Haftarat Tsav, Jérémie ou l’Alliance de Justice

 

« On a déclaré qu’il fallait d’abord la justice et que, pour la liberté, on verrait après : comme si des esclaves ne pouvaient jamais espérer obtenir la justice » (Albert Camus)

La haftarat Tsav[1] extraite du livre de Jérémie vient compléter la haftarah précédente, la haftarat Vayikra (Isaïe 43 : 21-44 : 23) révélant la vocation suprême et sublime d’Israël de sanctifier le Nom ineffable de l’Eternel en étant à la fois le témoin et le fidèle serviteur de l’Eternel. Marchant sur les traces du prophète Isaïe, le prophète Jérémie déclare haut et fort la supériorité de la Justice et de la Mansuétude sur le culte des sacrifices qu’il dénonce explicitement :

כא כֹּה אָמַר יְהוָה צְבָאוֹת אֱלֹהֵי יִשְׂרָאֵל עֹלוֹתֵיכֶם סְפוּ עַל-זִבְחֵיכֶם וְאִכְלוּ בָשָׂר. כב כִּי לֹא-דִבַּרְתִּי אֶת-אֲבוֹתֵיכֶם וְלֹא צִוִּיתִים בְּיוֹם הוציא (הוֹצִיאִי) אוֹתָם מֵאֶרֶץ מִצְרָיִם עַל-דִּבְרֵי עוֹלָה וָזָבַח. (ירמיהו ז: כא-כב)

21 Ainsi parle l’Eternel-des Armées, Seigneur d’Israël : « Joignez vos holocaustes à vos autres sacrifices et mangez-en la chair. 22 Car je n’ai rien dit, rien ordonné à vos ancêtres, le jour où je les ai fait sortir du pays d’Egypte, en fait d’holocauste ni de sacrifice. (Jérémie 7 : 21-22).

L’on ne peut comprendre ce passage qu’à la lueur des propos de Jérémie évoqués au tout début du chapitre 7 :

ג כֹּה-אָמַר יְהוָה צְבָאוֹת אֱלֹהֵי יִשְׂרָאֵל הֵיטִיבוּ דַרְכֵיכֶם וּמַעַלְלֵיכֶם וַאֲשַׁכְּנָה אֶתְכֶם בַּמָּקוֹם הַזֶּה. ד אַל-תִּבְטְחוּ לָכֶם אֶל-דִּבְרֵי הַשֶּׁקֶר לֵאמֹר הֵיכַל יְהוָה הֵיכַל יְהוָה הֵיכַל יְהוָה הֵמָּה. (ירמיהו ז: ג-ד)

3 Ainsi parle l’Eternel-des Armées, le Seigneur d’Israël : Amendez vos voies et vos œuvres, et je vous laisserai résider en ce lieu. 4 Ne vous fiez pas à cette formule trompeuse : « C’est ici le sanctuaire de l’Eternel, le sanctuaire de l’Eternel, le sanctuaire de l’Eternel ! » (Jérémie 7 : 3-4).

L’Eternel, par la voix de son prophète Jérémie, déclare que le Temple, le Lieu par excellence où sont offerts les sacrifices, ne garantit point nécessairement la pérennité de la Nation d’Israël. Jérémie fonde sa remontrance sur l’histoire tragique du Tabernacle à Shilo. Après une première défaite d’Israël face aux troupes armées philistines, en raison des fautes d’ordre moral du Grand-Prêtre Héli et de ses deux fils ‘Hofni et Pin’has, les Sages d’Israël en concluent que la Présence de l’Eternel doit être au sein de leur camp :

ג …לָמָּה נְגָפָנוּ יְהוָה הַיּוֹם לִפְנֵי פְלִשְׁתִּים נִקְחָה אֵלֵינוּ מִשִּׁלֹה אֶת-אֲרוֹן בְּרִית יְהוָה וְיָבֹא בְקִרְבֵּנוּ וְיֹשִׁעֵנוּ מִכַּף אֹיְבֵינוּ. (שמואל א ד: ג)

3 … « D’où vient que l’Eternel nous a laissé battre aujourd’hui par les Philistins ? Faisons venir ici, de Silo, l’arche d’alliance de l’Eternel, afin qu’elle soit au milieu de nous et nous assiste contre nos ennemis. » (I Samuel 4 : 3).

Les fils d’Israël apprennent, alors, à la mort de Héli, de ses fils et de la prise de l’Arche d’Alliance que celle-ci ne détient aucune propriété magique, comme peuvent le croire leurs adversaires païens. La force d’Israël réside essentiellement dans sa Justice et sa faculté de compatir à l’égard d’autrui :

ה כִּי אִם-הֵיטֵיב תֵּיטִיבוּ אֶת-דַּרְכֵיכֶם וְאֶת-מַעַלְלֵיכֶם אִם-עָשׂוֹ תַעֲשׂוּ מִשְׁפָּט בֵּין אִישׁ וּבֵין רֵעֵהוּ. ו גֵּר יָתוֹם וְאַלְמָנָה לֹא תַעֲשֹׁקוּ וְדָם נָקִי אַל-תִּשְׁפְּכוּ בַּמָּקוֹם הַזֶּה וְאַחֲרֵי אֱלֹהִים אֲחֵרִים לֹא תֵלְכוּ לְרַע לָכֶם. ז וְשִׁכַּנְתִּי אֶתְכֶם בַּמָּקוֹם הַזֶּה בָּאָרֶץ אֲשֶׁר נָתַתִּי לַאֲבוֹתֵיכֶם לְמִן-עוֹלָם וְעַד-עוֹלָם. (ירמיהו ז: ה-ז)

5 Car si vous corrigez sérieusement vos voies et vos œuvres, si vous pratiquez la Justice dans vos relations réciproques ; 6 si vous vous abstenez d’opprimer l’étranger, l’orphelin et la veuve, de répandre du sang innocent en ce lieu, et de suivre des dieux étrangers, pour votre malheur, 7 [alors seulement] je vous laisserai résider ici, dans le pays que j’ai donné à vos ancêtres, de siècle en siècle. (Jérémie 7 : 5-7).

Au mont Sinaï, lors du Don des Dix Paroles, l’Eternel n’a jamais posé comme condition de son Alliance avec Son peuple les sacrifices animaux ou végétaux, car ces sacrifices n’ont de raison d’être que parce que le peuple de l’Eternel, le peuple hébreu, a demandé à passer par un intermédiaire (ici : le sacrifice) pour entrer en relation avec l’Eternel (Exode 20 : 14-15). À la Sortie d’Egypte, l’Eternel requiert principalement des Hébreux qu’ils écoutent, obéissent et comprennent Sa voix, autrement dit Sa Volonté, comme Il l’avait requis des Patriarches (Abraham : Genèse 26 : 5 ; Isaac : Genèse 26 : 24 ; Jacob : Genèse 28 : 14-15) et du Premier Homme (Genèse 2 : 16-17). La récurrence de la racine verbale « ש.מ.ע. / Sh. M. ‘Ayn » mentionnée huit fois au chapitre 7 révèle l’impératif non point du rituel sacrificiel mais de l’écoute de la Voix divine, de la Justice et de l’Amour.

כג כִּי אִם-אֶת-הַדָּבָר הַזֶּה צִוִּיתִי אוֹתָם לֵאמֹר שִׁמְעוּ בְקוֹלִי-וְהָיִיתִי לָכֶם לֵאלֹהִים וְאַתֶּם תִּהְיוּ-לִי לְעָם וַהֲלַכְתֶּם בְּכָל-הַדֶּרֶךְ אֲשֶׁר אֲצַוֶּה אֶתְכֶם לְמַעַן יִיטַב לָכֶם. (ירמיהו ז: כג)

23 Mais voici la parole que je leur ai commandée, savoir : « Ecoutez ma voix, et je serai votre Seigneur et vous serez mon peuple ; suivez en tout point la voie que je vous prescris, afin d’être heureux. » (Jérémie 7 : 23).

L’injonction concernant l’écoute divine liée à l’obéissance est fréquente dans le livre des Psaumes et des Prophètes :

יח  כִּי לֹא-תַחְפֹּץ זֶבַח וְאֶתֵּנָה עוֹלָה לֹא תִרְצֶה. יט  זִבְחֵי אֱלֹהִים רוּחַ נִשְׁבָּרָה לֵב-נִשְׁבָּר וְנִדְכֶּה אֱלֹהִים לֹא תִבְזֶה. (תהלים נא: יח-יט)

18 Car Tu [Toi, l’Eternel] ne souhaites pas de sacrifices, je les offrirais volontiers Tu ne prends point plaisir aux holocaustes : 19 les sacrifices [agréables] au Seigneur, c’est un esprit contrit; un cœur brisé et abattu, ô Seigneur, tu ne le dédaignes point. (Psaume 51 : 18-19).

Le prophète de l’Amour, Osée, déclare :

ו כִּי חֶסֶד חָפַצְתִּי וְלֹא-זָבַח וְדַעַת אֱלֹהִים מֵעֹלוֹת. ז וְהֵמָּה כְּאָדָם עָבְרוּ בְרִית שָׁם, בָּגְדוּ בִי. (הושע ו: ו-ז)

6 C’est l’amour que je désire ardemment et non le sacrifice, je préfère la connaissance du Seigneur aux holocaustes, 7 tandis qu’eux à la façon des hommes ont transgressé l’Alliance et, depuis lors, me sont devenus infidèles. (Osée 6 : 6-7).

Comment est-il possible d’imaginer que l’Eternel puisse se délecter du sang d’enfants sacrifiés par le feu, comme le dieu Molokh qui « exige » ces sacrifices d’enfants de ses adorateurs (Jérémie 7 : 31) ?

La source de cette poursuite effrénée après la Justice et la Mansuétude s’enracine dans l’élection d’Avraham par l’Eternel :

יט כִּי יְדַעְתִּיו לְמַעַן אֲשֶׁר יְצַוֶּה אֶת-בָּנָיו וְאֶת-בֵּיתוֹ אַחֲרָיו וְשָׁמְרוּ דֶּרֶךְ יְהוָה לַעֲשׂוֹת צְדָקָה וּמִשְׁפָּט לְמַעַן הָבִיא יְהוָה עַל-אַבְרָהָם אֵת אֲשֶׁר-דִּבֶּר עָלָיו. (בראשית יח: יט)

19 Si je l’ai distingué, c’est pour qu’il prescrive à ses fils et à sa maison après lui d’observer la voie de l’Éternel, en pratiquant la vertu et la justice ; afin que l’Éternel accomplisse sur Abraham ce qu’il a déclaré à son égard. » (Genèse 18 : 19).

Que désire donc l’Eternel ?

Les Sages d’Israël, par leur choix délibéré d’omettre la lecture de la quasi-totalité des chapitres 8 et 9 du livre de Jérémie, répondent à cette interrogation. Aspirant à conclure positivement la lecture de la haftarat Tsav, ils ne retiennent que les derniers versets 22 et 23 du chapitre 9 qui, à eux seuls, récapitulent l’essence même du véritable service divin :

כב כֹּה אָמַר יְהוָה אַל-יִתְהַלֵּל חָכָם בְּחָכְמָתוֹ וְאַל-יִתְהַלֵּל הַגִּבּוֹר בִּגְבוּרָתוֹ אַל-יִתְהַלֵּל עָשִׁיר בְּעָשְׁרוֹ. כג כִּי אִם-בְּזֹאת יִתְהַלֵּל הַמִּתְהַלֵּל הַשְׂכֵּל וְיָדֹעַ אוֹתִי כִּי אֲנִי יְהוָה עֹשֶׂה חֶסֶד מִשְׁפָּט וּצְדָקָה בָּאָרֶץ כִּי-בְאֵלֶּה חָפַצְתִּי נְאֻם-יְהוָה. (ירמיהו ט: כב-כג)

22 Ainsi parle l’Eternel : « Que le sage ne se glorifie pas de sa sagesse, que le vaillant ne se glorifie par de sa vaillance, que le riche ne se glorifie pas de sa richesse ! 23 Que celui qui se glorifie se glorifie uniquement de ceci : d’être assez intelligent pour me comprendre et savoir que je suis l’Eternel, exerçant la bonté, le droit et la justice équitable sur la terre, que ce sont ces choses-là auxquelles je prends plaisir », dit l’Eternel. (Jérémie 9 : 22-23).

Servir l’Humanité, c’est servir l’Eternel !

En ces heures sombres opposant la Russie à l’Ukraine où des hommes, des femmes et des enfants sont massacrés, rappelons-nous cette magistrale et édifiante leçon prophétique que la Justice, le dialogue et la compréhension mutuelle entre les hommes, détiennent le pouvoir de mettre un terme aux conflits de notre monde en proie à la barbarie.    

La vraie Connaissance- ַיְדִיעָה Yédiah du Divin est celle qui considère que tous les êtres humains, sans exception aucune, ont été créés à l’image du Seigneur !

כז וַיִּבְרָא אֱלֹהִים אֶת-הָאָדָם בְּצַלְמוֹ בְּצֶלֶם אֱלֹהִים בָּרָא אֹתוֹ זָכָר וּנְקֵבָה בָּרָא אֹתָם. (בראשית א: כז  

27 Et le Seigneur créa l’Humain à son image ; c’est à l’image du Seigneur qu’il Le créa. Mâle et femelle ils furent créés à la fois. (Genèse 1 : 27).

 

[1] Parashat Tsav : Lévitique 6 : 1-8 : 36 ; Haftarat Tsav : Jérémie 7 : 21-8 : 3 + Jérémie 9 : 22-23.

Shabbat shalom !

hebreubiblique@gmail.com

Avec toutes mes amitiés,

Haïm Ouizemann

Ce contenu a été publié dans Lectures bibliques, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Haftarat Tsav, Jérémie ou l’Alliance de Justice

  1. Philippe Schroeder dit :

    Oui prions que ceux qui ont été créé à l’image de Leur créateur cessent de se battre ! Puisse le Sar Shalom venir régner !
    Merci pour cette étude !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.