Parashat VaYigash, Méditation sur la parité

Dans le cadre de la Parashat VaYgash[1], nous méditerons sur la racine quadrilatère כ.ל.כ.ל.  / K. L. K. L. signifiant « nourrir, subvenir aux besoins de… [2] ».

יב וַיְכַלְכֵּל יוֹסֵף אֶת-אָבִיו וְאֶת-אֶחָיו וְאֵת כָּל-בֵּית אָבִיו לֶחֶם לְפִי הַטָּף. (בראשית מז: יב).ש

12 Et Joseph nourrit son père, ses frères et toute la maison de son père, donnant des vivres selon le nombre des enfants (Genèse 47 : 12).

YoSsePh, ne privilégiant en aucune manière personne en particulier parmi les membres de sa famille, distribue à chacun d’entre eux le blé équitablement. La racine quadrilatère כ.ל.כ.ל.  / K. L. K. L. tirant son origine de la racine trilitère כּוּל signifie « mesurer » avec précision et recouvre un sens de partage équitable :

יב מִי-מָדַד בְּשָׁעֳלוֹ מַיִם וְשָׁמַיִם בַּזֶּרֶת תִּכֵּן וְכָל בַּשָּׁלִשׁ עֲפַר הָאָרֶץ וְשָׁקַל בַּפֶּלֶס הָרִים וּגְבָעוֹת בְּמֹאזְנָיִם. (ישעיהו מ’: יב).ש

12 Qui a mesuré les eaux dans le creux de sa main, pris les dimensions du ciel à l’empan ? Qui a jaugé la poussière de la terre, pesé au crochet les montagnes, et les coteaux avec une balance? (Isaïe 40 : 12).

Ce partage fondé sur le principe de l’équité conduit à une satisfaction des besoins et au bonheur de chacun :

כא וְאַרְבָּעִים שָׁנָה כִּלְכַּלְתָּם בַּמִּדְבָּר לֹא חָסֵרוּ שַׂלְמֹתֵיהֶם לֹא בָלוּ וְרַגְלֵיהֶם לֹא בָצֵקוּ. (נחמיה ט: כא).ש

21 Et pendant quarante ans, tu subvins à leurs besoins dans le désert, sans qu’ils manquassent de rien; leurs vêtements ne s’usèrent pas ni leurs pieds ne furent meurtris. (Néhémie 9 : 21).

Le rêve de subvenir aux besoins de chacun fut celui inspira les premiers fondateurs du kibboutz, ferme collective où chacun « évoluerait selon ses facultés et vivrait selon ses besoins ».

A propos de la manne offerte par l’Eternel dans le désert, il est dit :

טז זֶה הַדָּבָר אֲשֶׁר צִוָּה יְהוָה לִקְטוּ מִמֶּנּוּ אִישׁ לְפִי אָכְלוֹ עֹמֶר לַגֻּלְגֹּלֶת מִסְפַּר נַפְשֹׁתֵיכֶם אִישׁ לַאֲשֶׁר בְּאָהֳלוֹ תִּקָּחוּ. יז וַיַּעֲשׂוּ כֵן בְּנֵי יִשְׂרָאֵל וַיִּלְקְטוּ הַמַּרְבֶּה וְהַמַּמְעִיט. יח וַיָּמֹדּוּ בָעֹמֶר וְלֹא הֶעְדִּיף הַמַּרְבֶּה וְהַמַּמְעִיט לֹא הֶחְסִיר אִישׁ לְפִי אָכְלוֹ לָקָטוּ. (שמות טז: טז-יח).ש

16 Voici ce qu’a prescrit l’Éternel: Recueillez-en chacun selon ses besoins: un ômer par tête; autant chacun a de personnes dans sa tente, autant vous en prendrez. » 17 Ainsi firent les enfants d’Israël: ils en ramassèrent, l’un plus, l’autre moins. » 18 Puis ils mesurèrent selon l’ômer. Or, celui qui en avait beaucoup pris n’en avait pas de trop, celui qui en avait peu n’en avait pas faute, chacun avait recueilli à proportion de ses besoins. (Exode 16 : 16-18).

La réussite du système mis en place par YoSsePh réside en son principe éthique d’équité qui, en période de crise, fera ses preuves. Au contraire de YoSsepH, Re’HaV’Am (Roboam), fils du roi Salomon et roi de Yehoudah (Juda), choisira la voie de l’iniquité et causera, après la mort de son père, la chute du royaume :

יד וַיְדַבֵּר אֲלֵיהֶם כַּעֲצַת הַיְלָדִים לֵאמֹר אָבִי הִכְבִּיד אֶת-עֻלְּכֶם וַאֲנִי אֹסִיף עַל-עֻלְּכֶם אָבִי יִסַּר אֶתְכֶם בַּשּׁוֹטִים וַאֲנִי אֲיַסֵּר אֶתְכֶם בָּעַקְרַבִּים. (מלכים א, יב: יד).ש

14 Et suivant le conseil des jeunes gens, il s’exprima ainsi : « Mon père a fait peser le joug sur vous, moi je le rendrai encore plus lourd ; mon père vous a châtiés avec des verges, moi je vous châtierai avec des scorpions. » (I Rois 12 : 14).

Re’HaV’Am s’avère être à l’extrême opposé de l’homme idéal évoqué dans les Psaumes, où la racine quadrilatère כ.ל.כ.ל.  / K. L. K. L.  prend le sens de « préparer, arranger, mettre en ordre » :

ה  טוֹב-אִישׁ חוֹנֵן וּמַלְוֶה  יְכַלְכֵּל דְּבָרָיו בְּמִשְׁפָּט. (תהלים קיב: ה).ש

5 Bon pour les hommes, il est généreux, consent des prêts, et règle ses affaires avec équité. (Psaume 112 : 5).

 Même YaRoV’Am (Jéroboam), roi d’Israël[3], connaîtra la même issue tragique que son propre opposant politique et social Ré’HaV’Am, roi de Juda qui, sous l’influence du prêtre de Bet-El, AMaTsIaH, tentera d’expulser le prophète Amos, héraut de justice, au royaume de Juda :

ט וְנָשַׁמּוּ בָּמוֹת יִשְׂחָק וּמִקְדְּשֵׁי יִשְׂרָאֵל יֶחֱרָבוּ וְקַמְתִּי עַל-בֵּית יָרָבְעָם בֶּחָרֶב.  י וַיִּשְׁלַח אֲמַצְיָה כֹּהֵן בֵּית-אֵל אֶל-יָרָבְעָם מֶלֶךְ-יִשְׂרָאֵל לֵאמֹר קָשַׁר עָלֶיךָ עָמוֹס  בְּקֶרֶב בֵּית יִשְׂרָאֵל לֹא תוּכַל הָאָרֶץ לְהָכִיל אֶת כָּל דְּבָרָיו. יא כִּי-כֹה אָמַר עָמוֹס בַּחֶרֶב יָמוּת יָרָבְעָם; וְיִשְׂרָאֵל גָּלֹה יִגְלֶה מֵעַל אַדְמָתוֹ. (עמוס ז: ט-יא).ש

9 Ruinés seront les hauts-lieux d’Isaac, détruits les sanctuaires d’Israël, et je me dresserai contre la maison de Jéroboam avec le glaive. » 10 Alors Amatsia, prêtre de Béthel, envoya à Jéroboam, roi d’Israël, le message que voici : « Amos conspire contre toi, en pleine maison d’Israël ; ce pays n’est pas en état de supporter tous ses discours. 11 Car voici ce qu’a dit Amos : Jéroboam périra par le glaive, et Israël ira en exil, chassé de son territoire. » (Amos 7 : 9-11).

La fin tragique des deux rois de Juda (YaRoV’Am) et d’Israël (Re’HaV’Am) nous enseigne que le dirigeant porte la lourde responsabilité de gérer au mieux la distribution des biens consommables dans un esprit d’équité et de justice. L’Eternel, dans son infinie bonté, n’aspire qu’à répondre aux besoins de ses créatures :

כג  הַשְׁלֵךְ עַל-יְהוָה יְהָבְךָ וְהוּא יְכַלְכְּלֶךָ לֹא-יִתֵּן לְעוֹלָם מוֹט לַצַּדִּיק. (תהלים נה: כג).ש

23 Décharge-toi sur le Seigneur de ton fardeau, il prendra soin de toi: jamais il ne laisse vaciller le juste. (Psaume 55 : 23).

Ne l’oublions jamais ! La terre, loin de n’appartenir qu’à quelques hommes, doit être gérée par une nouvelle génération de dirigeants qui, pleinement conscients comme YoSsePh de leur responsabilité collective, sauveront la Planète Terre en subvenant aux besoins des leurs, leur rendant ainsi leur dignité perdue ! Car la Création fut, est et restera la propriété de l’Eternel :

יב  לְךָ שָׁמַיִם אַף-לְךָ אָרֶץ  תֵּבֵל וּמְלֹאָהּ אַתָּה יְסַדְתָּם. (תהילים פט: יב)ש

12 A toi le ciel ! à toi aussi la terre ! L’univers et ce qu’il renferme, c’est toi qui as tout fondé. (Psaume 89 : 12).

[1]  Parashat Vaygash: Genèse 44: 18-47: 27.

[2] Cette racineכ.לכ.ל.  / K. L. K. L.  a permis de composer en hébreu moderne  le substantif כַּלְכָּלָה  (KaLKaLaH) signifiant « Economie ».

[3] Israël est le royaume du Nord et Juda, le royaume du Sud après le schisme du royaume unifié de Salomon.

L’étude biblique vous passionne. Je vous invite à rejoindre notre Campus biblique: https://www.campusbiblique.com/

Shabbat shalom !

hebreubiblique@gmail.com

Avec toutes mes amitiés,

Haïm Ouizemann

Ce contenu a été publié dans Erets Israël, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 Responses to Parashat VaYigash, Méditation sur la parité

  1. Le prêtre Jean-jacques dit :

    leurs vêtements ne s’userent pas ni leurs pieds ne furent meurtris.
    Merci Haīm. cela m’est arrivé il y a 3ans à Hawaï. sans logis 3 mois et en prison 1 mois, mes vêtements sont restés propres et obligé de traverser un petit bois nu pieds je n’ai pas senti ni les pierres ni les épines. Merci Seigneur !
    c’est dans quel livre/ chapitre ? Merci Haīm

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.