Parashat Lekh Lékha, Méditation sur la Bénédiction

Dans le cadre de cette parashah, nous méditerons à partir de la racine verbale ב.ר.כ./ B. R. Kh signifiant « Bénir ».

L’Eternel promet au Patriarche Avraham qu’il deviendra une bénédiction pour toutes les Familles de la Terre :

ג וַאֲבָרְכָה מְבָרְכֶיךָ וּמְקַלֶּלְךָ אָאֹר וְנִבְרְכוּ בְךָ כֹּל מִשְׁפְּחֹת הָאֲדָמָה. (בראשית יב: ג).ש

3 Et Je bénirai ceux qui te béniront, et qui te maudira je le maudirai ; et par toi seront bénies toutes les Familles de la terre. » (Genèse 12 : 3).

Cette racine réapparaît à la forme passive, à savoir au Nif’al, וְנִבְרְכוּ  « seront bénis » (Genèse 18 : 18 ; 28 : 14).

Que revêt cette racine si présente dans le texte biblique ?

La racine verbale ב.ר.כ./ B. R. Kh est généralement traduite par « bénir », verbe renvoyant à une notion de richesse, d’abondance, de multiplication et de bien-être :

כב וַיְבָרֶךְ אֹתָם אֱלֹהִים לֵאמֹר  פְּרוּ וּרְבוּ וּמִלְאוּ אֶת-הַמַּיִם בַּיַּמִּים וְהָעוֹף יִרֶב בָּאָרֶץ. (בראשית א: כב).ש

22 Et le Seigneur les bénit en disant : Croissez et multipliez remplissez les eaux des mers et que les oiseaux se multiplient sur la terre ! » (Genèse 1 : 22).

En fait, le sens premier de cette racine est « s’agenouiller, mettre le genou à terre», de « בֶּרֶךְ genou ».

ו  בֹּאוּ נִשְׁתַּחֲוֶה וְנִכְרָעָה  נִבְרְכָה לִפְנֵי-יְהוָה עֹשֵׂנוּ. (פרק תהלים צה: ו).ש

6 Venez ! nous voulons nous prosterner, nous incliner, ployer les genoux devant l’Eternel, notre créateur. (Psaume 95 : 6).

L’acte d’agenouillement témoigne d’une volonté de briser l’orgueil de soi-même en se soumettant totalement à la volonté du Seigneur. L’Eternel annonce par la voix du prophète Isaïe qu’adviendra une ère au cours de laquelle tous les hommes, en signe de reconnaissance de l’Unité du Maître du monde, seront conduits à « ployer le genou /בֶּרֶךְBéRéKh » :

כג בִּי נִשְׁבַּעְתִּי יָצָא מִפִּי צְדָקָה דָּבָר וְלֹא יָשׁוּב  כִּי-לִי תִּכְרַע כָּל-בֶּרֶךְ תִּשָּׁבַע כָּל-לָשׁוֹן. ש

23 J’ai juré par moi-même c’est une parole véridique qui est sortie de ma bouche et qui ne sera pas révoquée j’ai juré qu’en mon honneur tout genou ploiera et toute langue prêtera serment. (Isaïe 45 : 23).

Cette soumission n’atteint sa perfection qu’accompagnée de la louange, expression de gratitude face à l’infinie Grandeur et Bonté de l’Eternel :

ב  בָּרְכִי נַפְשִׁי אֶת-יְהוָה וְאַל-תִּשְׁכְּחִי כָּל-גְּמוּלָיו. (פרק תהלים קג: ב).ש

2 Loue (Bénis), mon âme, l’Eternel, et n’oublie aucun de ses bienfaits. (Psaume 103 : 2).

Cette racine conjuguée à la forme intensive du Pi’el détient également une connotation de paix[1]:

ז וַיָּבֵא יוֹסֵף אֶת-יַעֲקֹב אָבִיו וַיַּעֲמִדֵהוּ לִפְנֵי פַרְעֹה וַיְבָרֶךְ יַעֲקֹב אֶת-פַּרְעֹה. (בראשית מז: ז).ש

7 Et Joseph introduisit Jacob son père et le présenta à Pharaon; et Jacob souhaita la paix à Pharaon. (Genèse 47 : 7).

Ainsi, Ravchakè  (רַבְשָׁקֵה), ministre préposé aux affaires étrangères, délégué d’urgence par le roi Sennachériv (II Rois 18 : 17), tente de démoraliser le peuple d’Israël par des paroles visant à introduire le doute à propos de la puissance d’Egypte comparée à « un roseau brisé » (II Rois 18 : 21 ; Isaïe 36 : 4-6), lorsque le roi Ézéchias/ חִזְקִיָּהוּ)  HiZKYiaHOu) s’appuie sur cette même puissance militaire égyptienne  afin de mettre fin à l’hégémonie Assyrienne :

טז אַל-תִּשְׁמְעוּ אֶל-חִזְקִיָּהוּ  כִּי כֹה אָמַר הַמֶּלֶךְ אַשּׁוּר עֲשׂוּ-אִתִּי בְרָכָה וּצְאוּ אֵלַי וְאִכְלוּ אִישׁ-גַּפְנוֹ וְאִישׁ תְּאֵנָתוֹ וּשְׁתוּ אִישׁ מֵי-בוֹרוֹ. (ישעיהו לו: טז).ש

16 N’écoutez pas Ezéchias, car voici ce que propose le roi d’Assyrie Manifestez à mon égard des sentiments de paix, rendez-vous auprès de moi, et chacun mangera les produits de sa vigne et de son figuier, et chacun boira l’eau de sa citerne (Isaïe 36 : 16).

La paix constitue la condition nécessaire à l’obtention de toute bénédiction. Nombreux sont les états riches en ressources premières qui, en raison de la guerre et de la corruption, ne connaissent point les bienfaits naturels prodigués par l’Eternel. A propos du verset d’Isaïe 36 : 16 s’achevant par le terme « בּוֹר citerne », il est possible de le rapprocher par son sens du substantif « בְּרֵכָה/ BéRéKhaH, piscine ». Il s’agit non point d’une source d’où jailliraient les eaux mais de réceptacles[2] conçus dans le dessein de conserver les précipitations. Néhémie fait allusion à la « piscine de Shéla’h בְּרֵכַת הַשֶּׁלַח » (3 : 15) dénommée également « הַשִּׁלֹחַ  בְּרֵכַת, la piscine de Siloé » dans laquelle les pèlerins qui montaient à Jérusalem se purifiaient avant de rendre un culte à l’Eternel au Temple.

A la paix s’ajoute la Justice. Point de bénédiction sans Justice:

ד  נְקִי כַפַּיִם  וּבַר-לֵבָב
אֲשֶׁר לֹא-נָשָׂא לַשָּׁוְא נַפְשִׁי וְלֹא נִשְׁבַּע לְמִרְמָה. ה  יִשָּׂא בְרָכָה מֵאֵת יְהוָה וּצְדָקָה מֵאֱלֹהֵי יִשְׁעוֹ. (פרק תהלים כד: ד-ה).ש

4 Celui dont les mains sont sans tache, le cœur pur, qui n’atteste pas ma personne pour la fausseté, et ne prête pas de serment frauduleux : 5 celui-là obtiendra la Bénédiction de l’Eternel et la Justice du Seigneur de son salut. (Psaume 24 : 4-5).

A la lueur de ces sources, nous pouvons saisir le sens de la Bénédiction que les Nations recevront par le biais du Patriarche Avraham :

ג וַאֲבָרְכָה מְבָרְכֶיךָ וּמְקַלֶּלְךָ אָאֹר וְנִבְרְכוּ בְךָ כֹּל מִשְׁפְּחֹת הָאֲדָמָה. (בראשית יב: ג). 3 Je bénirai ceux qui te béniront, et qui t’outragera je le maudirai ; et par toi seront bénies toutes les Familles de la terre. » (Genèse 12 : 3).

Les Nations, conduites par l’idéal éthique et spirituel d’Avraham, le patriarche d’Israël, s’agenouillant auprès de l’Eternel, pleinement conscientes de l’Unicité divine, appelleront à œuvrer toutes ensembles afin d’instaurer la Paix et la Justice sur toute la Terre à partir de Jérusalem. Il s’ensuivra que la Bénédiction divine, telles les eaux célestes, s’épanchera, alors, sur toutes les Familles de la Terre et abreuvera les sillons tirés par les hommes de la terre.

יט  בֵּית יִשְׂרָאֵל בָּרְכוּ אֶת יְהוָה בֵּית אַהֲרֹן בָּרְכוּ אֶת יְהוָה. כ  בֵּית הַלֵּוִי בָּרְכוּ אֶת-יְהוָה יִרְאֵי יְהוָה בָּרְכוּ אֶת-יְהוָה. כא  בָּרוּךְ יְהוָה מִצִּיּוֹן  שֹׁכֵן יְרוּשָׁלִָם:
הַלְלוּ-יָהּ.ש

19 Maison d’Israël, bénissez le Seigneur ! Maison d’Aaron, bénissez le Seigneur ! 20 Maison de Lévi, bénissez le Seigneur ! Craignants de l’Eternel, bénissez le Seigneur ! 21 Que l’Eternel soit béni de Sion, Lui qui demeure à Jérusalem. Alléluia ! (Psaume 135 : 19-21).

[1] Selon Rabbi David Kim’hi (RaDaK) dans son œuvre magistrale « Le livre des Racines » (« Sefer HaShorashim »).

[2] Comme l’explique Rabbi David Kimhi (RaDaK).

L’étude biblique vous passionne. Je vous invite à rejoindre notre Campus biblique: https://www.campusbiblique.com/

Shabbat shalom !

hebreubiblique@gmail.com

Avec toutes mes amitiés,

Haïm Ouizemann

Ce contenu a été publié dans Erets Israël, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 Responses to Parashat Lekh Lékha, Méditation sur la Bénédiction

  1. hannahpivoine dit :

    toda rabba, Haïm, shabbat shalom !

  2. Shalom !

    Cette parashat de lekh lekha  » לך לך  » est vraiment très importante ! Oui, les bénédictions de l’Éternel apportent l’abondance de biens matériels et spirituels. Mais il nous faut devenir des réceptacles pour les recevoir. Comment ?

    Propositions
    1. Nous approprier les mots que Dieu a dit à Abraham :  » לך לך  » (Gn 12:1) dont les lettres « LK LK » du verbe aller à l’impératif insistent sur le fait de vraiment aller donc va vraiment. Dans cette parashat, l’Éternel dit à Abraham qui représente chacun de nous : « Lekh lekha » / « lech lecha » que nous traduisons par : « va vraiment pour toi/pour ton âme/pour ta propre vie ».

    Dans la parashat « lekh lekha », Dieu dit à Abraham ( = à moi, à toi, à chacun de nous tous sur la terre) d’aller vraiment, va vraiment pour toi-même/ pour ta propre vie/ pour ton âme au pays que l’Éternel a prévu pour toi/pour ton âme/ pour ta vie spirituelle pour que l’âme soit liée à nouveau à l’Éternel et ainsi retrouver le lien essentiel qui fait sentir ce qu’est d’avoir vraiment la joie de vivre, de savoir et faire ce pour quoi chacun de nous est né(e).

    2. Choisir : à chacun de nous de faire le choix de répondre avec des actions concrètes à l’ordre de l’Éternel. C’est-à-dire, choisir d’écouter la voix de l’Éternel et le cri de notre âme qui a besoin de se mettre en mouvement vers le « maqom qadosh », là où tout a commencé pour Abraham et pour les Patriarches et avec la confiance que notre présence et l’expérience d’y être fait que ce soit l’élément clé pour que chacun de nous vive et devienne avec HS :

    בְּרֵאשִׁית, בָּרָא אֱלֹהִים, אֵת הַשָּׁמַיִם, וְאֵת הָאָרֶץ
    « Bereshit barah Elohim et hashamayim vet ha’arets » (Gn 1:1)

    C’est-à-dire, vivre un nouveau commencement, une nouvelle création tout en étant lié à l’Éternel comme au début des temps. La clé : se tourner et aller vers l’Éternel dans son terrain. C’est 1 expérience unique, merveilleuse qu’il faut au minimum vivre 1 fois dans la vie. Ainsi nous devenons Parole vivante tant physiquement que spirituellement. Dans ces conditions nous risquons très fortement de retrouver le lien perdu avec l’Éternel, source de l’abondance des bénédictions divines dans nos vies.
    D’ailleurs, le risque est aussi de vouloir y rester car il y a une force trop puissante qui attire sur les lieux. Heureusement, elle nous donne de l’énergie et les moyens d’y retourner pour répondre à l’impératif de l’âme de retrouver le lien tant au niveau vertical (avec l’Éternel) qu’horizontal dans la rencontre avec les gens très accueillants même sans présentation formelle. Dans un tel contexte, nous débutons un nouveau type de relations justes avec moins d’égo et plus de HaShem dans toutes nos relations. En développant le Shalom (paix) intérieur et extérieur, nous arriverons à faire le lien avec la méditation proposée ci-dessus : le shalom amènera donc la circulation des bénédictions dans nos vies.

    Que HaShem nous aide à Lui faire place dans nos vies et nous donne la force de volonté pour Le laisser régner dans nos vies et que nous choisissions de Lui accorder la priorité !

    Shalom ubrakhah vehatslakhah !

    Shabbat Shalom / Shavoua tov

    LeK Go Shalom Israël

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.