Parashat Emor, le Shabbat, une révolution du Temps

« Le « sabbat » a donc été interprété de manière suggestive comme un élément déterminant dans la sorte d' »architecture sacrée » du temps qui caractérise la révélation biblique. Il est là pour rappeler que le cosmos et l’histoire appartiennent à Dieu, et que l’homme ne peut se consacrer à son œuvre de collaborateur du Créateur dans le monde sans prendre constamment conscience de cette vérité. » (Pape Jean Paul II, Dies Domini, 1998).

En quoi le Jour du Shabbat[1] se distingue-t-il des autres jours de la semaine ?

ג שֵׁשֶׁת יָמִים תֵּעָשֶׂה מְלָאכָה וּבַיּוֹם הַשְּׁבִיעִי שַׁבַּת שַׁבָּתוֹן מִקְרָא-קֹדֶשׁ כָּל-מְלָאכָה לֹא תַעֲשׂוּ שַׁבָּת הִוא לַיהוָה בְּכֹל מוֹשְׁבֹתֵיכֶם. (ויקרא כג: ג).ש

3 pendant six jours le labeur sera accompli, mais le septième jour il y aura cessation, cessation complète pour une sainte convocation : vous ne ferez aucun travail. Ce sera le Shabbat de l’Éternel, dans toutes vos habitations. (Lévitique 23 : 3).

 Au-delà de la dimension religieuse, le Shabbat revêt une dimension éthique, sociale et spirituelle. Sa spécificité comme Jour de retrait réside dans le fait qu’il éveille l’Homme à méditer sur sa place et sa vocation au sein de l’univers.

L’homme réfléchit sur sa condition d’être créé libre :

יז בֵּינִי, וּבֵין בְּנֵי יִשְׂרָאֵל אוֹת הִוא, לְעֹלָם כִּי-שֵׁשֶׁת יָמִים עָשָׂה יְהוָה אֶת-הַשָּׁמַיִם וְאֶת-הָאָרֶץ וּבַיּוֹם הַשְּׁבִיעִי שָׁבַת וַיִּנָּפַשׁ.  (שמות לא: יז).ש

17 Entre moi et les enfants d’Israël c’est un signe perpétuel, attestant qu’en six jours, l’Éternel a fait les cieux et la terre, et que, le septième jour, il a mis fin à l’œuvre et s’est reposé. » (Exode 31 : 17).

Le verbe וַיִּנָּפַשׁ/ VaYiNaPhaSh, composé de la racine נ.פ.שׁ.   / N. Ph. SH exprime le repos aussi bien du corps que de l’âme. La rapidité des moyens de communication supposant une réponse immédiate aux défis journaliers et le stress incessant engendré par la pression quotidienne sont régulés par l’arrêt total de toute activité. Au Jour du Shabbat, nous fermons nos ordinateurs et tirons le rideau de nos magasins et nos bureaux pour nous consacrer aux nôtres et à nos plus proches afin de recouvrer la sérénité intérieure nécessaire à l’écoute de l’autre.

Puis l’influence du Shabbat s’étend à l’ensemble de la cellule familiale pour atteindre les serviteurs ainsi que les animaux :

יג וְיוֹם, הַשְּׁבִיעִי שַׁבָּת לַיהוָה אֱלֹהֶיךָ לֹא תַעֲשֶׂה כָל-מְלָאכָה אַתָּה וּבִנְךָ-וּבִתֶּךָ וְעַבְדְּךָ-וַאֲמָתֶךָ וְשׁוֹרְךָ וַחֲמֹרְךָ וְכָל-בְּהֶמְתֶּךָ וְגֵרְךָ אֲשֶׁר בִּשְׁעָרֶיךָ לְמַעַן יָנוּחַ עַבְדְּךָ וַאֲמָתְךָ כָּמוֹךָ. (דברים ה: יג).ש

13 mais le septième jour est la trêve de l’Éternel, ton Seigneur : tu n’y feras aucun travail, toi, ton fils ni ta fille, ton serviteur, ni ta servante, ton bœuf, ton âne, ni tes autres bêtes, non plus que l’étranger qui est dans tes murs ; car ton serviteur et ta servante doivent se reposer comme toi. (Deutéronome 5 : 13).

 Toutes et tous deviennent égaux face au temps du Shabbat !

Le Shabbat vise donc à rétablir l’harmonie entre nous-mêmes, nos proches, notre environnement social et le monde, la Nature.

Seul l’Homme est capable de réfréner sa puissance de domination sur la Terre. Alors même que la fourmi ne cesse d’amasser les grains de blé pour sa subsistance, que l’oiseau ne cesse de recueillir des brindilles pour l’édification de son nid et que les poissons poursuivent de jour comme de nuit leur course maritime, l’Homme décide, en respectant le repos du Shabbat, de briser le cycle infini de la course du Temps. Ce n’est plus le Temps qui domine l’Homme mais l’Homme qui domine le Temps !

Pourquoi devrions-nous créer un jour annuel particulier consacré à la Terre et à sa préservation ? Le Shabbat de la Création, en prohibant toute forme d’acquisition de produits de consommation, source de vive concurrence, et en enjoignant de ne pas circuler en véhicules motorisés, vise à remédier aux plaies de notre si merveilleuse Planète Terre en stoppant toute forme d’émission de gaz toxiques rejetés dans l’atmosphère ainsi que toute autre forme d’exploitation intensive des matières premières tirées de la Terre.

Pouvons-nous imaginer un Shabbat mondial s’étendant à toutes les Nations ?

En effet, le Shabbat, septième jour, entre dans le cadre de la Création de la Terre et de tout ce qu’elle contient. Il n’est donc en aucune manière réservé exclusivement au peuple hébreu, juif, et à sa Tradition, car donné déjà au Premier Homme, ancêtre de toute l’Humanité. C’est pourquoi l’on peut constater que de nombreux Chrétiens évangéliques pratiquent à ce jour le Shabbat, à l’instar des Adventistes du Septième Jour ou des Baptistes du Septième Jour.

L’esprit du Shabbat a d’une certaine manière pénétré le monde occidental. Il semble probable, même si aucune source ne l’affirme expressément, que l’idée révolutionnaire de congés payés instaurés en 1936, par le Front populaire alors dirigé par le président du conseil Léon Blum, prenne sa source dans le Jour du Shabbat. Le principe des congés payés passe progressivement, en France, de deux semaines à trois semaines puis à quatre semaines en 1965 grâce au secrétaire général de Force Ouvrière, André Bergeron et enfin à cinq semaines en vertu des « Lois Auroux », en 1982, sous la présidence de François Mitterrand. La durée de travail hebdomadaire, grâce à ces mêmes lois, passe de 39 heures à 35 heures. A cette révolution culturelle et sociale s’ajoute celle d’allocations de retraite faisant également écho à l’esprit de retraite propre au Shabbat.

Le Shabbat appelle à la Liberté de tous les êtres.

Paradoxalement, toutefois, alors même que nous devrions jouir de plus de temps libre grâce à la généralisation de la robotisation des tâches, la numérisation totale de l’information et la vitesse de transmission de l’information, l’homme moderne avoue ne plus trouver de temps ni pour lui-même, ni pour les siens. Le Shabbat vient réparer ce paradoxe.

Le Pape François déclare en 2018 : « Ce que les Juifs ont suivi et observent toujours, c’est de considérer le sabbat comme saint… Samedi, vous vous reposez. Un jour de la semaine. Par gratitude, adorer Dieu, passer du temps avec la famille, jouer, faire toutes ces choses. Nous ne sommes pas des machines ».

Le monde a besoin du Shabbat!

Rabbi Lord Jonathan Sacks enseigne :

« Le sabbat n’est pas simplement un jour de repos. C’est une anticipation de « la fin de l’histoire », l’âge messianique. Sur elle, on retrouve les harmonies perdues du jardin d’Eden. Nous ne nous efforçons pas de faire ; nous nous contentons d’être. Nous ne sommes pas autorisés à manipuler le monde ; au lieu de cela, nous le célébrons comme l’œuvre d’art suprême de Dieu. Nous ne sommes pas autorisés à exercer un pouvoir ou une domination sur d’autres êtres humains, ni même sur les animaux domestiques. Les riches et les pauvres habitent le sabbat de la même manière, avec une dignité et une liberté égales. » (« The Sabbat: First Day Or Last » – Ki Tissa 5777).

Shabbat Shalom à Israël ! Shabbat Shalom au monde entier !

 

[1]Parashat Emor : Lévitique 21 : 1-24 : 23.

L’étude biblique vous passionne. Je vous invite à rejoindre notre Campus biblique: https://www.campusbiblique.com/

hebreubiblique@gmail.com

Avec toutes mes amitiés,

Shabbat shalom!

Haïm Ouizemann

Ce contenu a été publié dans Erets Israël, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.