Shabbat Hol HaMoëd Soukkot, Enlacement divin, élancement  d’Israël

La fête de Souccot vient nous rappeler la protection divine שְׁכִינָה  enveloppant le croyant à chaque instant.  

כב וְהָיָה בַּעֲבֹר כְּבֹדִי וְשַׂמְתִּיךָ בְּנִקְרַת הַצּוּר וְשַׂכֹּתִי כַפִּי עָלֶיךָ עַד-עָבְרִי. (שמות לג: כב).ש

22 Puis, quand passera ma gloire, je te cacherai dans la cavité du roc et je te couvrirai de ma paume jusqu’à ce que je sois passé. (Exode 33 : 22).[1]

La paume du Seigneur כַּפִּי « recouvre »[2]  Moïse afin que le Prophète des prophètes ne puisse point directement contempler la lumière divine. Toutefois, ce terme כַּפִּי (« Ma paume »), outre le sens de « faire écran », évoque l’Eternel donnant « la main » à Moïse,  impliquant un très fort rapprochement de l’Eternel vers son fidèle serviteur Moïse. L’Eternel offre une place, un lieu à son bien-aimé.

כא וַיֹּאמֶר יְהוָה הִנֵּה מָקוֹם אִתִּי וְנִצַּבְתָּ עַל-הַצּוּר. (שמות לג: כא).ש

21 Et le Seigneur dit : « Il est une place près de moi: tu te tiendras sur le rocher ; (Exode 33: 21).

L’Amour divin à l’égard de Moïse s’affirme par le « retrait, renoncement » de la toute-puissance divine qui lui réserve « un lieu, un espace » d’épanouissement. Cet espace de « retrait » (צִמְצוּם TsimTsoum) n’est point sans rappeler la soukka du désert.

Le Cantique des cantiques, qui ne cesse d’évoquer par de nombreuses images amoureuses le lien intime régnant entre l’Eternel et Son peuple Israël, met en évidence ce sublime rapprochement entre les deux partenaires :

ו שְׂמֹאלוֹ תַּחַת לְרֹאשִׁי וִימִינוֹ תְּחַבְּקֵנִי. (שיר השירים ב: ו).ש

6 Son bras gauche soutient ma tête et sa droite me tient enlacée. (Cantique des cantiques 2 : 6).

L’Eternel « enlace » sa bien-aimée Israël en lui. Israël s’élance vers l’Eternel. L’ombre – צֵל/ Tsel – renvoie aux notions de protection et de compassion divines :

 

… בְּצִלּוֹ חִמַּדְתִּי וְיָשַׁבְתִּי…

(שיר השירים ב: ג)

3 … j’ai brûlé du désir de m’asseoir sous son ombrage… (Cantique des cantiques 2 : 3).

Les Sages d’Israël énoncent le principe suivant à propos de l’ombre de la soukka (Mishna Soukkot 2:b): « צִילָתָהּ מְרֻבָּה מֵחֲמָתָהּ- L’ombre [recouvrant l’intérieur de la soukka] doit l’emporter sur la lumière du soleil [pénétrant dans la soukka]. Dans le cas contraire, la soukka est considérée comme inhabitable. Cette ombre symbolise non seulement l’éphémérité de l’Homme :

ד  אָדָם לַהֶבֶל דָּמָה  יָמָיו כְּצֵל עוֹבֵר. (פרק תהלים קמד: ד).ש

4 L’homme ressemble à un souffle, ses jours sont comme une ombre qui passe. (Psaume 144 : 4).

…mais aussi la profondeur de l’attachement liant Israël à l’Eternel :

ח  יְהוִה אֲדֹנָי עֹז יְשׁוּעָתִי סַכֹּתָה לְרֹאשִׁי בְּיוֹם נָשֶׁק. (פרק תהלים קמ: ח).ש

8 L’Eternel, mon Maître, ma force et mon salut, tu couvres ma tête de ta protection au jour du combat. (Psaume 140 : 8).

Il est à noter que le terme נֶשֶׁק – נ.ש.ק.( N. Sh.K.) signifiant « arme de guerre » (Job 20 : 24) signifie également « Embrasser, s’embrasser, donner un baiser » (Genèse 45 : 15). L’Eternel demeure, quelles que puissent être les épreuves endurées par Israël, inséparable de son fils-ainé.

La Soukka, frêle cabane parmi les immenses monuments de pierre et de granit édifiés par les puissants empires d’Egypte et de Babylone, incarnant l’Alliance indéfectible conclue avec les Patriarches d’Israël, demeure à tout jamais inébranlable. Ainsi, aussi paradoxal que cela puisse paraître, l’éternité d’Israël se fonde sur son sentiment de fragilité et d’éphémérité face à la Toute Puissance divine.

ה וּבָרָא יְהוָה עַל כָּל-מְכוֹן הַר-צִיּוֹן וְעַל-מִקְרָאֶהָ עָנָן יוֹמָם וְעָשָׁן וְנֹגַהּ אֵשׁ לֶהָבָה לָיְלָה כִּי עַל-כָּל-כָּבוֹד חֻפָּה. ו וְסֻכָּה תִּהְיֶה לְצֵל-יוֹמָם מֵחֹרֶב וּלְמַחְסֶה וּלְמִסְתּוֹר מִזֶּרֶם וּמִמָּטָר.  (ישעיהו ד: ה-ו).ש

5 alors l’Eternel créera sur toute l’étendue de la montagne de Sion et de ses lieux d’assemblée une nuée et une vapeur pendant le jour et, pendant la nuit, l’éclat d’un feu flamboyant ; oui, tout endroit vénéré sera abrité par un dais. 6 Il y aura comme une cabane donnant, le long du jour, de l’ombre contre la chaleur, servant d’asile et de refuge contre l’orage et la pluie. (Isaïe 4 : 5-6).

[1] Shabbat Hol HaMoëd Soukkot, Exode 33: 12- 34: 26

[2] « Recouvre » וְשַׂכֹּתִי – la racine verbale שׂ.כ.כ.  est identique à ס.כ.כ., « protéger, recouvrir ».

L’étude biblique vous passionne. Je vous invite à rejoindre notre Campus biblique: https://www.campusbiblique.com/

Shabbat shalom !

hebreubiblique@gmail.com

Avec toutes mes amitiés,

Haïm Ouizemann

Ce contenu a été publié dans Fêtes d'Israël, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 Response to Shabbat Hol HaMoëd Soukkot, Enlacement divin, élancement  d’Israël

  1. cathou dit :

    Au fond… les juifs qui refusent qu’Israël possède une armée, n’ont peut-être pas tort.
    C’est peut-être la force armée et le béton qui ont déclenché des refus violents.

    La force des peuples ne devrait jamais passer par les armes, la force des peuples c’est la confiance inébranlable en leur identité, en leurs racines, en leurs anciens, en leurs Histoire.

    On s’arme matériellement et on se démunie spirituellement: peut-être bien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.