Parashat Térouma, Méditation sur le don

Dans le cadre de la parasha Térouma[1], nous méditerons sur la racine

ר.ו.ם / R.Ou. M. signifiant « s’élever, ériger, exalter ».

L’Eternel s’adresse à Moïse :

ב דַּבֵּר אֶל-בְּנֵי יִשְׂרָאֵל וְיִקְחוּ-לִי תְּרוּמָה מֵאֵת כָּל-אִישׁ אֲשֶׁר יִדְּבֶנּוּ לִבּוֹ תִּקְחוּ אֶת-תְּרוּמָתִי. ג וְזֹאת הַתְּרוּמָה אֲשֶׁר תִּקְחוּ מֵאִתָּם זָהָב וָכֶסֶף וּנְחֹשֶׁת. (שמות כה, ב-ג). ש

2 « Parle aux enfants d’Israël afin qu’ils prennent pour moi une offrande de la part de quiconque y sera porté par son cœur, vous recevrez mon offrande. 3 Et voici l’offrande que vous recevrez d’eux : or, argent et cuivre (Exode 25 : 2- 3).

Notons que le substantif תְּרוּמָה/ « offrande » provient de cette même racine ר.ו.ם / R.Ou. M. « offrande » pourrait, donc, parfaitement se traduire par « élévation ». Mais au-delà du rapport sémantique entre la racine ר.ו.ם / R.Ou. M. et le substantif תְּרוּמָה Térouma, en quoi cette offrande renvoie-t-elle à la notion d’élévation ?

La source biblique précise clairement que l’offrande se fonde sur l’attitude volontariste des fils d’Israël :

«יִדְּבֶנּוּ לִבּוֹ» (שמות כה: ג).ש

« De tous ceux que le cœur porte à donner généreusement » (Exode 25 : 3).

L’essentiel de la grandeur du tabernacle réside dans la générosité des Hébreux et non point uniquement dans les matériaux précieux apportés par ces derniers. La racine ר.ו.ם / R.Ou. M. signifie également « prélever, retirer ». L’intention du don atteint son paroxysme lorsque le donateur est disposé à renoncer à une part de lui-même. Ainsi יְהוֹנָתָן/ YéHONaTaN, le fils du premier roi d’Israël Saül (Shaoul/ (שָׁאוּל faisant montre de noblesse d’esprit, renonce à hériter du pouvoir au profit de son ami David :

יז וַיֹּאמֶר אֵלָיו אַל-תִּירָא כִּי לֹא תִמְצָאֲךָ יַד שָׁאוּל אָבִי וְאַתָּה תִּמְלֹךְ עַל-יִשְׂרָאֵל וְאָנֹכִי אֶהְיֶה-לְּךָ לְמִשְׁנֶה וְגַם-שָׁאוּל אָבִי יֹדֵעַ כֵּן. (שמואל א, כג, יז).ש

17 Et il lui dit [Jonathan à David] : « Ne crains rien, la main de Saül, mon père, ne t’atteindra point ; tu règneras sur Israël et moi je serai ton second ; Saül, mon père, le sait bien aussi. » (I Samuel 23 : 17).

Le tabernacle, microcosme de notre monde, constitue le paradigme à la fois du renoncement et de la générosité partagée permettant à chacun de comprendre que ce sont les efforts respectifs de part et d’autre qui insufflent un souffle de vie à la matière inanimée en lui donnant du sens. Alors que la plupart des êtres pensent naturellement à recevoir, avons-nous véritablement développé le sens du don dans notre quotidien ? Non point donner en attente d’une quelconque récompense mais donner afin d’élever le monde ! Car si le don a pour faculté de révéler le divin qui est en chacun de nous, il détient surtout la suprême faculté de démontrer que toute être a besoin d’autrui pour s’édifier lui-même.

Le terme תְּרוּמָה Térouma, celui-là même utilisé en hébreu moderne, indique un don. Cela peut être un don d’argent ou un don d’organes. Il n’y a pas plus grand que celui donnant de son temps, de son argent et de sa vie à autrui. Il élève le monde en s’élevant lui-même !

Israël ne manque jamais d’intervenir toutes les fois où une catastrophe est déclarée sur la carte mondiale. L’une des plus grandes associations israéliennes, Zaka, a multiplié ses actions d’aide au prochain à travers le monde comme par exemple en Asie après le passage du terrible tsunami qui causera, en 2004, la mort de plus de 250 000 personnes. Une autre association, Latet (signifiant « donner ») a, quant à elle, pour dessein de réduire les inégalités sociales au sein de la société israélienne sans pour autant abandonner la scène internationale. Aucune action officielle d’ordre gouvernemental ne dépassera l’action volontariste d’hommes et de femmes aspirant à agir pour le bien de tous.

ב  אֲבָרְכָה אֶת-יְהוָה בְּכָל-עֵת  תָּמִיד תְּהִלָּתוֹ בְּפִי. ג  בַּיהוָה תִּתְהַלֵּל נַפְשִׁי יִשְׁמְעוּ עֲנָוִים וְיִשְׂמָחוּ. ד  גַּדְּלוּ לַיהוָה אִתִּי וּנְרוֹמְמָה שְׁמוֹ יַחְדָּו. (תהלים לד, ב-ד).ש

2 Je veux bénir l’Eternel en tout temps, constamment j’aurai ses louanges dans ma bouche. 3 Mon âme trouve sa gloire en l’Eternel : que les humbles l’entendent et se réjouissent ! 4 Exaltez le Seigneur avec moi, ensemble célébrons [élevons] son nom. (Psaume 34, 2-4).

[1] Parasha Térouma : Exode 25, 1-27, 19.

L’étude biblique vous passionne. Je vous invite à rejoindre notre Campus biblique: https://www.campusbiblique.com/

Shabbat shalom !

hebreubiblique@gmail.com

Avec toutes mes amitiés,

Haïm Ouizemann

Ce contenu a été publié dans Erets Israël, Lectures bibliques, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.