choisi; car il te bénira, l’Éternel, ton Dieu, dans tous tes revenus, dans tout le labeur de tes mains, et tu pourras t’abandonner à la joie. (Deutéronome 16 : 15).

«וְהָיִיתָ אַךְ שָׂמֵחַ. לְפִי פְּשׁוּטוֹ אֵין זֶה לְשׁוֹן צִוּוּי, אֶלָּא לְשׁוֹן הַבְטָחָה. וּלְפִי תַּלְמוּדוֹ לָמְדוּ מִכָּאן לְרַבּוֹת לֵילֵי יוֹם טוֹב הָאַחֲרוֹן לְשִׂמְחָה:» (תלמוד בבלי, מסכת פסחים, עא: א; מסכת סוכה מח: א).ש

« Et tu seras seulement joyeux : Selon le sens littéral, ce n’est pas un ordre mais une promesse. Et d’après l’interprétation talmudique, cela nous enseigne que l’on doit inclure dans la joie la nuit du dernier jour de fête » [Simhat Tora] (Pessa‘him 71a, Souka 48a).

Ces deux joies, loin d’être antinomiques, sont complémentaires. L’on assiste, en effet, à l’accomplissement de ces deux sources de joie divine et humaine dans les livres d’Ezra et de Néhémie, lors du Retour d’Israël à Sion rendu possible par le roi perse Cyrus. La première concerne la joie du retour à Sion, enfin possible :

כב וַיַּעֲשׂוּ חַג-מַצּוֹת שִׁבְעַת יָמִים בְּשִׂמְחָה כִּי שִׂמְּחָם יְהוָה וְהֵסֵב לֵב מֶלֶךְ-אַשּׁוּר עֲלֵיהֶם לְחַזֵּק יְדֵיהֶם בִּמְלֶאכֶת בֵּית-הָאֱלֹהִים אֱלֹהֵי יִשְׂרָאֵל.  (עזרא ו: כב).ש

22 Ils célébrèrent joyeusement la fête des azymes durant sept jours, car l’Eternel leur avait donné de la joie en disposant, en leur faveur, le cœur du roi d’Assyrie, de façon à les seconder dans les travaux du temple du Seigneur, du Seigneur d’Israël. (Ezra 6 : 22).

La seconde, c’est de pouvoir fêter les fêtes et le Shabbat en tant que peuple indépendant sur sa terre :

יז וַיַּעֲשׂוּ כָל-הַקָּהָל הַשָּׁבִים מִן-הַשְּׁבִי סֻכּוֹת וַיֵּשְׁבוּ בַסֻּכּוֹת כִּי לֹא-עָשׂוּ מִימֵי יֵשׁוּעַ בִּן-נוּן כֵּן בְּנֵי יִשְׂרָאֵל, עַד הַיּוֹם הַהוּא; וַתְּהִי שִׂמְחָה גְּדוֹלָה מְאֹד. (נחמיה ח: יז).ש

17 Toute la communauté de ceux qui étaient revenus de captivité établirent des cabanes et demeurèrent dans ces cabanes ; aussi bien, depuis les jours de Josué, fils de Noun, jusqu’à ce jour, les enfants d’Israël n’avaient pas agi de la sorte. La joie fut donc extrêmement grande. (Néhémie 8: 17).

La source du bonheur réside en la proximité avec l’Eternel ! 

יא  אוֹר זָרֻעַ לַצַּדִּיק  וּלְיִשְׁרֵי-לֵב שִׂמְחָה. יב  שִׂמְחוּ צַדִּיקִים בַּיהוָה וְהוֹדוּ לְזֵכֶר קָדְשׁוֹ. (תהלים צ: יא-יב).ש

11 La lumière se répand sur les justes, et la joie sur les cœurs droits. 12 Réjouissez-vous, ô justes, en l’Eternel, et rendez hommage au souvenir de sa sainteté. (Psaume 97 : 11-12).

 

[1] Parashat Re’eh, Deutéronome 11: 26- 16: 17

L’étude biblique vous passionne. Je vous invite à rejoindre notre Campus biblique: https://www.campusbiblique.com/

 

Shabbat shalom !

hebreubiblique@gmail.com

Avec toutes mes amitiés,

Haïm Ouizemann

Ce contenu a été publié dans Lectures bibliques, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 Response to Parashat Ré’éh, la joie de la mitsvah

  1. michelefalmagne dit :

    shalom, Haiim, todah rabbah.excellente journée par Sa grâce et pour Sa gloire.Shabbat shalom.Avec toutes Ses benedictions à toi et tout les tiens.Fraternellement.Michèle

    Envoyé depuis Yahoo Mail pour Android

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.