Rosh HaShana, Méditation sur la Paix

Accords d'Abraham- Photo: Wikipedia

Accords d’Abraham- Photo: Wikipedia

Washington D.C. 15 Septembre 2020. Israël et le monde entier assistent à la double signature historique d’accords de Paix entre l’Etat d’Israël, les Emirats arabes unis et le Bahreïn (Accords d’Abraham).  Or il s’avère que, par la providence du calendrier hébraïque, cette rencontre au sommet entre le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou et les deux ministres arabes des Affaires étrangères sous la tutelle de Donald Trump, Président des Etats-Unis d’Amérique, intervient la semaine même du Jour solennel de Rosh Ha-Shana, le jour du nouvel an hébraïque, au cours duquel s’effectue la lecture du chapitre extrait de la Parasha VaYera, Genèse 21 : 1 à 34.

Cet extrait rapporte qu’Avraham conclut le premier traité de Paix avec son ennemi Avimelekh.

כז וַיִּקַּח אַבְרָהָם צֹאן וּבָקָר וַיִּתֵּן לַאֲבִימֶלֶךְ וַיִּכְרְתוּ שְׁנֵיהֶם בְּרִית. (בראשית כא: כז).ש

27 Et Abraham prit du menu et du gros bétail qu’il remit à Avimélekh et ils conclurent mutuellement une alliance. (Genèse 21 : 27).

Une lecture approfondie du texte révèle qu’Avimelekh, voyant que la bénédiction de l’Eternel repose sur Avraham, prend l’initiative d’aller vers lui pour conclure une Paix durable entre eux. Ce que voyant, Avraham, disposé à mettre un terme au contentieux opposant les bergers des deux camps à propos de l’appropriation d’un puits qu’Avraham dit avoir creusé (Genèse 21 : 25-30), propose un don de sept brebis.

Qu’apprenons-nous de l’attitude d’Avraham ?

  • Le sens du partage :

La racine verbale Q. R. T/ כ.ר.ת.  signifiant « couper, trancher », mais aussi « conclure une alliance », évoque le fait qu’Avraham partage son repas avec son ennemi désireux de faire la paix, comme le prescrit la tradition, afin de démontrer à ce dernier la sincérité de son intention de Paix. Nous pouvons déduire de ce fait que la Paix ne peut se construire que sur la notion de partage et de collaboration entre états qui, loin de fonder leur puissance sur leur force armée, en viendront à établir des rapports d’intérêt constructifs. Les deux parties, ne cherchant plus à se spolier, investiront leur temps et leurs ressources humaines à résoudre les grands défis socio-économiques, sanitaires, écologiques et technologiques du monde.

  • Le sens du compromis :

Avraham, de son plein gré, au lieu d’entrer en guerre contre Avimelekh en faisant valoir son bon droit sur la propriété du puits (Genèse 21 : 30), propose généreusement d’offrir sept brebis à son ennemi en signe de réconciliation :

כח וַיַּצֵּב אַבְרָהָם אֶת-שֶׁבַע כִּבְשֹׂת הַצֹּאן לְבַדְּהֶן. כט וַיֹּאמֶר אֲבִימֶלֶךְ אֶל-אַבְרָהָם מָה הֵנָּה שֶׁבַע כְּבָשֹׂת הָאֵלֶּה אֲשֶׁר הִצַּבְתָּ לְבַדָּנָה. (בראשית כא: כח-כט).ש

28 Et Abraham ayant rangé à part sept brebis de ce bétail, 29 Avimélekh dit à Abraham : « Que signifient ces sept brebis que tu as mises à part ? » (Genèse 21 : 28-29).

Avraham surprend Avimelekh qui a le plus grand mal à comprendre la démarche du Patriarche. En effet, Avraham ne conclut la paix qu’après s’être assuré qu’il n’existe entre les parties plus aucun contentieux susceptible d’être à l’origine d’une guerre. La Paix ne vient point à l’Homme ; elle se crée, s’acquiert par le courage d’hommes et de femmes disposés à mettre leur ego de côté.

  • Le sens du futur :

Avraham s’avère être un homme de vision qui, s’efforçant de ne plus regarder le passé, construit les bases d’un futur prometteur de Paix en faveur de ses descendants :

ל וַיֹּאמֶר כִּי אֶת-שֶׁבַע כְּבָשֹׂת תִּקַּח מִיָּדִי בַּעֲבוּר תִּהְיֶה-לִּי לְעֵדָה כִּי חָפַרְתִּי אֶת-הַבְּאֵר הַזֹּאת. (בראשית כא: ל).ש

30 Il répondit : « C’est que tu dois recevoir de ma main sept brebis, comme témoignage que j’ai creusé ce puit. » (Genèse 21 : 30).

Les sept brebis seront le gage d’une Paix durable dont hériteront les descendants d’Avraham, basée, entre autres, sur l’effacement de tout contentieux possible.

  • Le sens de la bénédiction :

Le puits de Beer Sheva est généralement traduit par « le puits des Sept » (sous-entendu des sept brebis) ou « le puits du serment ». Une troisième traduction reste possible : « le puits de l’abondance ou de la satiété », la racine biblique ש.ב.ע. / S. V [B]. ‘ . signifiant également « satiété ». L’espoir d’une Paix durable et stable conduit à la fécondité des esprits et à la synergie des êtres afin d’instaurer le bonheur sur Terre.

Notons que le Premier Ministre israélien Benyamin Netanyahou, lors de son discours à Washington, s’inspirant du Patriarche Avraham, prononça les paroles suivantes :

«הֵבֵאנוּ תִּקְוָה לְכָל יַלְדֵי אַבְרָהָם»

« Nous avons apporté l’espoir à tous les enfants d’Abraham ».

יא  יְהוָה עֹז לְעַמּוֹ יִתֵּן יְהוָה יְבָרֵךְ אֶת-עַמּוֹ בַשָּׁלוֹם. (מזמור תהלים כט: יא).ש

11 Que l’Eternel donne la force à son peuple ! Que l’Eternel bénisse son peuple par la paix ! (Psaume 29 : 11).

L’étude biblique vous passionne. Je vous invite à rejoindre notre Campus biblique: https://www.campusbiblique.com/

hebreubiblique@gmail.com

Avec toutes mes amitiés,

Shabbat shalom et Shana tova,

Haïm Ouizemann

Ce contenu a été publié dans Fêtes d'Israël, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 Responses to Rosh HaShana, Méditation sur la Paix

  1. Nathalie Trotzier dit :

    Merci Haim.
    Toujours heureuse de te lire.
    Précieux.

    A bientôt

  2. Gritti dit :

    Oui très cher Haïm, ce fut une grande joie d’assister à cet événement dont à mon sens la presse frenchie ne s’est que peu manifestée. Ne doit-on pas se réjouir dès que le mot paix apparaît ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.