Parashat VéZot HaBérakha, Méditation sur le nom d’Israël

Dans le cadre de la Parashat VéZot HaBérakha[1] clôturant l’ensemble de la Tora (Pentateuque), notre méditation portera sur le nom « Israël » dont la racine שׂ.ר.י.[ה] signifie « lutter, vaincre, triompher ».

כט אַשְׁרֶיךָ יִשְׂרָאֵל מִי כָמוֹךָ עַם נוֹשַׁע בַּיהוָה מָגֵן עֶזְרֶךָ וַאֲשֶׁר-חֶרֶב גַּאֲוָתֶךָ וְיִכָּחֲשׁוּ אֹיְבֶיךָ לָךְ וְאַתָּה עַל-בָּמוֹתֵימוֹ תִדְרֹךְ. (דברים לג: כט).  ש

29 Heureux es-tu, Israël ! Qui est ton égal, peuple que protège le Seigneur ? Bouclier qui te sauve, il est aussi le glaive qui te fait triompher : tes ennemis ramperont devant toi, et toi, tu fouleras leurs hauteurs. » (Deutéronome 33 : 29).

Le nom « Israël » est octroyé à Ya’akov (Jacob) après la « victoire » de ce dernier contre le Seigneur :

כט וַיֹּאמֶר לֹא יַעֲקֹב יֵאָמֵר עוֹד שִׁמְךָ כִּי אִם-יִשְׂרָאֵל כִּי-שָׂרִיתָ עִם-אֱלֹהִים וְעִם-אֲנָשִׁים וַתּוּכָל. (בראשית לב: כט).ש

29 Il reprit : « Jacob ne sera plus désormais ton nom, mais bien Israël ; car tu as lutté contre le Seigneur et les hommes et tu as vaincu. » (Genèse 32 : 29).

Que signifie « vaincre » la puissance divine ? L’Homme peut-il triompher vraiment de l’Eternel ?  Peut-on sérieusement parler de victoire sur l’Eternel ?

Jacob soumis à l’épreuve divine est amené à lutter contre ses propres peurs intérieures, à les surmonter et à s’en délivrer. Rappelons que Jacob, dirigé par sa mère bienveillante רִבְקָה RiVKaH (Rebeccah), doit, pour vaincre son frère ennemi עֵשָׂו ESsaV (Esaü) se délivrer de cette interdépendance maternelle nuisible à sa progression spirituelle. La racine verbale שׂ.ר.י.[ה] signifiant « délivrer de… », est associée à son homonyme שׂ.ו.ר. / S. Ou. R., signifie également « scier » (I Chroniques 20 : 3), « couper ».

יא אָמַר יְהוָה אִם-לֹא שרותך (שֵׁרִיתִיךָ) לְטוֹב אִם-לוֹא הִפְגַּעְתִּי בְךָ בְּעֵת רָעָה וּבְעֵת צָרָה אֶת-הָאֹיֵב. (ירמיהו טו: יא).ש

11 L’Eternel dit : Si je ne te délivre pour le bien ! Si je ne fais venir au-devant de toi l’ennemi, au temps du malheur, et au temps de la détresse ! (Jérémie 15 : 11).

La bénédiction ne constitue en rien un don gratuit de la part de l’Eternel mais est la résultante d’immenses efforts visant à transcender les difficiles épreuves de la vie. Dans le livre de Daniel (5 : 12 ; 16), nous trouvons la racine [שׁ.ר.י.[ה./ Sh. R. I. [H] – שׁ.ר.א. / Sh. R. A. en langue araméenne qui, semblable à la racine [שׂ.ר.י. [ה – la consonne Shin שׁ mise à la place du Sin  שׂsignifie « trouver une solution, résoudre un problème ». Qui mieux qu’Israël est capable de vaincre le déterminisme, le fatalisme et l’iniquité des hommes ?

Alors que l’Eternel est généralement glorifié par son peuple Israël, l’Eternel, par la voix de son fidèle serviteur Moïse, glorifie son peuple :

יח מִי-אֵל כָּמוֹךָ נֹשֵׂא עָוֺן וְעֹבֵר עַל-פֶּשַׁע לִשְׁאֵרִית נַחֲלָתוֹ:  לֹא-הֶחֱזִיק לָעַד אַפּוֹ  כִּי-חָפֵץ חֶסֶד הוּא. (מיכה ז: יח).ש

18 Quel dieu t’égale [Seigneur], toi qui pardonnes les iniquités, qui fais grâce aux offenses, commises par le reste de ton héritage ? Toi qui ne gardes pas à jamais ta colère, parce que tu te complais dans la bienveillance ? (Michée 7 : 18).

כט אַשְׁרֶיךָ יִשְׂרָאֵל מִי כָמוֹךָ עַם נוֹשַׁע בַּיהוָה … (דברים לג: כט).ש

29 Heureux es-tu, Israël ! Qui est ton égal, peuple que protège le Seigneur ? … (Deutéronome 33 : 29).

La victoire n’est jamais sur les autres mais avant tout sur soi-même.

C’est la raison pour laquelle, l’on peut le supposer, le livre DéVaRiM (Deutéronome) s’achève par le nom du peuple d’Israël :

יב וּלְכֹל הַיָּד הַחֲזָקָה וּלְכֹל הַמּוֹרָא הַגָּדוֹל אֲשֶׁר עָשָׂה מֹשֶׁה לְעֵינֵי כָּל-יִשְׂרָאֵל. (דברים לד: יב).  ש

12 ainsi qu’à cette main puissante, et à toutes ces imposantes merveilles, que Moïse accomplit aux yeux de tout Israël. (Deutéronome 34 : 12).

 

[1] Parashat VeZoT HaBeRaKha : Deutéronome 33 :-34 : 12.

L’étude biblique vous passionne. Je vous invite à rejoindre notre Campus biblique: https://www.campusbiblique.com/

hebreubiblique@gmail.com

Avec toutes mes amitiés,

Shabbat shalom!

Haïm Ouizemann

Ce contenu a été publié dans Lectures bibliques, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.