Pessah, l’épreuve de l’esclavage

La fête de Pessah marque la naissance du peuple d’Israël. Cette naissance émerge dès lors que les Beney Israël, les fils d’Israël prennent conscience de leur origine. Dispersés en Egypte après la mort de Joseph et menacés d’assimilation par la civilisation égyptienne, ils vont, par leur condition d’esclaves, revenir progressivement à la source de leur identité première.

L’Egypte pharaonique, la Maison des esclaves, est aussi un « creuset de fer » :

כ וְאֶתְכֶם לָקַח יְהוָה וַיּוֹצִא אֶתְכֶם מִכּוּר הַבַּרְזֶל מִמִּצְרָיִם לִהְיוֹת לוֹ לְעַם נַחֲלָה כַּיּוֹם הַזֶּה. (דברים ד: כ).ש

20 Mais vous, l’Éternel vous a pris, il vous a arrachés de ce creuset de fer, l’Egypte, pour que vous fussiez un peuple lui appartenant, comme vous l’êtes aujourd’hui. (Deutéronome 4 : 20).

Le creuset a pour fonction de purifier la roche de sa gangue afin de transformer, après affinement, le précieux matériau extrait en un bloc uni.

L’Egypte devient le laboratoire où est éprouvé Israël, appelé à devenir un modèle social pour l’Humanité :

ג  מַצְרֵף לַכֶּסֶף וְכוּר לַזָּהָב וּבֹחֵן לִבּוֹת יְהוָה. (משלי יז: ג).ש

3 L’éprouvette pour l’argent, le creuset pour l’or ; quant aux cœurs, c’est l’Eternel qui les éprouve. (Proverbes 17 : 3).

Cette épreuve difficile et cruelle permet de créer un souvenir collectif singulier qui, traversant les époques (Exode 12 : 14), rayonnera sur les nations du monde entier.

Le pasteur Martin Luther King, s’inspirant probablement de la condition des Hébreux en Egypte, déclare dans son célèbre discours « I Have a Dream » (« J’ai un rêve ») :

« Je n’ignore pas que certains d’entre vous ont été conduits ici par un excès d’épreuves et de tribulations. D’aucuns sortent à peine d’étroites cellules de prison. D’autres viennent de régions où leur quête de liberté leur a valu d’être battus par les orages de la persécution et secoués par les bourrasques de la brutalité policière. Vous avez été les héros de la souffrance créatrice. Continuez à travailler avec la certitude que la souffrance imméritée vous sera rédemptrice. ».

Toutes les fois que les vagues des pogroms et les camps de la mort l’ont atteint, au risque de l’anéantir à tout jamais, Israël s’est toujours référé à l’épreuve du creuset de l’Egypte qui, paradoxalement, s’est transformée en source d’espoir. Ainsi, après les fours crématoires d’Auschwitz, les hommes, les femmes et les enfants d’Israël ont ressuscité, à la grande stupeur des nations :

יג וִידַעְתֶּם כִּי-אֲנִי יְהוָה בְּפִתְחִי אֶת קִבְרוֹתֵיכֶם וּבְהַעֲלוֹתִי אֶתְכֶם מִקִּבְרוֹתֵיכֶם עַמִּי. יד וְנָתַתִּי רוּחִי בָכֶם וִחְיִיתֶם וְהִנַּחְתִּי אֶתְכֶם עַל-אַדְמַתְכֶם וִידַעְתֶּם כִּי-אֲנִי יְהוָה, דִּבַּרְתִּי וְעָשִׂיתִי נְאֻם-יְהוָה. (יחזקאל לז: יג-יד).ש

13 Et vous reconnaîtrez que je suis l’Eternel, quand j’aurai ouvert vos tombeaux et quand je vous aurai fait remonter de vos tombeaux, ô mon peuple ! 14 Et Je mettrai mon esprit en vous et vous serez vivifiés, et je vous assoirai sur votre sol, et vous reconnaîtrez que je suis l’Eternel, qui ai parlé et qui exécute, dit l’Eternel. » (Ezéchiel 37 : 13-14).

La souffrance en Egypte s’avère fondatrice de l’identité d’Israël en tant que peuple en devenir. Ni la mort des nouveau-nés au moment de leur naissance, ni le feu de l’esclavage ne vaincront Israël :

ב כִּי-תַעֲבֹר בַּמַּיִם אִתְּךָ-אָנִי וּבַנְּהָרוֹת לֹא יִשְׁטְפוּךָ כִּי-תֵלֵךְ בְּמוֹ-אֵשׁ לֹא תִכָּוֶה וְלֶהָבָה לֹא תִבְעַר-בָּךְ. (ישעיהו מג: ב).ש

2 Quand tu passeras par les eaux, je serai avec toi ; par les torrents, ils ne te submergeront pas ; quand tu marcheras à travers le feu, tu ne seras pas brûlé ; à travers la flamme, elle n’aura point prise sur toi. (Isaïe 43 : 2).

L’Histoire de l’esclavage en Egypte, paradigme de toutes les humiliations d’Israël, peut se résumer à la vision du buisson ardent qui, brûlant des flammes incandescentes, ne se consume point.

ב וַיֵּרָא מַלְאַךְ יְהוָה אֵלָיו בְּלַבַּת-אֵשׁ מִתּוֹךְ הַסְּנֶה וַיַּרְא וְהִנֵּה הַסְּנֶה בֹּעֵר בָּאֵשׁ וְהַסְּנֶה אֵינֶנּוּ אֻכָּל. (שמות ג: ב).ש

2 Et un ange du Seigneur lui apparut dans un jet de flamme au milieu d’un buisson. Il remarqua que le buisson était en feu et cependant ne se consumait point. (Exode 3 : 2).

L’étude biblique vous passionne. Je vous invite à rejoindre notre Campus biblique: https://www.campusbiblique.com/

hebreubiblique@gmail.com

Avec toutes mes amitiés,

Hag Pessah Sameah!

Haïm Ouizemann

Ce contenu a été publié dans Fêtes d'Israël, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.