Haftarat Térouma, Salomon ou le syndrome du pouvoir

Pyramide du Louvre – Paris

« Certains auront de beaux monuments grâce auxquels les vivants pourront se souvenir du mal qui leur a été fait » (Kazuo Ishiguro, Prix Nobel de Littérature. 2017, Le géant enfoui (2015)

Si certes, les textes de la parashat Térouma [1] et de sa haftarah[2] relatent l’édification de la Maison du Seigneur, respectivement la Tente du Rendez-Vous et le Temple, ils n’en sont pas moins très différents. La parashat Térouma mentionne le programme[3] qui conduira à la construction d’un habitacle sobre, démontable et fabriqué principalement à partir de bois d’acacias. Quant au Temple édifié par le roi Salomon, il s’agit d’un monument immense (I Rois 6), inamovible, qui, par ses riches décorations et ses matériaux nobles, force l’admiration de tous les rois du Croissant fertile.

La conclusion de la haftarah semble, de prime abord, identique à celle de la parashat Térouma:

ח וְעָשׂוּ לִי מִקְדָּשׁ וְשָׁכַנְתִּי בְּתוֹכָם. (שמות כה: ח)

8 Et ils me construiront un sanctuaire, et je résiderai au milieu d’eux (Exode 25 : 8).

יב הַבַּיִת הַזֶּה אֲשֶׁר-אַתָּה בֹנֶה אִם-תֵּלֵךְ בְּחֻקֹּתַי וְאֶת-מִשְׁפָּטַי תַּעֲשֶׂה וְשָׁמַרְתָּ אֶת-כָּל-מִצְוֺתַי לָלֶכֶת בָּהֶם וַהֲקִמֹתִי אֶת-דְּבָרִי אִתָּךְ אֲשֶׁר דִּבַּרְתִּי אֶל-דָּוִד אָבִיךָ. יג וְשָׁכַנְתִּי בְּתוֹךְ בְּנֵי יִשְׂרָאֵל וְלֹא אֶעֱזֹב אֶת-עַמִּי יִשְׂרָאֵל. (מלכים א, ו: יב-יג).

12 « Cette maison que tu édifies, si tu te conformes à mes lois, si tu obéis à mes statuts, si tu as soin de garder et de suivre tous mes commandements ; alors j’accomplirai en ta faveur la promesse que j’ai faite à David, ton père ; 13 Et Je résiderai au milieu des enfants d’Israël, et je n’abandonnerai point Israël, mon peuple. » (I Rois 6 : 12-13).

Il apparaît, toutefois, que si la Présence divine (Chekhinah) s’avère être une évidence dans la parashat Térouma, la haftarat Térouma conditionne la révélation divine dans le Temple à l’obéissance de Salomon aux injonctions de l’Eternel. Comment pouvons-nous expliquer cette nuance entre les deux textes ? Pourquoi l’Eternel lance-t-il un tel avertissement au roi Salomon dont il est dit au premier verset de la haftarah qu’il était « doué de sagesse » (I Rois 5 : 26) ?

Trois grandes raisons peuvent être avancées.

La première est relative à la conduite morale de Salomon quant à sa manière de conduire les travaux du Temple, la deuxième au désir effréné de voir essentiellement la dimension technique et esthétique du Temple et la troisième raison à la menace toujours possible d’un culte de la personnalité dont pourrait jouir Salomon au détriment des fils d’Israël.

En premier lieu, l’Eternel met en garde Salomon de ne point copier l’Egypte, paradigme de l’esclavage. Cette mise en garde fait suite à la conduite immorale de Salomon, qui, loin de suivre l’exemple divin (Exode 20 : 1), n’hésite point à asseoir son prestige sur la grandeur et la beauté du Temple, au grand dam de sa propre population :

כח וַיִּשְׁלָחֵם לְבָנוֹנָה עֲשֶׂרֶת אֲלָפִים בַּחֹדֶשׁ חֲלִיפוֹת חֹדֶשׁ יִהְיוּ בַלְּבָנוֹן שְׁנַיִם חֳדָשִׁים בְּבֵיתוֹ וַאֲדֹנִירָם עַל-הַמַּסכט וַיְהִי לִשְׁלֹמֹה שִׁבְעִים אֶלֶף נֹשֵׂא סַבָּל וּשְׁמֹנִים אֶלֶף חֹצֵב בָּהָר. ל לְבַד מִשָּׂרֵי הַנִּצָּבִים לִשְׁלֹמֹה אֲשֶׁר עַל-הַמְּלָאכָה שְׁלֹשֶׁת אֲלָפִים וּשְׁלֹשׁ מֵאוֹת הָרֹדִים בָּעָם הָעֹשִׂים בַּמְּלָאכָה. (מלכים א, ה: כח-ל)

28 Et il (Salomon) les envoya au Liban, dix mille hommes par mois à tour de rôle ; ils passaient un mois au Liban et deux mois dans leurs foyers ; et Adoniram dirigeait la levée des hommes. 29 Salomon employa soixante-dix mille hommes pour porter les fardeaux, et quatre-vingt mille pour extraire les pierres de la montagne, 30 indépendamment des inspecteurs préposés par Salomon aux travaux, trois mille trois cents hommes, tyrannisaient le peuple qui exécutait les travaux » (I Rois 5 : 28- 30).

Trois termes témoignant de la politique de Salomon doivent retenir notre attention : « מַּס/ MaSs, tribut d’hommes livrés aux travaux forcés », « נֹשֵׂא סַבָּל/ NoSseH SaBaL, hommes chargés de souffrance/fardeaux » et « הָרֹדִים, HaRoDiM , les intendants » qui tyrannisent les hommes soumis à la servitude.

Est-ce là l’attitude que l’on attendrait du roi, le plus sages de tous, Salomon ?! Est-il vraiment possible de construire le Temple de Jérusalem, le Lieu de la Résidence divine et de la Paix universelle, au prix de l’humiliation de l’esclavage subi sous la contrainte par des milliers d’hommes d’Israël, esclavage qui rappelle celui d’Egypte ?

ט וְעַתָּה הִנֵּה צַעֲקַת בְּנֵי-יִשְׂרָאֵל בָּאָה אֵלָי וְגַם-רָאִיתִי אֶת-הַלַּחַץ אֲשֶׁר מִצְרַיִם לֹחֲצִים אֹתָם. (שמות ג: ט)

9 Et maintenant, la plainte des enfants d’Israël est venue jusqu’à moi ; oui, j’ai vu la tyrannie dont les Égyptiens les accablent. (Exode 3 : 9).

En second lieu, alors que la parashat Térouma place le volontarisme, la volonté du cœur, donc le sentiment et la nécessité intérieure d’élever la Tente du Rendez-Vous sur la base du don gratuit, la haftarah ne s’attache quasiment qu’à décrire la puissance technique développée par Salomon ainsi que l’esthétique du Temple dont témoignent entre autres l’importation de bois de cèdre, symbole d’orgueil :

ב דַּבֵּר אֶל-בְּנֵי יִשְׂרָאֵל וְיִקְחוּ-לִי תְּרוּמָה מֵאֵת כָּל-אִישׁ אֲשֶׁר יִדְּבֶנּוּ לִבּוֹ תִּקְחוּ אֶת-תְּרוּמָתִי. (שמות כה: ב)

2 « Parle aux enfants d’Israël et ils me prépareront une offrande, de la part de quiconque y sera porté par son cœur, vous prendrez mon offrande. (Exode 25 : 2).

En troisième lieu, l’Eternel met en garde Salomon contre la menace toujours présente du culte de la personnalité. Le spectre du culte de la personnalité constitue la menace principale de tout dirigeant détenant les rênes du pouvoir, de surcroît en tant de Paix. En effet, alors que les premiers verbes de la parashat Térouma sont conjugués au pluriel, témoignant ainsi de l’effort collectif d’Israël dans le but de construire la Tente du Rendez-Vous, la haftarah Térouma ne cite que le roi Salomon, responsable unique de la construction du Temple :

ח וְעָשׂוּ לִי מִקְדָּשׁ וְשָׁכַנְתִּי בְּתוֹכָם. (שמות כה: ח)

8 Et ils me construiront un sanctuaire, et je résiderai au milieu d’eux (Exode 25 : 8).

ב וְהַבַּיִת אֲשֶׁר בָּנָה הַמֶּלֶךְ שְׁלֹמֹה לַיהוָה שִׁשִּׁים-אַמָּה אָרְכּוֹ וְעֶשְׂרִים רָחְבּוֹ וּשְׁלֹשִׁים אַמָּה קוֹמָתוֹ. (שמות ו:ב)

2 Et l’édifice que le roi Salomon bâtit à l’Eternel avait soixante coudées de long, vingt de large et trente de hauteur. (I Rois 6 : 2).

Salomon, malgré son enthousiasme sincère à servir l’Eternel, introduit dès l’édification du Temple les germes de la destruction d’Israël. L’inégalité sociale, la recherche de l’esthétique au détriment de l’éthique, le culte de la personnalité conduiront au schisme du royaume de Salomon et à la victoire de Nabuchodonosor. La fracture sociale entamée par le roi Salomon trouve son aboutissement tragique avec la révolte de Jéroboam qui, s’opposant à Roboam, établira le royaume du nord (royaume d’Israël). La fin du royaume unifié de Salomon annonce le début de l’exil, la mort et la perte de l’indépendance tant politique que spirituelle d’Israël.

Les prophètes rappellent que l’Eternel ne recherche que le cœur des hommes et non point les monuments généralement dédiés à la gloire de grands personnages. Combien d’hommes ont perdu la vie pour construire les grandes cathédrales qui font encore la gloire de l’Europe ? La plus célèbre d’entre elle, la Cathédrale de Paris, l’un des symboles les plus emblématiques de France, dont la construction débuta en 1163 sous l’initiative de Maurice de Sully et s’acheva en 1345, doit aussi son existence à la levée d’impôts sur les récoltes et d’hommes de corvée qui y perdront la vie. De nombreux hommes politiques ont rêvé d’inscrire leur nom dans l’Histoire en laissant de grands monuments. L’un d’eux n’est autre que Hérode Ier le Grand, considéré comme l’un des plus grands bâtisseurs de son temps. Il est celui qui reconstruit le Temple de Jérusalem et le port de Césarée. En France, Louis XIV, s’inspirant du faste et de la beauté du château de Vaux-le-Vicomte, initie la construction du château de Versailles qui dure vingt ans. La grandeur du royaume doit, selon le roi de France, se mesurer à l’ampleur de ses édifices. Le président de la République française François Mitterrand initie et coordonne personnellement, entre autres, le projet de la Pyramide du Louvre. Ce projet demeure l’œuvre majeure marquant de la présidence de François Mitterrand. La grandeur de l’Egypte ne quitte plus la France depuis Champollion.

Pour Israël, la grandeur d’une nation ne se mesure point à ses monuments mais à ses valeurs de justice et de compassion. Le terme תְּרוּמָה Terouma signifie à la fois « don » et « élévation » (ר.וּ.מ. R.Ou.M., « élever »). Elever le monde, le réparer n’est possible que si l’on développe le sens du partage de soi ! Le jeune et célèbre américain Sam Bankman-Fried, rendu milliardaire grâce à son investissement dans la crypto-monnaie, est l’un des plus grands philanthropes de la Planète. La vision de Sam Bankman-Fried, fondée sur la philosophie utilitariste du théoricien Jeremy Bentham (1748 – 1832), est celle de l’altruisme et de la simplicité visant à maximiser le bien dans la société. Il explique vouloir gagner de l’argent pour le reverser à des actions caritatives comme la protection du climat, des animaux, la lutte contre les épidémies et bien d’autres causes encore.

Rappelons toutefois que Salomon détient le mérite d’avoir fait construire le Temple bien avant son propre palais (I Rois 7 : 1).

כב כֹּה אָמַר יְהוָה אַל-יִתְהַלֵּל חָכָם בְּחָכְמָתוֹ וְאַל-יִתְהַלֵּל הַגִּבּוֹר בִּגְבוּרָתוֹ אַל-יִתְהַלֵּל עָשִׁיר בְּעָשְׁרוֹ. כג כִּי אִם-בְּזֹאת יִתְהַלֵּל הַמִּתְהַלֵּל הַשְׂכֵּל וְיָדֹעַ אוֹתִי כִּי אֲנִי יְהוָה עֹשֶׂה חֶסֶד מִשְׁפָּט וּצְדָקָה בָּאָרֶץ כִּי-בְאֵלֶּה חָפַצְתִּי נְאֻם-יְהוָה. (ירמיהו ט: כב-כג)

22 Ainsi parle l’Eternel : « Que le sage ne se glorifie pas de sa sagesse, que le vaillant ne se glorifie pas de sa vaillance, que le riche ne se glorifie pas de sa richesse ! 23 Que celui qui se glorifie se glorifie uniquement de ceci : d’être assez intelligent pour me comprendre et savoir que je suis l’Eternel, exerçant la bonté, le droit et la justice sur la terre, que ce sont ces choses-là auxquelles je prends plaisir », dit l’Eternel (Jérémie 9 : 22-23).

[1] Parashah Térouma: Exode 25 : 1-27 : 19.

[2] Haftarat Térouma: I Rois 5 : 26-6 : 13.

[3]  La construction du Tabernacle est décrite à la parashah VaYakhel.

Shabbat shalom !

hebreubiblique@gmail.com

Avec toutes mes amitiés,

Haïm Ouizemann

Ce contenu a été publié dans Erets Israël, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.