Yom Kippour, Quand l’Eternel répond : « Me voici !»

Au Jour de Kippour, temps empreint d’une solennité associant la crainte révérencielle à la joie du pardon, l’intégrité du peuple d’Israël s’assemble dans les synagogues d’Israël et de diaspora. Tout au long de cette Journée de contrition, de jeûne total et de supplications, Israël s’adresse à l’Eternel afin que la rémission des fautes lui soit octroyée:

יח לְכוּ-נָא וְנִוָּכְחָה יֹאמַר יְהוָה אִם-יִהְיוּ חֲטָאֵיכֶם כַּשָּׁנִים כַּשֶּׁלֶג יַלְבִּינוּ אִם-יַאְדִּימוּ כַתּוֹלָע כַּצֶּמֶר יִהְיוּ. (ישעיהו א: יח).ש

18 Oh ! Venez, réconcilions-nous, dit l’Eternel ! Vos péchés fussent-ils comme le cramoisi, ils peuvent devenir blancs comme neige; rouges comme la pourpre, ils deviendront comme la laine. (Isaïe 1 : 18).

La Source biblique insiste à maintes reprises sur les actes des créatures:

טז רַחֲצוּ הִזַּכּוּ הָסִירוּ רֹעַ מַעַלְלֵיכֶם מִנֶּגֶד עֵינָי חִדְלוּ הָרֵעַ. יז לִמְדוּ הֵיטֵב דִּרְשׁוּ מִשְׁפָּט אַשְּׁרוּ חָמוֹץ שִׁפְטוּ יָתוֹם רִיבוּ אַלְמָנָה. (ישעיהו א: טז-יז).ש

16 Lavez-vous, purifiez-vous, écartez de mes yeux l’iniquité de vos actes, cessez de mal faire. 17 Apprenez à bien agir, recherchez la justice ; rendez le bonheur à l’opprimé, faites droit à l’orphelin, défendez la cause de la veuve. (Isaïe 1 : 16-17).

Le prophète Joël annonce même que l’Eternel se montre disposé à « faire Teshouva » à la condition qu’Israël prenne lui-même ce chemin de Retour et de perfectionnement dont témoignent ses actes. La transformation intérieure de l’Homme détient le pouvoir de modifier, d’atténuer et d’adoucir les rigueurs divines au point même de les effacer!

יג וְקִרְעוּ לְבַבְכֶם וְאַל-בִּגְדֵיכֶם

וְשׁוּבוּ אֶל-יְהוָה אֱלֹהֵיכֶם כִּי-חַנּוּן וְרַחוּם, הוּא אֶרֶךְ אַפַּיִם וְרַב-חֶסֶד וְנִחָם עַל-הָרָעָהיד מִי יוֹדֵעַ יָשׁוּב וְנִחָם וְהִשְׁאִיר אַחֲרָיו בְּרָכָה מִנְחָה וָנֶסֶךְ לַיהוָה אֱלֹהֵיכֶם. (יואל ב: יג-יד).ש

13 Et déchirez vos cœurs et non pas vos vêtements, et retournez à l’Eternel, votre Seigneur, car il est clément, miséricordieux, lent à la colère et abondant en grâce, enclin à revenir sur le mal. 14 Qui sait ? Peut-être, se ravisant, regrettera-t-il [le mal qu’il vous a fait] et laissera-t-il quelque bénédiction à sa suite : des offrandes et des libations pour l’Eternel, votre Seigneur. (Joël 2 : 13-14).

Le prophète Isaïe, quant à lui, ose avancer l’idée selon laquelle l’Eternel « se soumet » à Israël en accomplissant immédiatement sa volonté, dès lors que ce dernier l’appelle :

ט אָז תִּקְרָא וַיהוָה יַעֲנֶה תְּשַׁוַּע וְיֹאמַר הִנֵּנִי אִם-תָּסִיר מִתּוֹכְךָ מוֹטָה שְׁלַח אֶצְבַּע וְדַבֶּר-אָוֶן. (ישעיהו נח: ט).ש

9 Alors tu appelleras et le Seigneur répondra, tu supplieras et il dira : « Me voici ! » Oui, si tu bannis de ton sein toute oppression, le geste violent et la parole malfaisante, (Isaïe 58 : 9).

L’expression וְיֹאמַר הִנֵּנִי/ « Et il répondra : « me voici » » n’apparaît généralement que chez les prophètes et les serviteurs du Seigneur. Ainsi, Abraham :

א וַיְהִי אַחַר הַדְּבָרִים הָאֵלֶּה וְהָאֱלֹהִים נִסָּה אֶת-אַבְרָהָם וַיֹּאמֶר אֵלָיו אַבְרָהָם וַיֹּאמֶר הִנֵּנִי. (בראשית כב: א)ש

1 Et il advint, après ces faits, que le Seigneur éprouva Abraham. Il lui dit : « Abraham ! » Il répondit : « Me voici. » (Genèse 22 : 1).

De même, Samuel, encore enfant, répond « me voici הִנֵּנִי » à l’Eternel qui l’appelle :

ד וַיִּקְרָא יְהוָה אֶל-שְׁמוּאֵל וַיֹּאמֶר הִנֵּנִי. (שמואל א, א: ד).ש

4 lorsque l’Eternel appela Samuel, qui répondit : « Me voici ! » (I Samuel 3 : 4).

Comment donc expliquer que cette expression d’humilité puisse se trouver chez l’Eternel ? Le prophète Isaïe, usant de cette expression et parlant en son propre nom, ne blasphémerait-il point le Nom divin en rabaissant la Gloire du Seigneur ?

Bien au contraire! Où réside donc la Gloire et la Shé’hina [Présence] de l’Eternel ?

טו כִּי כֹה אָמַר רָם וְנִשָּׂא שֹׁכֵן עַד וְקָדוֹשׁ שְׁמוֹ מָרוֹם וְקָדוֹשׁ אֶשְׁכּוֹן וְאֶת-דַּכָּא וּשְׁפַל-רוּחַ לְהַחֲיוֹת רוּחַ שְׁפָלִים וּלְהַחֲיוֹת לֵב נִדְכָּאִים. (ישעיהו נז: טו).ש

15 Car ainsi parle le Seigneur très haut et suprême, Celui qui habite l’Eternité et qui a nom le Saint : « Sublime et saint est mon trône ! Mais il est aussi dans les cœurs contrits et humbles, pour vivifier l’esprit des humbles, pour ranimer le cœur des affligés. (Isaïe 57 : 15).

Le fondement du Jour de Kippour, selon Isaïe, loin de résider dans l’unique pratique du jeûne, ordonnance divine (Lévitique 23 : 27-28), réside dans le soutien au plus démuni, à ceux et à celles qui, dans l’indifférence totale de la société, souffrent de la faim, de la pauvreté et de l’humiliation de n’avoir ni habit, ni foyer :

ו הֲלוֹא זֶה צוֹם אֶבְחָרֵהוּ פַּתֵּחַ חַרְצֻבּוֹת רֶשַׁע הַתֵּר אֲגֻדּוֹת מוֹטָה וְשַׁלַּח רְצוּצִים חָפְשִׁים וְכָל מוֹטָה תְּנַתֵּקוּ. ז הֲלוֹא פָרֹס לָרָעֵב לַחְמֶךָ, וַעֲנִיִּים מְרוּדִים תָּבִיא בָיִת  כִּי-תִרְאֶה עָרֹם וְכִסִּיתוֹ וּמִבְּשָׂרְךָ   לֹא תִתְעַלָּם.

(ישעיהו נח: ו-ז)

En toute amitié,

Haïm Ouizemann

https://www.campusbiblique.com/

campustanakh@gmail.com

6 Mais voici le jeûne que j’aime: c’est de rompre les chaînes de l’injustice, de dénouer les liens de tous les jougs, de renvoyer libres ceux qu’on opprime, de briser enfin toute servitude ; 7 puis encore, de partager ton pain avec l’affamé, de recueillir dans ta maison les malheureux sans asile; quand tu vois un homme nu, de le couvrir, de ne jamais te dérober à ceux qui sont comme ta propre chair! (Isaïe 58 : 6-7).
Ce contenu a été publié dans Fêtes d'Israël, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 Responses to Yom Kippour, Quand l’Eternel répond : « Me voici !»

  1. Jimmy Adda dit :

    Merci pour cet article.

  2. Yves Boutboul dit :

    אַשְּׁרוּ חָמוֹץ
    Chouraqui : mettez au pas le brutal.
    on est bien loin de: protégez l’opprimé

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.