Parashat Tolédot, Méditation sur le rire

Au cours de cette étude relative à la parashah Toledot[1], nous méditerons à partir de la racine צ.ח.ק./Ts.’H. K. signifiant « rire ».

La parashah Tolédot est la seule péricope qui soit consacrée au deuxième Patriarche d’Israël, Its’hak. Trois parashot (sections shabbatiques) sont consacrées à Avraham, le premier Patriarche et six autres à Ya’akov, le troisième Patriarche d’Israël.

La racine verbale צ.ח.ק./ Ts.’H. K. (« rire ») peut également revêtir un sens de remise en question, un sens lié au doute : « צָחַק בְּקֶרֶב…, rire en son for intérieur de… , rire à propos de…». Sarah, avancée en âge, donc étant ménopausée depuis fort longtemps, ne comprend point comment elle pourrait un jour prochain connaître le plaisir. Elle met l’accent sur le moyen (le plaisir) mais point sur l’objectif : enfanter, mettre un petit être au monde.

יב וַתִּצְחַק שָׂרָה בְּקִרְבָּהּ לֵאמֹר אַחֲרֵי בְלֹתִי הָיְתָה-לִּי עֶדְנָה וַאדֹנִי זָקֵן. טו וַתְּכַחֵשׁ שָׂרָה לֵאמֹר לֹא צָחַקְתִּי כִּי יָרֵאָה וַיֹּאמֶר לֹא כִּי צָחָקְתְּ. (בראשית יח: יב; טו).ש

12 Et Sarah rit en elle-même disant: « Flétrie par l’âge, ce bonheur me serait réservé! Et mon époux est un vieillard ! »… 15 Et Sarah nia, en disant: « Je n’ai point ri« ; car elle craignait. Il répondit « Non pas, tu as ri. » (Genèse 18 : 12 ; 15).

Ce doute est effacé au moment de la naissance de Its’hak, événement suscitant un immense bonheur. Cependant, il reste une certaine incrédulité, pour ne pas dire une incompréhension, devant ce qui est perçu comme un parfait miracle :

ו וַתֹּאמֶר שָׂרָה צְחֹק עָשָׂה לִי אֱלֹהִים  כָּל-הַשֹּׁמֵעַ יִצְחַק-לִי. (בראשית כא: ו).ש

6 Et Sarah dit : « Le Seigneur s’est ri de moi et quiconque l’apprendra rira de moi. » (Genèse 21 : 6).

En quelque sorte, Sarah se trouve dans ce que l’on pourrait appeler une dépression post-partum. Ce dernier passage n’est point sans rappeler ce verset du prophète Jérémie (Yirméyahou) :

ז … הָיִיתִי לִשְׂחוֹק כָּל-הַיּוֹם כֻּלֹּה לֹעֵג לִי. ש

7 … Tout le temps, je suis un objet de risée, chacun se moque de moi (Jérémie 20 : 7).

La première radicale צ./ Tsadik du verbe צ.ח.ק./ Ts.’H. K. apparaît sous la forme d’un שׂ./ Sinn שׂ.ח.ק./ S.’H. K.

La racine צ.ח.ק./ Ts. ‘H. K. révèle, si l’on s’en tient à l’attitude de Sarah, la première Matriarche d’Israël, deux notions négatives, l’une de doute, d’incrédulité envers la Providence divine et l’autre de moquerie de la part des hommes, dont elle craint d’être la victime. Cette racine traduit en quelque sorte le caractère pessimiste et dépressif de Sarah.

Quant à Avraham, cette même racine verbale צ.ח.ק./ Ts.’H. K. dénote sa disposition à l’optimisme :

יז וַיִּפֹּל אַבְרָהָם עַל-פָּנָיו וַיִּצְחָק וַיֹּאמֶר בְּלִבּוֹ הַלְּבֶן מֵאָה-שָׁנָה יִוָּלֵד וְאִם-שָׂרָה הֲבַת-תִּשְׁעִים שָׁנָה תֵּלֵד. ש

17 Et Avraham tomba sur sa face et rit ; et il dit en son cœur : « Quoi ! un centenaire engendrerait encore ! et à quatre-vingt-dix ans, Sarah deviendrait mère ! » (Gen. 17: 17)

Rashi commente :

«וַיִּפֹּל אַבְרָהָם עַל פָּנָיו וַיִּצְחָק. זֶה תִּרְגֵּם אוּנְקְלוֹס לָשׁוֹן שִׂמְחָה וְחָדֵי וְשֶׁל שָׂרָה לָשׁוֹן מָחוֹךְ לָמַדְתָּ שֶׁאַבְרָהָם הֶאֱמִין וְשָׂמַח וְשָׂרָה לֹא הֶאֱמִינָה וְלִגְלְגָה וְזֶהוּ שֶׁהִקְפִּיד הַקָּדוֹשׁ בָּרוּךְ הוּא עַל שָׂרָה וְלֹא הִקְפִּיד עַל אַבְרָהָם».ש

« Avraham tomba sur sa face, il rit : Le Targoum Onqelos traduit : « il a ri », dans le sens: « il s’est réjoui », tandis qu’à propos de Sara, le Targoum interprète : «elle a ri » par « elle s’est moquée ». D’où l’on apprend qu’Avraham a eu foi et s’est réjoui, tandis que Sarah n’a pas cru et s’est moquée. Voilà pourquoi le Saint béni soit-Il en a tenu rigueur à Sarah (Cf. Genèse 18 : 13), mais pas à Avraham. ».

Selon le commentateur Meïr Leibush ben Jehiel Michel Weiser (MaLBIM- 1809-1979) le questionnement d’Avraham ne relève point du doute mais exprime le pur émerveillement face à la grandeur incommensurable de l’Eternel et à l’énigme de la Vie !

יט וַיֹּאמֶר אֱלֹהִים אֲבָל שָׂרָה אִשְׁתְּךָ יֹלֶדֶת לְךָ בֵּן וְקָרָאתָ אֶת-שְׁמוֹ יִצְחָק וַהֲקִמֹתִי אֶת-בְּרִיתִי אִתּוֹ לִבְרִית עוֹלָם לְזַרְעוֹ אַחֲרָיו. ש

19 Et le Seigneur répondit: « Certes, Sara, ton épouse, te donnera un fils, et tu le nommeras Isaac. Je maintiendrai mon Alliance avec lui, comme Alliance éternelle à l’égard de sa descendance. (Genèse 17 : 19).

Certes, le doute subsiste au cœur d’Avraham, puisqu’au verset suivant il parle d’Ishmaël, son seul et unique fils, qui héritera donc de lui. Effectivement, Avraham met en cause leur âge avancé, aussi bien de lui-même (en premier) que de son épouse. Cependant, il ne parle point de l’aménorrhée de sa femme, car il voit le but : l’enfant qui vient au monde :

ג וַיִּקְרָא אַבְרָהָם אֶת-שֶׁם-בְּנוֹ הַנּוֹלַד לוֹ אֲשֶׁר יָלְדָה לּוֹ שָׂרָה יִצְחָק. (בראשית כא: ג).ש

3 Et Avraham nomma le fils qui venait de lui naître, que Sarah lui avait donné, Isaac. (Genèse 21: 3).

Cela pourrait probablement expliquer la puissance de la prière d’Its’hak, le Patriarche qui, en son nom, associe deux visions du monde, l’une négative, l’autre positive :

כא וַיֶּעְתַּר יִצְחָק לַיהוָה לְנֹכַח אִשְׁתּוֹ כִּי עֲקָרָה הִוא וַיֵּעָתֶר לוֹ יְהוָה וַתַּהַר רִבְקָה אִשְׁתּוֹ. ש

21 Et Isaac implora l’Éternel au sujet de sa femme parce qu’elle était stérile; l’Éternel accueillit sa prière et Rébecca, sa femme, devint enceinte. (Gen. 25: 21)

La Nature dépourvue de Libre-Arbitre n’est ni bonne, ni mauvaise. C’est notre vision du monde qui est à même de transformer la réalité du monde et elle seule. Its’hak de par sa volonté de ne voir que le bien même dans le doute ( וַיֶּעְתַּר/ VaYe’aTaR) se voit exaucé (וַיֵּעָתֶר/ VaYe’aTeR).

א לַכֹּל זְמָן וְעֵת לְכָל-חֵפֶץ תַּחַת הַשָּׁמָיִם… ד  עֵת לִבְכּוֹת וְעֵת לִשְׂחוֹק עֵת סְפוֹד וְעֵת רְקוֹד. (קהלת ג: א-ד).ש

1 Il y a un temps pour tout, et chaque chose à son heure sous le ciel. 4 un temps pour pleurer et un temps pour rire, un temps pour se lamenter et un temps pour danser (Ecclésiaste 3 : 1-4).

[1] Parashat Tolédot,  Genèse 25 : 19-28 : 9.

L’étude biblique vous passionne. Je vous invite à rejoindre notre Campus biblique: https://www.campusbiblique.com/

Shabbat shalom !

hebreubiblique@gmail.com

Avec toutes mes amitiés,

Haïm Ouizemann

Ce contenu a été publié dans Lectures bibliques, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.